Hélène Harter, L’Amérique en guerre. Les villes pendant la Seconde Guerre Mondiale, Paris, Galaade éditions, 2006, 302 p. (Vincent Suard)

L’Amérique en guerre – Les villes pendant la Seconde Guerre Mondiale part de l’inévitable évocation du 11 septembre 2001, pour s’intéresser aux villes américaines vues sous l’angle de « l’arrière ». Il s’agit d’une synthèse originale d’histoire urbaine qui permet d’étudier l’organisation de la défense passive, la sécurité intérieure ou les importants déplacements de main-d’oeuvre liés à l’évolution de l’appareil productif. Ces divers éléments amènent l’auteur à réfléchir à l’évolution des relations entre les autorités municipales et l’État fédéral lors du deuxième conflit mondial.

La période qui précède Pearl Harbour voit la mobilisation des villes et l’organisation de la défense passive à l’échelle locale : l’autonomie des City Defense Councils est complétée par l’action normative de l’État, avec des insignes de défense passive unifiés pour tout le pays ou l’harmonisation des systèmes de sirène d’alerte par exemple. L’ambiance est plus tendue après le 7 décembre 1941, avec un black-out qui rend la guerre plus sensible la nuit. C’est aussi par unité urbaine que sont recensés les « étrangers ennemis », Allemands, Italiens mais surtout Japonais. Si on passe de un à dix millions de volontaires pour la défense passive en 1942, son efficacité est incertaine, car avec le temps et les victoires, la crainte d’une attaque décroit. On passe également de précautions — la lumière, par exemple — à finalité militaire vers des restrictions pour économiser l’énergie, car il s’agit d’aider l’effort de guerre.

Les responsabilités des villes sont multiples : organiser la collecte des obligations de guerre (war bonds) et des éléments recyclables, le rationnement (sucre, café puis viande, mais jamais dans des proportions équivalentes à celles de l’Europe). Les restrictions sur l’essence sont importantes et le déplacement automobile pour loisirs est interdit sur la côte Est en 1943.

En 1942, les USA consacrent un tiers du PNB à l’effort de guerre et les villes bénéficient largement de ces dépenses : l’auteur évoque le terme de Gun Belt pour caractériser l’espace du Sud et de l’Ouest qui profite de ces investissements fédéraux. Cette croissance économique est source de déplacements importants de population. Ainsi le nombre d’emplois de Cleveland double pendant le conflit, celui de San Francisco triple. Le problème de pénurie de personnel se pose vite et, pour les villes, le bassin de recrutement finit par s’élargir au pays entier.

Avec la croissance urbaine, les problèmes d’équipement deviennent criants, et dans les war boom towns (200 villes champignon, certaines surgissant presque ex nihilo et d’autres comme San Diego ou Albuquerque comme voyant leur population doubler), les municipalités essayent de parer au plus pressé, avec les problèmes d’adduction d’eau, de maintien de l’ordre ou de déscolarisation. Elles doivent aussi agir dans des domaines aussi variés que la lutte contre les maladies vénériennes dans les usines de défense, l’organisation des loisirs pour maintenir le moral des citadins ou l’action sociale pour favoriser le travail des femmes (garderies d’enfants). L’État fédéral intervient essentiellement à travers la loi Lanham, qui est « une aide du Trésor fédéral partout où les besoins et les conditions exceptionnelles rendent une telle aide essentielle ». Les jardins de la Victoire (Victory Gardens), qui finissent par assurer plus d’un tiers de la consommation de légumes des Américains pendant la guerre, sont par exemple un succès. C’est le programme de défense civile qui réussit le mieux auprès des citadins américains, car à la différence de la défense passive, les résultats en sont tangibles.

La politique du logement est active, y compris parfois contre les low-rise cities, des villes qui refusent une croissance trop forte, car porteuse de nouveaux équipements onéreux et risquant d’attirer de nouveaux habitants peu souhaités par la population locale. La situation de plein-emploi exacerbe les tensions sociales (petits blancs migrants) et raciales : les industries d’armement, ségréguées avant 1941, s’ouvrent aux Noirs, et leur importante migration vers les villes du Nord-Est est souvent mal accueillie : les émeutes raciales de Détroit font 34 morts à l’été 1943.

Hélène Harter montre enfin que la fin du conflit voit les villes développer des projets de planification de développement. Il n’y a évidemment pas de « reconstruction » à l’européenne, mais des projets liés à des projections de croissances, souvent associés à une consultation des habitants. Les édiles veulent développer les infrastructures et éliminer les taudis. Il s’agit — au contraire de 1919 où les villes avaient laissé leurs comptes se dégrader et où la sortie de guerre avait été extrêmement difficile — de prévoir l’avenir. La fin de la guerre, conclut l’auteur, voit le recul des préoccupations sociales et un retour des tendances ségrégationnistes quant à l’emploi des Noirs.

Plus globalement la guerre, en développant la collaboration entre les villes et l’État fédéral, change les perceptions et favorise une sorte d’apprivoisement réciproque. Ainsi, « la guerre conduit l’État fédéral à apporter une aide de circonstance aux villes, mais son impact est bien plus profond. Elle entérine et inscrit dans la durée des pratiques mises en place au temps du New Deal et qui ne devaient durer que le temps de la crise. »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *