Médecine et société de l’Antiquité à nos jours, dir. A.-M. Flambard Héricher, Y. Marec, Rouen, 2005, 158 p. (Cahiers du GRHIS n° 16) (Laurence Moulinier-Brogi)

Dans cette livraison des Cahiers du GRHis, le Groupe de recherche d’histoire de l’université de Rouen, Anne-Marie Flambard Héricher et Yannick Marec ont rassemblé les actes d’une journée d’étude consacrée aux relations entre médecine et société, en des époques et des lieux très différents. Le champ chronologique nous mène de l’Antiquité au XXe siècle, et l’espace embrassé par les différentes contributions est également étendu puisque des études fortement ancrées en Normandie côtoient des articles portant sur la société romaine antique, l’empire byzantin entre VIe et VIIIe siècles, des milieux urbains aussi divers que Milan et les villes de Bretagne et de Savoie au Moyen Age, ou encore la Meurthe et Moselle à l’époque contemporaine.

Les approches sont variées, et le volume se partage entre des contributions centrées sur des personnalités, et des articles envisageant les médecins comme des acteurs collectifs, mais toutes ces études ont en commun la dialectique entre l’individuel et le collectif, le particulier et le général, et un même souci de mettre en valeur l’importance du médical dans la prise en charge de problèmes sociaux à travers les siècles.

Véronique Boudon-Millot revient sur la biographie et les écrits de Galien pour cerner la place du médecin grec dans la société romaine de son temps et le regard qu’il portait sur les différentes franges qu’il fut amené à côtoyer (p. 11-29) ; Christine Le Bozec se propose de mettre en vedette, au sein des réseaux médicaux normands de la fin du XVIIIe siècle, les idées et l’action de Lepecq de la Cloture, « Médecin de la généralité pour les maladies épidémiques » qui écrivit sur ce sujet deux oeuvres inspirées d’Hippocrate (p. 97-104) ; Jean-Claude Vimont analyse les rapports entre médecine et espace carcéral dans la Normandie du XIXe siècle et se penche plus particulièrement sur deux philantropes rouennais, Artus Barthélemy Vingtrinier et Merry Delabost, qui, sans remettre en cause l’ordre carcéral, avaient à coeur, en tant que médecins, le sort des détenus. Ils tentèrent ainsi diverses expériences novatrices pour prévenir la récidive et, surtout pour Vingtrinier, préserver les enfants dans et de la prison (p. 105-118) ; Yannick Marec aborde la question du rôle social des médecins normands vu par eux-mêmes à la charnière entre XIXe et XXe siècle, tels le docteur Jules Roger dans sa Biographie des médecins de Seine-Inférieure, ou d’autres qui, en créant des revues, ont favorisé à la fois le rapprochement des membres du corps médical et la diffusion scientifique (p. 119-134) ; enfin, Etienne Thévenin étudie le rôle et la spécificité de l’Office d’hygiène sociale de Meurthe et Moselle créé par Jacques Parisot, un des fondateurs de l’OMS, qui, soucieux d’appuyer son action sur une recherche scientifique efficace, fut par ailleurs aussi à l’origine de l’actuel INSERM. Créé en 1920, cet Office permit d’expérimenter des formes d’action sanitaire relevant de l’actuelle médecine préventive telles que dispensaires, préventorium, sanatoriums ou consultations prénatales (p. 135-152).

Trois contributions privilégient en revanche nettement la dimension collective des rapports entre médecine et société : Dionysios Stathakopoulos campe une société face à une catastrophe, la fameuse « peste de Justinien » dont il retrace le cheminement et les vagues de diffusion entre 541 et 750, avant d’étudier les réactions diverses, y compris irrationnelles, de la population face à la maladie, et les systèmes d’explication par lesquels on tentait de lui trouver une cause (p. 31-48). Par leur dimension à la fois biologique et sociale, les fléaux épidémiques et en particulier la peste, firent en effet l’objet de perceptions variées, et suscitèrent, en différents temps et lieux, des débats contradictoires, liés à la méconnaissance des origines réelles du mal ou à l’incapacité de la médecine à le combattre. Dans l’Italie du XVe siècle étudiée par Marilyn Nicoud, l’étiologie des pestilences est enveloppée de zones d’ombre, et à la même époque, dans la Bretagne et la Savoie où Jean-Pierre Leguay retrace la naissance d’un « réseau hospitalier », maintes maladies étaient encore considérées comme une punition divine. M. Nicoud montre toutefois que, malgré la relative impuissance des médecins face à la peste noire, ils étaient toujours considérés comme les garants de la santé publique et recherchés par les communes, et souligne la politique sanitaire exceptionnelle mise en place à Milan, avec notamment l’institution d’un commissaire à la santé, l’organisation de réseaux de renseignement et de recensement, la systématisation de l’expertise, etc. (p. 49-74).

L’isolement des individus suspects fut également pratiqué dans les villes bretonnes et savoyardes, où semble s’ébaucher une politique sanitaire municipale, avec des mesures d’intérêt général comme le contrôle des fosses à latrines et des abattoirs ou les subventions aux établissements de soins (p. 75-96). Ces mesures paraissent évidemment bien timides au regard de la politique mise en oeuvre à Milan, mais on peut tout de même pister dans ces pages, à travers les siècles, la prise de conscience de la nécessité d’une politique de santé dans laquelle les médecins jouèrent un rôle fondamental, même s’ils n’agirent pas seuls. Comme le rappelle V. Boudon-Millet, la qualité de la médecine est certes avant tout fondée sur celle de l’échange entre patient et médecin, donc sur une relation personnelle. Mais on se rend compte ici que la recherche de l’efficacité a peu à peu conduit à l’émergence d’une médecine soucieuse du collectif, et, comme le dit Y. Marec, que le praticien a dû inscrire de plus en plus sa propre action « dans l’interventionnisme social et médical des collectivités ».

On ne peut toutefois pas comparer l’action et les interactions de médecins ayant vécu dans des contextes si divers, et qui constituent autant d’études de cas. En outre, il y a, pour chaque époque, des problèmes spécifiques, et des manières particulières d’affronter les questions : pour ne retenir que deux exemples, soulignés par Yannick Marec en conclusion, l’émergence d’une législation sanitaire à la charnière entre XIXe et XXe siècle n’est ainsi guère concevable avant cette date, et la dimension religieuse des problèmes médico-sociaux, par ailleurs, n’a de poids qu’aux époques assez reculées. En revanche, des thèmes transversaux se dégagent, comme celui de la définition de la contagion, aiguisé par chaque épidémie et encore présent au XXe siècle quand furent mises en place des formes de lutte contre la tuberculose et même plus tard, quand le SIDA fit son apparition, le thème, connexe et récurrent, de la prévention, au coeur de la création de l’Office d’Hygiène sociale de Meurthe et Moselle par Jacques Parisot, ou encore la question des limites de l’action du médecin, obligé de composer avec les mentalités comme avec les cadres institutionnels : Lepecq de la Cloture ne pouvait s’attaquer aux réalités sociales pathogènes sans faire appel à la puissance publique, et les peurs sociales constituèrent un obstacle de taille pour l’action d’un Vingtrinier, qui se heurta à des discours sécuritaires.

Le mérite de ce recueil est donc de proposer un large choix d’éclairages sur l’importance accordée au médical dans les rouages sociaux et le rôle social des médecins, selon les époques et les lieux, au détriment certes de la médecine non pas savante mais « populaire », ou « parallèle », au coeur pourtant de la question qui donne son titre au volume. Mais concilier un nombre restreint de pages et la vocation transpériodique et internationale des travaux est un exercice éminemment difficile !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *