Gràcia Dorel-Ferré (dir.) Habitatge obrer i colònies industrials a la península Ibèrica/Vivienda obrera y colonias industriales en la península Ibérica, Museu de la Ciènca i de la Tècnica de Catalunya, Terrassa, 2008, 366 p. (Cédric Perrin)

Jusqu’à très récemment, les études sur la péninsule Ibérique ont été négligées de notre côté des Pyrénées. Les textes regroupés par Gràcia Dorel-Ferré dans Habitatge obrer i colònies industrials a la península Ibèrica/Vivienda obrera y colonias industriales en la península Ibérica1 et publiés par le Musée des Sciences et Techniques de Catalogne viennent pourtant montrer la richesse du sujet et de la recherche historique dans la Péninsule. L’ouvrage rassemble les communications prononcées lors de deux colloques qui ont eu lieu au Musée des Sciences et Techniques de Terrassa à l’initiative de Gràcia Dorel-Ferré en 2002 et en 2005. C’est une véritable somme puisque, au total, ce sont 47 textes qui sont ainsi publiés. Le livre est majoritairement écrit en catalan, mais beaucoup de textes (15) sont en espagnol et deux en portugais ; l’ensemble est accessible en espagnol sur un cd-rom joint à l’ouvrage. De même, une majorité des communications s’intéresse à la Catalogne, reflet de l’importance de cette région dans l’industrialisation espagnole, mais pas uniquement puisque d’autres concernent des cas pris en Cantabrie, dans la Communauté Valencienne, en Castille, au Pays Basque ou au Portugal, offrant ainsi un panorama aussi large que possible de la situation dans l’ensemble de la Péninsule. La publication bénéficie en outre d’une riche iconographie avec de nombreux plans et  cartes, graphiques, tableaux et photographies qui en renforcent encore l’intérêt.

Le recueil est découpé en sept parties d’importances variables mais homogènes : 1. Avant l’industrialisation, 2. L’industrie et la ville, 3. Usines de rivière et colonies industrielles du textile en Catalogne, 4. Villages miniers et industries extractives, 5. Quartiers ouvriers et cités-jardins, première moitié du XXè siècle, 6. Chemins de fer, 7. La seconde moitié du XXè siècle.

En portant le regard sur la période pré-industrielle, la première partie pose des points de repère qui permettent ensuite de souligner des continuités et des ruptures avec la période suivante. On apprend ainsi que l’utilisation de l’eau des fleuves grâce à des dérivations est une pratique ancienne des travailleurs du fer à Ripoll. A l’inverse, le cadastre de 1771 de Sabadell témoigne d’une forte mixité sociale et d’une absence de ségrégation qui contraste avec la Sabadell du siècle suivant. L’Ensanche2 d’Ildefons Cerdà du milieu du XIXè siècle est replacé dans la lignée des projets d’urbanisme qui se sont succédés à Barcelone epuis le milieu du XVIIIè siècle, tandis que d’autres sites sont comparés avec des réalisations similaires ailleurs en Europe, tel celui de Brihuega (Castille) où l’on retrouve l’architecture circulaire d’Arc-et-Senans.

La partie suivante se penche sur les transformations des villes espagnoles dues à la première révolution industrielle, particulièrement la naissance de l’habitat ouvrier. Dans un premier temps, à Barcelone et dans d’autres centres urbains en développement comme Igualada ou Sabadell, les ouvriers trouvent à louer des logements de faible superficie (et de plus en plus petits au cours du XIXè siècle) dans des immeubles remodelés du centre-ville. L’initiative individuelle pallie l’absence de projets sociaux et l’autoconstruction est très présente. Si à Barcelone le centre se densifie et se dégrade, cela ne se vérifie pas  systématiquement dans les autres villes catalanes. Enfin, des villages industriels commencent à apparaître dans l’arrière- pays catalan, le long du Llobregat ou dans le Bages ; mais aussi ailleurs dans la Péninsule, notamment dans les Asturies. La transformation de ces lieux est radicale avec l’arrivée de l’industrie.

Ces derniers cas conduisent au sujet des colonies industrielles. Celles-ci occupent une place centrale dans l’ouvrage, notamment à partir du cas de l’industrie textile catalane mais aussi avec les exemples des mines et des chemins de fer (parties 3, 4 et 6). Les colonies industrielles sont un phénomène spécifique à l’Espagne. Elles désignent l’implantation d’un établissement industriel dans un lieu généralement isolé, accompagnée du développement, à l’initiative des entrepreneurs, de logements et de services (école, église, économat, loisirs…) pour y attirer puis fixer la main-d’oeuvre. Les industriels ont développé ces sites en profitant d’une législation destinée à l’origine à attirer une population agricole dans des zones dépeuplées. Il existe une centaine de colonies industrielles, dont une vingtaine a connu un développement réel en donnant naissance à de nouveaux villages autonomes. La création des colonies est un phénomène relativement tardif, qui ne se développe pleinement que dans les vingt dernières années du XIXè siècle. Les nombreuses études de cas du livre (Pont de Vilomara, Sant Vicenç de Castellet, Castelbell, Berguedà…) rendent compte de la variété des réponses apportées à la question du logement ouvrier depuis la récupération des quelques maisons anciennes jusqu’aux créations ex nihilo planifiées. La variété est aussi celle des choix architecturaux, tant pour la qualité des constructions que pour la typologie de l’habitat qui varie de la maison unifamiliale, pour laquelle s’exprime souvent une préférence pour des raisons idéologiques, au bloc d’appartements. Les articles soulignent aussi le poids du paternalisme et de la pression patronale dans ces lieux isolés. On a longtemps insisté sur les facteurs techniques pour expliquer le développement des colonies. En effet, celles-ci se situent notamment sur les rives des fleuves catalans dont elles utilisent l’énergie, dans un contexte où le charbon est rare et cher. Quelques-uns des auteurs du livre proposent d’autres interprétations neuves et stimulantes. Ils soulignent que l’usage de l’eau n’est pas né avec les colonies, relativisant ainsi l’innovation technique. Dans la région de Ripoll notamment, les colonies se développent dans un contexte de crise du secteur textile lié en particulier à la perte des débouchés coloniaux après 1898. Le textile catalan n’est pas capable alors de soutenir la compétition sur le marché international. Les entrepreneurs du secteur répondent par une pression croissante sur le travail (baisse des salaires, développement des emplois féminins moins bien payés…). Le développement des colonies loin de Barcelone leur permet de réaliser cette reconversion en trouvant là une main-d’oeuvre moins bien payée et non syndicalisée qui ne s’oppose pas aux dégradations des conditions de travail. Ces auteurs soulignent les conditions de vie très difficiles, voire misérables, des ouvriers de ces colonies.

Le vingtième siècle fait l’objet de deux chapitres. Dans la première moitié du siècle passé, c’est-à-dire avant la guerre civile et la dictature, l’intervention publique se développe avec notamment la loi sur les casas baratas (maisons bon marché) de 1911, dont on suit l’application dans l’entre-deux-guerres à Calella (Catalogne). Des projets immobiliers et urbains originaux s’inspirent du modèle des cités-jardins, comme dans la colònia Flix ou dans la petite ville d’Olot, dans le nord de la Catalogne, avec son eixample au plan radio-concentrique double. Les textes s’interrogent sur la conservation muséographique de ce patrimoine immobilier qui s’est parfois fortement dégradé.

La dernière partie aborde la question du logement social dans la période franquiste.  Les différentes études, sur Barcelone, Manresa, Vilanova i la Geltrú ou Madrid, s’accordent sur une division chronologique, par ailleurs classique, entre la période autarcique du franquisme (jusqu’au milieu des années 1950) et celle du desarrollismo, de l’essor économique. Les destructions de la guerre civile puis, localement, les migrations vers les centres industriels aggravent la crise du logement. Dans la première phase, des interventions publiques contradictoires, et souvent partisanes, asphyxient le marché immobilier et échouent à améliorer la situation. C’est la période du « baraquisme » avec une dégradation morphologique des périphéries urbaines. Ensuite, l’Etat veut régler le problème en donnant un plus grand rôle aux acteurs privés. Cela conduit notamment à la construction des polygones d’habitation qui marquent durablement les périphéries des cités espagnoles. L’accès à la propriété est encouragé pour des raisons politiques et sociales : discipliner le monde ouvrier. On pourra regretter que la légende de quelques documents soit difficile à lire, renvoyant ceux-ci à un rôle purement illustratif. De même, on eût aimé disposer, pour une publication de cette ampleur, d’un texte de synthèse en conclusion. Il n’en reste pas moins que c’est un travail considérable que les auteurs nous livrent, avec des analyses souvent neuves. Au total, voici un ouvrage que ne devraient pas pouvoir négliger tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de l’habitat ouvrier, des territoires de l’industrie et au patrimoine industriel.

1 En français : Habitat ouvrier et colonies industrielles dans la péninsule Ibérique.

2 L’Eixample en catalan.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *