Pierre Jambard, Un constructeur de la France du XXe siècle. La Société Auxiliaire d’Entreprise (SAE) et la naissance de la grande entreprise française de bâtiment (1924-1974), Presses universitaires de Rennes, La Documentation Française, 2008, 342 p. (Thibault Tellier)

L’ouvrage, à mi-chemin entre l’histoire économique et l’histoire urbaine, est issu d’une thèse de doctorat soutenue en 2006 à l’université Paris-Sorbonne (Paris IV). Il retrace, à travers le cas d’une entreprise fondée à l’origine pour construire des barrages hydroélectriques (le premier chapitre est d’ailleurs consacré à l’hydroélectricité), la naissance de l’un des principaux groupes de l’industrie du bâtiment.

La Société Auxiliaire d’Entreprise se reconvertit en effet au cours des années 1950 dans la production de logements à caractère social. La mise en oeuvre par les pouvoirs publics de la politique des grands ensembles fournit une opportunité aux entreprises qui entendent se lancer dans cette aventure économique de grande envergure. Prenant acte de la fin des marchés d’Electricité de France, l’Auxiliaire se tourne alors vers ce nouveau marché. Les chiffres qui sont fournis dans l’ouvrage rendent compte de l’évolution rapide de la production des logements à partir de la seconde moitié des années 1950. Alors que l’Auxiliaire livre 400 logements en 1953, le chiffre passe à 850 en 1954 et atteint même les 1500 dès 1955. L’une des raisons qui expliquent cette réussite provient selon l’auteur de la capacité de l’entreprise à finir ses chantiers dans les délais les plus courts.

L’exemple de la construction par la filiale de la Caisse des dépôts et consignations, la SCIC, de la ville de Mourenx dans les Basses Pyrénées, près du gisement de Lacq, rend compte des enjeux liés à la construction à grande échelle. Le directeur général de la SCIC, Léon-Paul Leroy, envisage d’y faire construire 3 000 logements. En 1956, la Société Auxiliaire est contactée pour participer à la réalisation de la ville nouvelle. Elle s’engage à livrer les 1 000 premiers logements au bout d’un an. L’entreprise aura par la suite d’autres contrats avec la SCIC. La réalisation de grands ensembles devient ainsi sa spécialité, lui permettant même de devenir au cours des années 1960 le premier constructeur. Signe des temps et de la remise en cause par l’État de la politique des grands ensembles à partir de la seconde moitié des années 1960, l’entreprise cherche à se diversifier et, progressivement, quitte le secteur du logement social pour des secteurs plus rentables. Elle participe néanmoins à la politique de construction des pavillons en accession à la propriété décidée par Albin Chalandon lors de son passage à l’Équipement entre 1968 et 1972. Au terme de cette étude qui s’achève en 1974, c’est-à-dire à la veille de la crise économique, l’entreprise sera devenue l’un des fleurons du secteur du bâtiment, ce qui explique plus tard son rachat et la constitution du groupe Eiffage qui a d’ailleurs participé à la publication de l’ouvrage.

Le travail de Pierre Jambard participe incontestablement à l’enrichissement de l’histoire des entreprises. En ce qui concerne l’histoire urbaine, il s’avère également extrêmement précieux. Les travaux concernant la production même de logements sont encore très rares. Tout comme ceux consacrés aux mécanismes financiers, ils sont pourtant indispensables pour comprendre les logiques qui ont été celles des politiques urbaines menées en France au cours des Trente Glorieuses. Les liens entretenus en particulier avec la filiale Construction de la Caisse des dépôts permettent en effet de mieux comprendre les mécanismes qui ont contribué à faire de la politique des grands ensembles ce qu’elle a été réellement. Il en va ainsi des procédés de préfabrication explicités ici par l’auteur. Certains points auraient pu toutefois être davantage approfondis comme la fameuse question des prix-plafonds (quelles sont réellement les marges de manoeuvre de l’entreprise vis-à-vis du commanditaire, surtout lorsqu’il s’agit de l’État ?). Il n’en reste pas moins que ce travail qui s’appuie sur un corpus extrêmement riche permet de mieux saisir une facette de la production des villes autre que sociale mais tout aussi indispensable pour saisir toute la complexité des politiques urbaines conduites durant les Trente Glorieuses.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *