Henri Galinié (dir.), Tours antique et médiéval, lieux de vie, temps de la ville, 40 ans d’archéologie urbaine, Tours, FERACF, 2007, 440 p., ill., CD-Rom (Supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France ; 30) (Nicolas Thomas)

Du fait du formidable développement en France depuis quelques décennies de l’archéologie, et en particulier de l’archéologie des villes dont Henri Galinié, le directeur de cet ouvrage, a été un acteur important, nos connaissances s’enrichissent au rythme très rapide de l’aménagement et de la restructuration de nos villes et de nos campagnes. Il devient presque ordinaire de voir une nouvelle publication porter jusque dans son sous-titre l’ambition légitime de produire une synthèse sur ces recherches. De la modeste plaquette Douai : une ville face à son passé, bilan de 6 années de recherches archéologiques (1982), au modèle de la rétrospective Vivre au Moyen Âge : 30 ans d’archéologie médiévale en Alsace (1990), en passant par les téméraires, mais aux titres peu originaux, Archéologie de la France : 30 ans de découvertes (1989) à La France archéologique : 20 ans d’aménagements et de découvertes (2004), le genre est loin d’avoir épuisé les ressources documentaires produites par les fouilles archéologiques passées et à venir.

Si de nombreux traits sont communs entre la publication dont il est question ici et les quelques exemples cités en préambule, il faut tout de suite ajouter que, plus que tout autre, cet ouvrage était largement attendu pour Tours. Non pas que la ville royale de la fin du Moyen Âge soit exceptionnelle, mais elle a été incontestablement un de ces laboratoires où s’est construite l’archéologie urbaine, c’est dire si une synthèse sur les nombreux travaux dont elle a fait l’objet s’impose aujourd’hui comme une évidence. Le nombre de contributeurs, près de 70, et de contributions, 159 exactement, témoignent de la richesse et de la diversité de la documentation mise à disposition. Compte tenu de la fragmentation de l’ouvrage, il est difficile de faire un compte rendu sur tous les aspects abordés, nous nous limiterons donc à quelques notices choisies pas tout à fait par hasard et à des commentaires très généraux concernant l’ensemble.

L’ouvrage n’échappe pas aux règles du genre : comme beaucoup d’autres, il a été réalisé en même temps qu’une exposition, en l’occurrence celle qui s’est tenue au Château de Tours du 14 octobre 2006 au 18 mars 2007. De plus, le texte se présente comme une suite de notices, notamment le chapitre 2 qui expose les sources archéologiques au moyen de textes brefs, de nombreuses illustrations et de petits encadrés traitant d’aspects particuliers.

Toutefois, originalité heureuse, on trouve traités sur le même plan les sources écrites mais également quelques éléments architecturaux remarquables de la ville comme les ponts antiques, l’amphithéâtre ou encore la basilique et la collégiale Saint-Martin. Comme souvent dans ce type d’ouvrage, les notices de fouilles archéologiques sont bienvenues, d’autant que la plupart de ces travaux n’a jamais fait l’objet de publication par ailleurs. Elles constituent donc un matériau pour le chercheur et une source de références pour des découvertes qui autrement passeraient inaperçues. Si tout le reste de l’ouvrage est, dans la forme, conçu de la même façon, le contenu est plus inhabituel. Le premier chapitre est consacré à l’histoire des recherches archéologiques à Tours entre 1840 et 2007 et des différentes institutions qui font la discipline. Si nous trouvons l’éloge des divers acteurs qui ont largement contribué par leurs observations et leurs publications dans le Bulletin de la Société archéologique de Touraine à sauvegarder ce qui pouvait l’être, nous remarquons que jamais n’est rappelé, sauf de manière allusive, que l’archéologie préventive française s’est aussi construite grâce à un incessant combat politique. Au final, ce chapitre est très consensuel et pourrait laisser croire au lecteur que les dispositifs actuels et les moyens accordés sont acquis et suffisants, or il n’en est rien et bien des vestiges encore à découvrir sont menacés par des intérêts contraires à celui de l’archéologie. À la fin du premier chapitre, les réflexions sur la connaissance archéologique de la ville et l’évaluation du potentiel archéologique prennent pour appui la modélisation du sous-sol en trois dimensions et la base de données géoréférencée développée à Tours (SIG ToToPi). L’outil est utilisé ici, non pas seulement pour produire une carte archéologique destinée à prévoir les interventions en lien avec les aménagements, mais pour définir en trois dimensions le potentiel archéologique de la ville et les espaces urbanisés anciens. Le traitement des données en volume, et pas seulement en surface, donne une image inédite de la ville en insistant sur ce qui est invisible, c’est-à-dire la profondeur des dépôts. À cet égard, le CD-Rom fourni avec l’ouvrage est une aide précieuse pour visualiser ces volumes, on peut seulement regretter l’absence de commentaires spécifiques avec l’animation 3D, qui prolongeraient ceux des notices, trop courts. La modélisation de l’épaisseur des dépôts anciens, en plan et à l’aide d’une coupe nord-sud, montre l’intérêt de ce travail en restituant le profil des terrains naturel et anthropique. La notice suivante sur la formation du sol urbain, est toutefois trop générale pour montrer la succession des temps courts et brefs, mais aussi des hiatus, dans la formation de ces dépôts d’autant que ce n’est certainement pas du sol dont il est question ici, mais bien de l’épaisseur de ces formations.

Pour le chapitre 2 regroupant les notices d’une petite vingtaine de sites fouillés, nous retenons surtout la qualité des restitutions graphiques que ce soient celles du Temple antique de la rue Nationale, de la Noria alimentant l’aqueduc, des berges de la Loire, et même des divers plans et coupes stratigraphiques qui sont toujours d’une grande clarté malgré l’austérité de ce matériau. La dernière partie du chapitre réserve une place aux données issues des sources écrites : chroniques, chartes, actes publics et privés, comptes, représentations de la ville… L’étude de quelques textes sur des questions particulières est privilégiée, tout comme les photographies de documents parfois accompagnées de transcriptions. Il s’agit donc plus de donner aux lecteurs un aperçu des données et de la méthode que de publier des sources ou même un catalogue.

Le troisième et dernier chapitre est consacré à une série de synthèses et d’éclairages particuliers notamment sur des périodes chronologiques précises. Ainsi, pour l’Antiquité, on trouve pêle-mêle des notices sur l’occupation gauloise avant la ville, l’alimentation de la ville en eau par l’aqueduc du Cher, l’artisanat, les domus, la gestion des déchets… Pour le Moyen Âge, plusieurs textes concernent le castrum et le monastère Saint-Martin, les paroisses et les fiefs, ou encore l’enceinte du XIVe siècle… Si les limites chronologiques sont fixées à la fin du XVe siècle, il y a tout de même quelques notices ne manquant pas d’intérêt et débordant sur le XVIe siècle, notamment un article sur le commerce et les échanges vus à travers la céramique retrouvée à Tours ou un autre sur les boucheries qui se seraient installées tardivement hors les murs. Mais il faut peut-être souligner davantage ici la forme que le fond du dernier chapitre : les notices se répartissent en trois grands thèmes : Société, espace, ville, Territoires et réseaux et Questions urbaines. Ce dernier thème regroupe un très petit nombre de notices qui toutes finalement tentent de répondre à la question : qu’est-ce qu’une ville ?

Que ce soit pour l’habitat groupé précédant la conquête, l’Antiquité, l’entre-deux (la transition entre le Bas-Empire et la ville carolingienne) ou encore la ville du Bas Moyen Âge, l’effort de définition pourrait paraître presque banal s’il n’était suivi dans la conclusion de l’ouvrage par un état de la recherche concernant la ville de Tours avec une présentation des hypothèses, limites et questions encore posées.

H. Galinié assume les défauts de son ouvrage : « l’histoire de l’espace urbain se révèle difficile à écrire et rétive au récit ». Ce n’est certainement pas là un aveu d’impuissance, mais plutôt l’acceptation d’une réalité : la spécificité d’une ville est d’être un système complexe où chaque élément participe au fait urbain dans une dialectique permanente. De fait, le principal défaut du livre n’est pas dans sa conception, caractérisée par une multitude de notices dont on cherche parfois le lien, « puisque l’on gagne en exactitude ce que l’on perd en lisibilité », mais plutôt par les dimensions de ces notices et le public visé. Catalogue d’exposition avant tout, même si publié après l’exposition, le propos hésite parfois entre précision et vulgarisation et souvent souffre de concision. Malgré cette réelle critique, finalement applicable au genre, nous ne pouvons que saluer la sortie de cet ouvrage qui a pour qualités premières de livrer des données d’une grande richesse et de montrer l’intérêt de la recherche archéologique dans les villes et de la rencontre de ses acteurs avec les historiens.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *