Ghislaine Fabre, Daniel Le Blévec, Denis Menjot (dir.), Les ports et la navigation en Méditerranée au Moyen Âge, Association pour la connaissance du patrimoine en Languedoc Roussillon, 2009, 323 p. (Michel Bochaca)

Ce recueil rassemble les actes d’un colloque qui s’est tenu à Lattes en novembre 2004 à l’occasion des 800 ans la charte de franchise accordée à Montpellier et à Lattes par Pierre II d’Aragon. Les 26 contributions publiées s’organisent autour trois thématiques : Commerce et ports languedociens (9), Espaces,  Structures et trafics portuaires (10), Flottes, navigation et faits maritimes (7). Une brève introduction (p. 7-9) dans laquelle les organisateurs rappellent les principaux jalons de l’évolution politique et économique de la Méditerranée au Moyen Âge et une ample conclusion signée par Jean-Louis Biget (p. 311-319) contribuent à donner à l’ouvrage le caractère d’une large synthèse qui, sans viser l’exhaustivité du point de vue géographique ni thématique, prend en compte les nombres travaux réalisés au cours dernières décennies aussi bien en archéologie qu’en histoire. Des illustrations abondantes et de qualité (cartes, plans, iconographie dans et hors texte) enrichissent de manière très utile les démonstrations des divers auteurs.

Compte tenu de l’événement historique régional qui sert de point d’ancrage au colloque, un tiers des communications tourne autour de Montpellier, de son avant-port de Lattes ainsi que des ports et des trafics maritimes du golfe du Lion. Chacun des 9 contributeurs apporte des informations qui, par touches successives, contribuent à brosser un tableau du commerce et des ports languedociens vus à travers le prisme montpelliérain. Bien que publiés tout à la fin de la première partie, les articles de G. Fabre et J.-L. Vayssettes (« Montpellier : topographie d’une ville marchande ») et de C. Landes (« Topographie médiévale de Lattes » méritent qu’on s’y intéresse en premier afin de prendre la mesure du cadre matériel et des fortes contraintes qu’impose la dissociation géographique entre Montpellier et Lattes, rendue d’autant plus complexe que les transformations constantes du milieu naturel font peser une lourde hypothèque sur le maintien de l’accès à la mer. Chacun sous un angle particulier, A. Gouron (« Coutumes et commerce de Montpellier au XIIIe siècle »), K. Reyerson (« Le commerce et les marchands montpelliérains au Moyen Âge »), E. Salvatori (« Les relations entre Pise et Montpellier, XIIe-XIVe siècles »), B. Imhaus (« Quelques remarques à propos des marchands montpelliérains à Famagouste au XIVe siècle ») et B. Doumerc (« Montpelliérains et Vénitiens sur les routes de l’Orient, XIVe-XVe siècles ») dessinent la carte du commerce montpelliérain en particulier dans sa dimension maritime méditerranéenne. Cette importance, pour le moins régionale, des marchands languedociens aux côtés des acteurs de premier plan que sont les Italiens, est elle aussi soulignée à l’échelle du golfe du Lion par G. Larguier (« Ports du golfe du Lion et trafics maritimes, XIe-XVe siècles ») et J. Rossiaud (« Aigues-Mortes et le Rhône à la fin du Moyen Âge »).

Le deuxième chapitre consacré aux « Espaces, structures et trafics portuaires » permet, par comparaison, de replacer le cas montpelliérain dans le cadre plus vaste du bassin méditerranéen à travers une série d’exemples pris aussi bien dans sa partie occidentale qu’orientale, et concernant les rives du monde chrétien, latin et grec, comme celles du monde musulman. Les contributions d’A. Venturi (« Les ports des Alpes maritimes au Moyen Âge : le « sacre » de Nice »), de J.-C. Hocquet (« Le système portuaire de Venise au Moyen Âge »), de H. Bresc (« Le caricatore méditerranéen, fragment d’un espace maritime éclaté, XIe-XVe siècles », de J.-M. Poisson (« Les ports de la Sardaigne et le commerce méditerranéen au Moyen Âge »), de C. Otten-Froux (« Les ports de Chypre, XIIIe-XVe siècles »), de M. Balard (« Constantinople et les ports pontiques : topographie, liens entre le port et la ville, fonctions »), de D. Menjot (« Ports et trafics maritimes sur la côte murcienne au Moyen Âge »), de C. Picard (« Le port « construit » sur les littoraux du monde musulman méditerranéen et atlantique, VIIIe-XVe siècles ») et de D. Valérian (« L’essor de l’activité commerciale de la façade maritime du Maghreb aux XIIIe et XIVe siècles ») font en quelque sorte écho à celle de P. Gautier-Dalché qui clôt la série des présentations de ce chapitre (« Qu’est-ce qu’un port ? Les données des portulans »). Au-delà des trafics maritimes qui animent les ports, les auteurs s’interrogent sur la topographie et les fonctions spécifiques de ceux-ci. En dépit de spécificités locales, les activités portuaires tendent partout à se fragmenter et à se disperser en de multiples espaces, aussi bien à l’échelle d’une grande cité maritime comme Venise que d’une île (Sicile, Sardaigne, Chypre) ou d’une portion plus ou moins vaste d’un littoral, que celui-ci soit aux mains des chrétiens ou des musulmans. Au sein de ces semis portuaires, de simples mouillages ou zones d’échouage à l’écart de tout lieu habité, constituent le premier niveau de l’activité portuaire, sans lequel les ports plus importants ne pourraient pas développer pleinement leurs activités. Dans le cas de la Sicile, les caricatori servent de base à l’activité exportatrice de l’île sans même jouer le rôle de relais de ports plus importants.

Sous le titre « Flottes, navigation et faits maritimes », la troisième partie regroupe des contributions diverses qui apportent des éclairages complémentaires. Les rapports des pouvoirs souverains avec la mer sont abordés tant du côté des chrétiens que des musulmans par M. Sanchez Martínez (« Le financement des flottes royales de Catalogne au milieu du XIVe siècle ») et D. Bramoullé (« Activités navales et infrastructures maritimes : les éléments du pouvoir fatimide en méditerranée orientale, 969-1171 »). Ce thème trouve un prolongement logique avec une contribution qui s’intéresse à la construction et à la réparation navale à Marseille au XIVe siècle (J.-V. Murat) et trois autres centrées autour de la guerre, de la course et de la piraterie qui posent en définitive la question de la maîtrise de la mer : P. Ricaud (« Faits maritimes dans la chronique de Bertran Boysset, 1368-14114 »), R. Vinas, (« La piraterie musulmane et les conquêtes de Majorque par les chrétiens : raison ou prétexte ? »), P. Colombani (« Guerre de course et seigneurs corsaires en Méditerranée occidentale, XIVe-XVe siècles). Si les marins, les maîtres et les propriétaires de navires, ainsi que les techniques de navigation et du commerce maritime n’ont fait l’objet d’aucune contribution spécifique, les peurs que le voyage par mer engendre chez les voyageurs sont abordées par C. Bousquet-Labouérie (« Peur plaisir en Méditerranée dans les derniers siècles du Moyen Âge »).

Il convient enfin de souligner la synthèse très suggestive proposée par J.-L. Biget en guise de conclusions. Il s’agit au total d’un bel exemple de confrontation des points de vue qui met à contribution de nombreux spécialistes français des ports et de la navigation en Méditerranée, entre autres dans son bassin occidental (18 contributions sur 26) et qui croise avec un réel bonheur les apports des sources écrites avec ceux de l’archéologie et de l’iconographie. En mettant à la disposition de la communauté scientifique la version écrite des communications présentées à Lattes en 2004, le présent volume participe à la réappropriation du champ de l’histoire maritime médiévale par les chercheurs français qui s’opère depuis une décennie environ et qui se marque aussi par un renouveau des études sur les ports de la France atlantique. On peut espérer que ces approches convergentes ouvriront la voie à des approches comparatives entre ports, sociétés portuaires et trafics maritimes du Ponant et du Levant, avec une attention particulière portée aux relations homme-milieu dans un contextes de lente transformation de l’environnement et en prenant en compte la manière dont les individus et les groupes en relation avec la mer appréhendaient et géraient le risque maritime sous ses différentes facettes.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Melanie dit :

    Merci pour cet article. J’en découvre un peu plus sur montpellier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *