Collectif, Paul Hankar et l’hôtel Ciamberlani. Un palais déguisé en maison de ville, Bruxelles, Aparté/Day-Off, 2009, 143 p., photographies de Mathias Nouel (Judith Rainhorn)

Après cinq ans de travaux, l’achèvement de la restauration de l’hôtel Ciamberlani nous donne l’occasion de découvrir ce chef d’oeuvre de l’Art nouveau bruxellois à travers un bel ouvrage, plaisant à l’oeil comme à l’esprit. Edifié en 1897-1898, l’hôtel Ciamberlani, avec son gigantesque sgraffite1 et ses deux imposantes fenêtres arrondies, est l’un des quatre derniers hôtels de maître construits par Paul Hankar, dont la presque totalité de l’oeuvre a été détruite au cours du XXe siècle. Situé 48 rue Defacqz, en bordure de la commune de Saint-Gilles, dans l’un des coeurs du Bruxelles de l’Art nouveau, l’hôtel Ciamberlani est l’un des rares survivants d’une production Art nouveau ravagée par la spéculation immobilière plus encore que par le changement de goût. Une première fois rénovée et partiellement transformée en 1927 par l’architecte Adrien Blomme, qui lui a imprimé un style Art déco, la bâtisse n’avait cessé de se dégrader depuis lors. Classée en 1984 par la région de Bruxelles-Capitale, elle a été acquise en 2004 par la famille Laforge qui a souhaité lui conserver sa destination unifamiliale, tout en lui redonnant tout son éclat.

L’hôtel Ciamberlani est le fruit de la collaboration entre un architecte et un peintre décorateur qui appartiennent tous deux aux mêmes cercles artistiques. Paul Hankar (1859-1901) a étudié l’architecture à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles en compagnie de Paul Jaspar et de Victor Horta, le plus célèbre des architectes belges de l’Art nouveau. Le peintre Albert Ciamberlani, quant à lui, né à Bruxelles en 1864, est alors une figure importante du vaste mouvement symboliste belge. Propriétaire de la parcelle, c’est lui qui est à l’origine du choix de Paul Hankar, à qui il a déjà confié l’année précédente la construction de son atelier, pour l’édification de ce palais de ville.

La superbe façade offre à la maison éclat et majesté. Son emplacement remarquable, lieu stratégique de l’espace urbain, le long d’un axe structurant et face au débouché d’une rue dont la maison constitue le fond de perspective, constitue un véritable écrin pour le bâtiment. La façade est faite de la superposition verticale d’éléments horizontaux extrêmement divers dont l’ordonnancement original et l’alternance des matières apportent tout à la fois dissymétrie et harmonie à l’ensemble. Au-dessus d’un socle en pierre blanche, un rang de quatre fenêtres de taille et d’aspect différents est surplombé par un balcon courant sur la totalité de la façade, dont la structure oppose barre horizontales et motifs en cercles concentriques ornés de fleurs. Comme appuyées sur la « réglette » du balcon, deux monumentales baies arrondies constituent à n’en pas douter la marque de fabrique de la maison ; autour d’elles, le grand sgraffite principal, oeuvre du peintre et propriétaire de la maison Albert Ciamberlani. L’étage supérieur comporte sept fenêtres rectangulaires en bande séparées par des colonnettes de fonte, dont l’orthogonalité contraste avec les ouvertures circulaires qu’elles surmontent et avec la frise de sept médaillons peints illustrant les travaux d’Hercule qui ornent la partie supérieure de la façade.

Le grand sgraffite autour duquel s’articule la façade était presque invisible. Après restauration, il est désormais la pièce maîtresse de la décoration, caractéristique de l’époque de sa réalisation. Empreint d’un regard nostalgique sur les palais de la Renaissance florentine, le goût pour les sgraffites se répand à Bruxelles dès les années 1890. Le fil conducteur de la composition générale est un grand arbre dont les branches se répandent sur toute la largeur de la façade : servant de lien aux différents éléments de la peinture, des décors et de l’architecture, il n’est pas sans évoquer pour nous l’arbre monumental de faïence qui orne la façade immédiatement postérieure de la Majolika Haus d’Otto Wagner à Vienne (1898-1899). Les trois séquences distinctes y représentent les âges de la vie, selon une lecture qui va curieusement de droite à gauche. Ce sgraffite monumental, comme les sept médaillons de la frise supérieure, d’une teinte brique rehaussée d’or, confèrent un air d’Italie ou d’Orient à ce quartier pourtant bien bruxellois.

Les transformations subies par la maison en 1927 sont dues à l’architecte Adrien Blomme, l’un des éminents représentants de l’Art déco bruxellois. Albert Devèze, juriste et ancien ministre belge de la Défense, est alors le propriétaire des lieux. La création d’un garage pour automobile au rez-de-chaussée modifie sensiblement la partie inférieure de la façade et, au-delà, la structure interne de la bâtisse et de l’escalier central. Pourtant l’essentiel des ajouts de 1927 concernent la façade arrière, entièrement reconstruite, qui reflète un désir de confort et un certain art de vivre de la grande bourgeoise de l’entre-deux-guerres à laquelle appartenaient Blomme comme Devèze.

À l’intérieur de la maison, la rénovation récente a rendu à l’hôtel Ciamberlani son faste d’antan : escalier, mobilier, boiseries, cheminées et peintures ont été reconstituées par les architectes, les historiens de l’art, les restaurateurs et les artisans les plus qualifiés, d’après les archives de Paul Hankar et les photographies d’époque. Seul le jardin d’inspiration japonaise, situé à l’arrière de la maison, est une initiative originale des propriétaires et habitants actuels de la maison.

L’ouvrage qui est aujourd’hui disponible comporte une quinzaine de contributions de membres du Comité scientifique accompagnant le projet de restauration de la maison, parmi lesquels François Loyer, Vincent Haymans, Guy Conde-Reis ou encore Anne Van Loo. Chacune éclaire un aspect particulier de l’histoire de la maison, de son inscription dans l’histoire de l’architecture ou du projet de rénovation. Sous le regard photographique de Mathias Nouel, le palais prend vie : bien plus que de simples illustrations, les photographies sont à la fois les témoins des différentes phases de travaux, les observateurs admiratifs des hommes et des femmes qui ont pris part à l’entreprise et, pour le lecteur, des fenêtres ouvertes sur l’originale beauté des lieux.

Cet ouvrage permet donc de (re-) découvrir l’architecte Paul Hankar et le peintre décorateur Albert Ciamberlani, mais également l’histoire architecturale de la maison avec son passage par l’Art déco et, enfin, son adaptation à de nouveaux usages au XXIe siècle. Courons donc voir ou revoir cette « belle endormie » dont les deux gigantesques baies cintrées ont fait date dans l’histoire de l’Art nouveau bruxellois, à laquelle une rénovation exigeante, achevée en 2009, vient de rendre toute sa splendeur. La maison, privée, se visite sur réservation à l’adresse info@dayoff.be.

 1 Le sgraffite est une technique de décoration héritée de la Renaissance italienne, qui consiste à appliquer une couche d’enduit clair sur une couche de mortier sombre, puis à inciser les contours des motifs ornementaux et des personnages dans la couche supérieure de manière à faire réapparaître le fond plus foncé.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *