Jesús Ángel Solórzano, Beatriz Arizaga Bolúmburu (coord.), El fenómeno urbano medieval entre el Cantábrico y el Duero. Revisión historiográfica y propuestas de estudio, Santander, Asociación de Jóvenes Historiadores de Cantabria, 2002 (Amparo Rubio Martínez)

Ce volumineux ouvrage collectif a pour objet l’étude du phénomène urbain dans différentes aires géographiques du nord de la péninsule Ibérique à travers la chronologie des fondations, leur organisation juridique, leurs formes et leurs fonctions politques et économiques. Il présente aussi une reflexion sur l’état historiographique et bibliographique des études urbaines dans chacune des régions considérées et propose des nouvelles pistes de recherche pour compléter la connaissance du monde urbain médiéval.

Neuf historiens se sont répartis géographiquement l’étude du phénomène urbain dans cette partie septentrionale de la péninsule : Angel Martín Duque (royaume de Navarre), J. R. Díaz de Durana (Álava y Vizcaya), Lorena Fernández González (Guipúzcoa), Isabel Abad y Jesús Peribáñez (Burgos et La Rioja), Carlos Reglero (Palencia), César Álvarez y Sánchez Badiola (León), Jose Ignacio Ruiz de la Peña (Asturias), Elisa Ferreira Priegue (Galicia), et Amelia Aguiar Andrade (Nord du Portugal).

Tous les travaux ont été élaborés selon la méthodologie traditionnelle, en utilisant des sources inédites ou imprimées et la bibliographie existante. Leurs auteurs ont exploité les collections de documents de diverse nature, les chroniques et les sources juridiques : fueros et chartes de peuplement, ces dernières étant fondamentales pour l’étude du développement des différents noyaux urbains. En revanche, ils ont eu rarement recours à d’autres types de sources comme l’archéologie urbaine, la cartographie antique et moderne ou la photographie aérienne antique et moderne, à l’exception des travaux consacrés à l’espace géographique du Guipuzcoa et aux régions de Burgos et de la Rioja. Dans le premier, l’auteur réalise un important travail cartographique, intégrant le plan médiéval de chaque noyau urbain dans son environnement géographique, incluant les courbes de niveau et les limites côtières des nouveaux établissements. Dans le second cas, l’auteur élabore une vingtaine de reconstructions de plans médiévaux de différentes villes et cités. De même, le chapitre consacré aux provinces d’Álava et de Biscaye comprend une section de plans et de cartes.

En plus de ce matériel cartographique qui se révèle fort utile pour l’étude des villes médiévales, certains chapitres comprennent un copieux appendice documentaire de fueros octroyés aux villes, c’est le cas de ceux sur la Cantabrie et le Léon tandis que dans d’autres comportent un état approfondi de la question sur le développement des études urbaines fondées sur les fueros. Ils mettent bien en évidence l’importance de ces textes et des sources juridiques en général pour l’étude de la phase initiale du l’essor urbain.

Dans plusieurs chapitres de l’ouvrage, notamment ceux consacrés au Léon et à la Galice, les auteurs insistent sur le rôle du chemin de Saint-Jacques comme facteur déterminant du développement des différents noyaux urbains situés sur cette voie de communication. Dans d’autres, c’est la politique royale qui paraît essentiel dans la création du réseau urbain. C’est le cas de celui consacré aux Asturies dans lequel est mis aussi en évidence le rôle de l’évêque d’Oviedo de la seconde moitié du XIIIe siècle à la première moitié du XVe siècle. Dans le cas de la Galice, Elisa Ferreira Priegue, après avoir analysé quelques noyaux urbains d’origine ecclésiastique, montre parfaitement l’intérêt du roi pour implanter un réseau urbain séculier “a novo”, en regroupant les populations, soit dans des villes étapes sur le chemin de pélerinage, soit dans des localités établies près de la frontière avec le Portugal, soit dans des ports.

En résumé, cet ouvrage présente une synthèse de qualité sur le phénomène urbain médiéval au nord de la péninsule Ibérique, car il offre une bonne révision historiographique, région par région, accompagnée de bibliographies qui se veulent exhaustives et représente un point de départ pour de nouveaux travaux sur cette thématique. Par ailleurs, il présente un intérêt supplémentaire par les nouvelles approches méthodologiques qu’il propose pour l’étude du phénomène urbain au Moyen Âge.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *