Christian Hochmuth, Susanne Rau (éd.), Machträume in der frühneuzeitlichen Stadt, Constance, UVK (Konflikte und Kultur. Historische Perspektiven, vol. 13), 2006, 408 p. (Laurence Buchholzer)

Les villes des XVIe-XVIIIe siècles constituent à plus d’un titre des points d’articulation privilégiés entre les pouvoirs et l’espace. Les lieux publics focalisaient l’attention des autorités municipales et policières. Dans les localités où cohabitaient plusieurs confessions, les églises devinrent enjeux de concurrence, puis d’aménagements temporels et spatiaux entre catholiques et réformés. Rêvées ou effectivement construites, les villes idéales, si nombreuses aux temps modernes, manifestent au plus haut degré une connexion consciente, entre une forme de pouvoir, une société modèle et un espace urbain. De l’Utopie de Thomas More à Arc-et-Senans, en passant par Wolfenbüttel, on croyait possible, par une planification contrôlée de l’espace, de poser les bases d’une société politique meilleure.

Ce sont ces jeux de relations complexes entre pouvoirs et espaces urbains des temps modernes que se propose d’étudier cet imposant ouvrage collectif. L’opus, fort de dix-sept articles, de résumés en anglais, d’un index et de nombreuses illustrations, résulte de journées d’études qui réunirent plus de 20 chercheurs à Dresde en décembre 2004.

Le cahier des charges fixé par C. Hochmuth et S. Rau est ambitieux, trop peut-être. Sur un temps long, une période moderne qui s’étire du XIIIe siècle au XVIIIe siècle, il marie des notions équivoques dont l’approche historienne a fortement évolué au contact de la sociologie. Le cadre spatial retenu envisage quant à lui toutes les échelles, selon un spectre qui irait des réseaux urbains jusqu’aux lieux symboliques du pouvoir (résidences princières, hôtels de ville). Les initiateurs du projet entendent aussi aborder tous les types de villes (de résidence, universitaires, impériales, frontalières, idéales…) dans une perspective qui ne serait pas strictement européenne. Les articles mènent de fait des villes lombardes médiévales, à Boston en 1636-1638, via la Sibérie. Dépasser la simple juxtaposition d’exemples s’avère alors très difficile, ce dont témoigne déjà le plan de l’ouvrage. Renonçant lui-même à une articulation entre espaces urbains et pouvoirs, il épouse une logique d’échelle strictement spatiale : villes (I. Städte), espaces urbains (II. Stadträume), quartiers (III. Stadt-Teile), lieux(IV-Stadt-Orte).

En dépit de ces quelques réserves, le présent volume manifeste à la fois le renouveau de la Verfassungsgeschichte et le retour au premier plan de la catégorie « espace » dans l’historiographie allemande. Les « impulsions théoriques » livrées en prélude par les éditeurs et K.-S. Rehberg procèdent à l’histoire de la dialectique pouvoir-espace chez les historiens et sociologues de l’urbain. Elles proposent surtout un outillage conceptuel en revenant systématiquement sur les notions de pouvoir, d’espaces et de lieux. À l’appui d’autorités que sont Bourdieu ou Foucault pour le pouvoir, ou Dieter Läpple, Henri Lefèbvre et Martina Löw pour l’espace, les deux catégories maîtresses de l’ouvrage y apparaissent comme des notions relatives, des processus qui ne prennent sens que s’ils sont reliés aux configurations sociales du moment. On pourra cependant regretter que sur ces bases solides, l’approche conceptuelle croisée « pouvoir-espace » tourne court. Faute d’une typologie, c’est au lecteur de procéder à ses propres regroupements et conclusions.

L’ensemble des articles livre pour ce faire un panorama assez complet des axes actuels de recherche allemands pour lesquels le croisement thématique pouvoir/espace s’est avéré fécond. Tel est le cas des travaux sur les activités normatives des autorités urbaines. À Lille (C. Denys), les représentations de l’espace véhiculées par la police présentent une certaine indifférence aux évolutions urbaines du XVIIIe siècle. Alors que se développent les faubourgs, Lille fait toujours figure de ville close, dont il faudrait garder les portes et préserver l’intégrité face aux étrangers. La surveillance policière implique une sectorisation du tissu urbain, aux principes variables sur le temps long. La police contribue aussi à définir les usages légitimes des espaces publics, se posant dans le même temps comme agent de pouvoir. Mais bien loin d’être le seul intervenant, comme le montre G. Sälter pour Paris vers 1700, elle doit composer avec les privilèges spatiaux des élites et des conceptions concurrentes de l’espace. L’idée d’un espace urbain structuré d’en haut semble donc être pure fiction, ce que confirme G. Schwerhoff dans son étude sur la police à l’auberge. Les auberges colonaises, lieux publics par excellence, sont certes au centre d’une régulation attentive par les autorités locales. Elles n’en génèrent pas moins des sociabilités propres (les Gelage), qui induisent des usages ritualisés du lieu.

Les fructueux programmes de recherche allemands consacrés à la mise en scène des pouvoirs ont eux aussi appelé des réflexions sur l’espace. Les articles d’A. Diener-Staeckling et de T. Weller sont en ce domaine tout à la fois représentatifs et complémentaires. Au XVe siècle, l’hôtel de ville de Leipzig formait un lieu-clé de la représentation symbolique du pouvoir, tout particulièrement lors des hommages au prince et des changements annuels de conseil. La place occupée par chacun y était signifiante. Les lieux se prêtaient néanmoins à des cérémonies où les dirigeants d’un jour pouvaient être le lendemain en position d’infériorité. A. Diener-Staeckling complète l’inventaire des lieux du pouvoir urbain en soulignant l’importance des édifices religieux dans la légitimation des autorités municipales. À Goslar ou Mülhausen, le sacré des lieux (chapelle du conseil, église paroissiale, ossuaire jouxtant la salle du conseil…) rejaillissait sur le pouvoir. Cette étude fait écho à l’inventaire des espaces de pouvoir ecclésiastiques et politiques dressé par G. Ardenna pour les communes lombardes du XIIIe siècle. De façon moins attendue, nombreux sont aussi les parallèles possibles avec l’archevêché de Tobolsk, le pouvoir moscovite et les fonctions de la cathédrale Sainte-Sophie au XVIIe siècle (C. Witzenrath).

Une bonne part des contributions s’intéresse cependant aux conflits pour l’occupation de l’espace. A. Krischer propose une lecture originale des litiges de voisinages entre plusieurs villes d’empire (Francfort, Schwäbisch Hall) et des princes. En présence d’une conception performative de la souveraineté territoriale, le cérémonial du conduit revient à délimiter un espace de pouvoir effectif. Les villes y restent plus longtemps attachées que les princes, forts dès le XVIIIe siècle d’une compréhension positiviste du droit territorial. Dans la ville de Stettin (M. Lorenz), c’est le port qui focalise les conflits d’autorité en 1662. Le bourgmestre et le commandant suédois y défendent des droits concurrents, qui font apparaître le même lieu tantôt comme une place d’échanges, tantôt comme un bastion. Face à ces logiques inconciliables, seule compte, en dernier ressort, l’appropriation physique du port. Dans cette société plurielle que forme le milieu urbain, le partage de l’espace entre groupes sociaux s’avère souvent litigieux. À Helmstedt aux XVIIe-XVIIIe siècles, les universitaires et le gouvernement urbain rivalisent dans l’occupation symbolique des rues, églises et auberges (M. Füssel). À Halle an der Saale, ville de résidence épisodique d’un prince-évêque, les bâtiments de cour s’insèrent dans un espace d’exemptions dont les limites sont objets de conflits (A. Thiele). Dans la ville lituanienne et pluriconfessionnelle de Polotsk (1600-1800), l’implantation de populations juives réfugiées se fait au contraire sans cloisonnement.

À la lecture de cet ouvrage, on ressort convaincu de l’importance de l’espace dans la représentation, la légitimation et la quête du pouvoir. La multiplicité des perspectives et la diversité des articles permettent en définitive de mieux faire ressortir des constantes. Elles balayent en outre quelques idées reçues. Tout pouvoir n’a pas forcément vocation à se rendre « visible » et à se déployer dans l’espace. R. von Mallinckrodt le démontre de façon exemplaire en comparant les politiques monumentales des confréries vénitiennes et colonaises (fin du Moyen Âge-début XVIIIe siècle).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *