Patrice GOURBIN, Les Monuments Historiques de 1940 à 1959, administration, architecture, urbanisme, Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection « Art & Société », 2008, 286 p., 108 ill. N&B, cartes et plans (Dominique Hervier)

Cet ouvrage est issu de la thèse de Patrice Gourbin soutenue en 2004 sous la direction de Danièle Voldman et il faut féliciter le directeur et l’auteur pour avoir choisi d’étudier une administration au service de l’architecture, pour reprendre le sous-titre du travail universitaire, puis les PUR pour nous en présenter les grandes lignes dans un livre au style alerte, dans un format accessible par rapport au travail universitaire proprement dit.

Ce livre présente le fonctionnement des Monuments Historiques dans une fourchette chronologique de 19 années. Il prend sa place entre les travaux qui leurs sont consacrés (XIXe et première moitié du XXe siècles) par Françoise Bercé ainsi que dans la thèse d’Arlette Auduc tout récemment publiée (Quand les monuments construisaient la nation, le service des monuments historiques de 1830 à 1940) et la période des années 60-70 analysée par Xavier Laurent, (Grandeur et misère du patrimoine d’André Malraux à Jacques Duhamel )ou encorepar Eric Lengereau (L’Etat et l’architecture.1958-1981. Une politique publique?). Tous avaient effleuré ce court laps de temps mais il n’avait pas encore été traité à part entière. On peut juste regretter que l’existence de la thèse de l’Ecole des Chartes de Caroline Poulain, La permanence des Beaux-Arts dans la fracture de Vichy : l’action de Louis Hautecoeur au secrétariat général des Beaux-Ats (1940-1944), soutenue en 2002 ne soit pas mentionnée et que l’apport de la thèse d’Antonio Brucculeri (Du dessein historique à l’action publique, Louis Hautecoeur et l’architecture classique en France), publiée en 2007 ne soit pas plus clairement indiqué.

En huit chapitres sont abordés l’organisation du service des Monuments historiques et la composition de ses Commissions ; les services déconcentrés ; Monuments historiques et reconstruction ; monuments classés, monuments inscrits ; Recenser, ordonner, découvrir ; les monuments dans la guerre ; nouvelles pratiques de restauration ; la vie dans les monuments. C’est dire que sont envisagés tour à tour les missions, le contexte politique et social, les hommes qui comptent au cours de ces trois phases très contrastées que sont l’Occupation, la Libération et les années Cinquante, sans s’interdire lorsque c’est nécessaire à la compréhension des situations le rappel des facteurs antérieurs (reconstruction après 14-18). L’action des services centraux et l’application en région des dispositifs sont tour à tour envisagées et c’est en Haute et Basse- Normandie que les exemples de terrain sont choisis sans doute en raison de l’implantation géographique de l’auteur, chargé de cours à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Rouen. A la lecture du titre on aurait cependant pu s’attendre à recueillir une vision plus générale du territoire.

Le premier chapitre Une équipe et des idées trace un panorama rapide de la situation depuis la guerre de 14-18 et présente la forte personnalité de Hautecoeur soucieux d’installer une administration forte, ancrée dans la tradition de la suprématie de l’art français et qui impulserait une architecture moderne de qualité. Nommé directeur des Beaux-Arts en juillet 1940, il engage le service des Monuments historiques au service du redressement moral du pays. Une seule exception, celle du bureau des Sites dont plusieurs délégués départementaux s’illustrèrent dans la Résistance ; on connaît l’histoire du Chantier 1424 qui enrôla des chômeurs intellectuels pour leur faire recenser des sites urbains et ruraux. Patrice Gourbin ici comme dans le reste de son ouvrage s’intéresse aux hommes, retrace leur carrière, rappelle les impulsions qu’ils ont pu donner, leur détermination et leur passion sans lesquelles rien ne déboucherait au sein d’une administration qui n’a pas toujours les moyens d’une vraie politique. Défilent ainsi de grandes figures comme celles de la marquise de Maillé, d’Henri de Ségogne, de Marcel Aubert, de Jean Verrier, de Pierre Paquet ou encore de René Perchet – pourquoi l’absence de René Planchenault ? – ainsi que de nombreux architectes en chef des Monuments historiques dont on a eu la bonne idée de présenter en fin d’ouvrage les biographies. Il faut cependant souligner le manque quasi complet de références pour étayer les informations précieuses qu’on nous livre ainsi. Le silence sur les sources écrites ou orales qui ont certainement permis de présenter ces acteurs, sur les ouvrages dans lesquels ces renseignements ont pu être glanés est d’autant plus gênant que la période est contrastée et que l’analyse des sources se doit d’être conduite avec prudence.

Dans cet ouvrage où la provenance de l’information souvent dense et intéressante est, répétons-le, malheureusement peu ou insuffisamment référencée, le développement sur les services déconcentrés inspirés du modèle allemand pour devenir les agences des bâtiments de France attire particulièrement l’attention. Il met bien en lumière l’émergence du statut de conservateur régional des Monuments historiques et l’origine des rivalités de pouvoir entre l’administration parisienne et les locaux, entre les conservateurs et les architectes en chef des Monuments historiques.

Recenser, ordonner, découvrir, aborde plusieurs facettes de l’activité des Monuments Historiques. D’abord l’histoire de la documentation, des listes, du casier archéologique, de toutes ces initiatives dont on sentait la nécessité mais qui faute d’envergure intellectuelle et de moyens étaient condamner à s’enliser. Celle des listes de priorités destinées à indexer les protections sur les ressources budgétaires dont on disposait et éviter l’inflation patrimoniale (Planchenault). Ensuite, sont analysées ces protections type lieux de mémoire, Oradour-sur-Glane et le camp de Natzwiller et la politique étatique de contrôle des monuments commémoratifs. Tous ces éléments de connaissance faciliteront la mise en perspective de la création de l’inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France qui intervient à la période suivante, en 1964.

S’il se dégage l’idée maîtresse que dans tous leurs secteurs d’activité les Monuments Historiques ont pratiqué une politique de continuité entre la période de l’Occupation et celle la Libération, c’est particulièrement sensible à propos de la délicate question du rôle des Monuments historiques dans l’urbanisme et la reconstruction d’après la guerre. En définitive, voici un ouvrage qui s’inscrit dans une plage laissée vacante ou rapidement parcourue de l’histoire  administrative du patrimoine, il est assorti de cartes très utiles (implantation des conservations de M.H. en 1958) et illustré outre les photos, de nombreux croquis de l’auteur qui lui confèrent une saveur tout à fait dans l’esprit de l’époque.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *