Denis Bocquet, Samuel Fettah (dir.), Réseaux techniques et conflits de pouvoirs. Les dynamiques historiques des villes contemporaines, Rome, Ecole Française de Rome, collection de l’EFR, n° 374, 2007, 328 p. (Mathieu Flonneau)

En réunissant une quinzaine d’auteurs autour de l’histoire des réseaux techniques urbains, les éditeurs de cet ouvrage ont souhaité témoigner de l’universalité de ce problème dans l’histoire des villes. Technique par essence, l’époque contemporaine se trouve logiquement privilégiée au travers de cette approche particulièrement féconde. Positionnée « au croisement de l’histoire environnementale, de l’histoire économique, de l’histoire sociale et de l’histoire des appareils bureaucratiques et institutionnels », la spatialisation des problématiques permet de considérer « l’inertie du temps long des villes ». Longue, la chronologie courre donc du XVIIIe au XXe siècle et les découpages du sommaire passent en revue le poids du politique d’abord, les enjeux de la modernisation ensuite, la question du rôle des municipalités après et enfin le poids des intérêts privés.

A chaque page pointe le conflit qui, partout, est l’arrière-fond du fonctionnement urbain. Les lectures offertes des prises de décision, « des phases et des facteurs » qui les animent, restituent une certitude : la dimension légitimante et combative de tout discours modernisateur est omniprésente. C’est-à-dire que l’usage argumentaire et rhétorique de la « modernisation technique » ne peut être compris indépendamment des logiques sociales et politiques, au coeur des équilibres qui finalement émergent dans les cités concernées. En cela, les villes connaissent bien des « dynamiques », mais qu’il s’agisse d’eaux, d’égouts, de voirie, de gaz, d’électricité, etc., elles ne sont que portées par les lames de fond sociales.

Après une solide introduction épistémologique qui tient lieu de bilan historiographique rappelant les études pionnières de Thomas Hugues (1964 et 1983), Joël Tarr et Gabriel Dupuy (1971 et 1988), se déroulent des monographies consacrées à quelques villes espagnoles dont Madrid, Jérusalem, Mexico, Athènes, Syracuse, Milan, Genève, Manille, Lisbonne, Le Pirée, et aussi quelques villes brésiliennes du Minas Gerais. L’esprit méditerranéen – avec ses éventuelles projections coloniales – règne donc sur ce projet abouti, soutenu par l’Ecole française de Rome1, et développé par étapes à Berlin en 2000 lors de la conférence de l’Association européenne d’histoire urbaine et à Aix-en-Provence à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme en 2001.

Le détail des contributions ne pouvant être rapporté dans un compte rendu, le lecteur de ce livre sera particulièrement sensible aux dimensions à plusieurs titres internationales de son contenu : cet ouvrage est non seulement international par l’origine de ses contributeurs, mais également par les études de cas proposés et les langues finalement retenues : français, anglais, italien sont en effet convoqués. Si l’on remarquera bien un utile index, quelques regrets relatifs aux illustrations assez pauvres pourront être finalement émis.

 1 La référence à une autre publication majeure de l’un des co-auteurs s’impose : Denis BOCQUET, Rome ville technique. Une modernisation conflictuelle de l’espace urbain, 1870-1925, Rome, BEFAR, 2007, 440 p.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *