Caroline Fargeix, Les élites lyonnaises du XVe siècle au miroir de leur langage. Pratiques et représentations culturelles des conseillers de Lyon, d’après les registres de délibérations consulaires, Paris, De Boccard, « Romanité et modernité du droit », 2007, 657 p. (Yann Lignereux)

Les travaux historiques sur les élites urbaines, principalement celles qui se disputent ou se partagent l’exercice du pouvoir municipal, sont loin de constituer un thème original de recherche et l’on craint généralement au seuil d’un nouvel ouvrage sur ce sujet que les résultats de ses dépouillements ne viennent qu’apporter nuances particulières, déplacements chronologiques subtils et inflexions locales à des mécanismes généraux désormais bien connus. Aussi la démarche de Caroline Fargeix surprend-elle heureusement grâce au prisme méthodologique et critique adopté comme elle contribue réellement et de manière stimulante à un enrichissement certain de nos connaissances sur les processus politiques à l’oeuvre dans la France urbaine à l’articulation du Bas Moyen Âge et de la Renaissance, soit de 1416 à 1520. Comme l’indiquent liminairement les titre et sous-titre de son travail, c’est bien moins une description administrative et institutionnelle supplémentaire que l’on s’apprête à lire, l’analyse d’un énième conflit interne à l’ordre politique de la cité ou une nouvelle prosopographie d’un groupe social identifié par sa participation au pouvoir civique – ce que ce livre est déjà tout entier… et il pourrait n’être que cela pour justifier tout l’intérêt de sa lecture – que la volonté de comprendre le miroir langagier de ce groupe consulaire à travers une approche sociale et culturelle des faits linguistiques – perspective initiée par Jacques Rossiaud – auxquels Caroline Fargeix restitue toute leur dynamique historique et dont elle révèle avec brio les vertus heuristiques.

L’étude du texte précis des délibérations consulaires, l’analyse minutieuse de leur vocabulaire, de leurs expressions et formules récurrentes, celle, essentielle, de leurs distributions inégales et de leurs évolutions au cours du XVe siècle restituées régulièrement à l’aide de nombreux tableaux et graphiques insérés dans le texte en plus des annexes très riches qui le complètent, en un mot, l’attention extrême portée à la langue qui dit la division politique ou le consensus et qui exprime la résolution discutée et la décision adoptée, constitue un moyen d’aborder à nouveaux frais des évolutions sociales et politiques connues par d’autres biais. La langue restitue ou porte ainsi les aménagements culturels considérables dessinant le nouveau visage du consulat lyonnais – composé de douze membres égaux entre eux – après les temps originels de son affirmation face au pouvoir seigneurial de l’archevêque Pierre de Savoie, du chapitre de Saint-Jean et de l’abbaye d’Ainay en 1320. C’est une démarche originale qui redonne à la parole délibérative le sens constitutif de l’autorité consulaire pour y retrouver autre chose que l’usage documentaire et illustratif qui a pu en être fait traditionnellement. C’est avec justesse donc que Nicole Bériou parle dans sa « Préface » du « pari audacieux de considérer le langage comme le support de la construction des identités » (p.III). Le soin apporté à l’établissement puis à la conservation de ces registres relevant tant de la pratique ordinaire que de l’entreprise mémorielle, comme le transfert de sacralité dont ils sont les bénéficiaires, témoignent de leur importance culturelle et politique essentielle que l’auteur a su retrouver.

Pour mener à bien son propos, Caroline Fargeix s’appuie sur le dépouillement, sous forme d’examens exhaustifs décennaux ou de sondages réguliers, de quarante-trois registres quasi continus de délibérations consulaires et, loin de considérer la langue comme un objet étranger à ceux qui la manient au risque alors d’une abstraction réductrice et mécanique, elle accorde à l’individu comme aux groupes sociaux une place importante dans les usages et les transformations des mots consulaires. L’organisation du plan témoigne de cette volonté en articulant le développement de son travail entre une matière et des hommes pour mettre au jour la nouvelle façon de faire de la politique, réunissant après une période conflictuelle l’art des grands marchands et la manière des grands juristes – dont la place s’affirme bientôt prépondérante au sein des assemblées –, soit la synthèse de leurs normes et de leurs valeurs, une acculturation réciproque et l’invention d’un corps commun. Cette chronologie est utilement et clairement résumée pages 537-538. Invention d’une identité d’autant plus fondamentale qu’elle se construit dans la définition et la manipulation de sa différence vis-àvis des autres groupes sociaux dont elle dépend et peut-être d’abord à l’égard des autres notabilités citadines. Les assemblées générales sont le laboratoire de cet art de faire corps et de la préservation de l’autorité de ceux qui exercent le pouvoir politique sur ceux dont précisément elle émane et dépend. Cet usage de la parole parvient à assurer une certaine cohésion urbaine et à ménager le consensus social et politique jusqu’à la crise des années 1515-1520 sur laquelle l’auteur achève son travail, crise que l’on serait tenté de comprendre peut-être comme le terme – ou l’essoufflement – d’une forme de rationalité politique construite sur un progressif et régulier éloignement des références sacrées, une raison séculière sinon encore pleinement laïque qui serait emportée avec les bouleversements spirituels du début du siècle.

Une première partie est consacrée à la matière de ces textes consulaires et à la main qui les écrit, celle du secrétaire du consulat, articulant donc le temps de la performance orale, le moment de sa restitution écrite et enfin l’instance de sa constitution mémorielle, soit la pratique, l’invention et la construction d’une « distinction » et d’un habitus linguistique pensé et agi comme norme politique et culturelle discriminant des identités inégales, ce que lui autorise l’usage de la langue vulgaire – le moyen français – en lieu et place du latin royal et ecclésiastique. Elle permet surtout de comprendre la production non seulement d’une mémoire mais également de l’oubli, éléments essentiels de la construction sélective d’une histoire et donc de l’assurance présente du pouvoir pour ceux qui la manipulent. La seconde partie reconstitue les processus politiques et culturels identitaires, la sociologie se substituant à la linguistique comme instrument d’analyse pour mettre en lumière la culture consulaire et les dynamiques d’affrontement ou de réunion à l’oeuvre au sein de ce groupe de trois cents consuls environ que totalise la période étudiée. Elle détermine ainsi l’idéal qu’établissent ces hommes à travers la définition problématique d’un modèle consulaire et l’élection de compétences précises sans pour autant négliger les éléments hétérodoxes et les résistances particulières que révèlent notamment la grande réforme de 1447 et la conclusion de l’auteur quant à la persistance d’une pluralité identitaire. La dernière partie met en scène l’art politique de la parole publique, soit les lieux, les temps et les pratiques de la confrontation de cette élite avec le « peuple » et les autres notabilités sociales qu’elle prétend elle-même représenter, occasion pour l’auteur d’aborder le champ des rituels politiques, des usages et du pouvoir des mots et de mesurer lors d’une crise essentielle, « la querelle des consuls et des artisans » selon la terminologie adoptée par la tradition historiographique afin de désigner les troubles de la période 1515-1520, la réussite d’une modélisation consulaire à laquelle les adversaires des conseillers adhèrent finalement, leur exclusion du pouvoir motivant seulement leur opposition et leurs poursuites juridiques. Cette partie prend dès lors pour cadre d’analyse l’échelle de la prise de parole individuelle lors de cent vingt-cinq assemblées après qu’ait été étudiée précédemment la culture du groupe. Elle montre le travail consulaire à l’oeuvre accordant à ceux qui ne participent pas du cercle dirigeant l’illusion d’une existence politique en les dotant d’une « parole sans pouvoir ».

C’est donc bien, pour reprendre l’expression de Nicole Bériou, « une autre manière de faire l’histoire de la ville » (« Préface », p.V) et, ajouterons-nous, une autre façon de penser l’histoire politique en ménageant en son sein l’importance des mentalités et le poids des imaginaires dont il s’agit ici à travers cette analyse du « miroir déformant » de l’identité consulaire lyonnaise (p.531) abordée à travers ses registres de délibération. Nous ne pouvons que remercier Caroline Fargeix et son éditeur de l’avoir proposé à notre réflexion critique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *