Nicolas Meynen, La Rochelle au XIXe siècle. De la place forte au port de commerce, Poitiers, Connaissance et promotion du patrimoine de Poitou-Charentes (C.P.P.P.C.), 2007, 312 p. (Jean Lorcin)

Comme l’indique le sous-titre, cet ouvrage n’est pas une monographie de La Rochelle, mais bien l’étude structurée de l’évolution, sous le signe de la modernisation, d’une ville maritime de dimensions moyennes qui a fait sauter le « corset » de pierre qui l’enserrait pour avoir accès au grand large.

L’originalité, peut-être, de La Rochelle, comparé par exemple au Havre, est d’avoir opéré cette mutation au terme d’un véritable dédoublement, le nouveau port de commerce, la Pallice, étant situé à plus de 4 kilomètres de la ville, ce qui lui confère presque la fonction d’un avant-port, accessible aux navires de haute mer, comme Pauillac par rapport à Bordeaux. Nous n’avons donc pas affaire au phénomène répétitif de l’éclatement d’une ville médiévale sous l’impact de l’industrialisation, au reste inexistante à La Rochelle, en dehors du port de la Pallice.

L’auteur envisage cette évolution dans le cadre strict d’une étude d’Histoire de l’architecture et de l’urbanisme – c’est la lecture du « livre de pierre » qu’il annonce d’entrée de jeu. Dans ce cadre strict, l’économie et la démographie, accessoirement la société et la politique, ne sont que des éléments explicatifs d’un ensemble de facteurs dont on peut regretter toutefois qu’ils n’aient pas été davantage développés. C’est ainsi que l’auteur fait mention d’un tableau synoptique illustrant la corrélation entre la conjoncture économique et les mutations de l’habitat urbain qui ne figure pas dans l’ouvrage. Peut-être existait-il dans la thèse dont il est tiré ? On ne saurait trancher.

En revanche, l’auteur a tenu registre dans les moindres détails de toutes les mutations du bâti civil et militaire, au risque d’une énumération répétitive qui risque de lasser le lecteur. Était-il utile de faire mention de l’avalanche d’ordres et de contre-ordres qui a présidé à la transformation de la ville ? Il aurait été préférable de voir développer dans le corps du texte les concepts tout à fait pertinents présentés trop brièvement en conclusion. Ils introduisent en effet à une grande histoire urbaine dont bien des points de vue me paraissent novateurs, comme par exemple l’accent mis sur le pastiche dans une restauration du bâti médiéval ou classique largement inspirée de Viollet-le-Duc. L’exemple-type en est le beffroi pseudo gothique dont on a cru devoir orner l’hôtel de ville. Cela relativise les fondements de l’attrait touristique de tant de villes moyennes de la France profonde où l’on rejoue si volontiers, de nos jours, les aspects festifs d’un Moyen Âge ou d’une Renaissance de fantaisie.

L’enjeu essentiel de l’histoire de la ville de La Rochelle au XIXe siècle semble être le conflit latent entre un pouvoir municipal civil soucieux d’élargir l’espace urbain (tant aux dépens de la campagne que sur la façade maritime, avec la création de bassins à flot de plus en plus étendus et profonds), et l’autorité militaire soucieuse de prolonger l’existence d’une ceinture fortifiée héritée du Moyen Âge (puis de Vauban, en attendant Séré de Rivière), destinée à préserver la côte d’un éventuel débarquement anglais.

L’auteur souligne avec pertinence que c’est ce conflit latent qui structure tout le développement urbain de La Rochelle, jusqu’à la construction du port de la Pallice qui reporte le débat au-delà de l’ancienne enceinte, avec la création de batteries côtières (censées protéger le nouveau bassin à flot d’un éventuel débarquement) et d’une base de torpilleurs, puis de sous-marins, dont on attend merveille face au déclin du port militaire de Rochefort. Le déclassement enfin obtenu au début du XXe siècle de l’enceinte  fortifiée de La Rochelle mettra bien tard un terme à ce duel dont la menace allemande, et non plus anglaise, et le choix de la guerre de mouvement soulignent désormais l’absurdité.

Ces quelques réflexions montrent l’intérêt d’un ouvrage par ailleurs richement illustré de photos d’archives. J’émets toutefois le regret, n’étant pas né natif de La Rochelle, que l’auteur n’ait pas remplacé certaines d’entre elles par des croquis de localisation qui auraient montré avec plus de force l’enjeu des luttes entre les pouvoirs civil et militaire qui ont conduit à délacer progressivement le « corset » de pierre qui empêchait la ville de respirer, comme l’écrit si joliment l’auteur.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *