Stéphane Curveiller et Jean-Pierre William (sous la direction de), L’eau et la ville du Moyen Âge à nos jours, Bulletin historique et artistique du Calaisis Les Amis du Vieux Calais, n° 179-180, 291 p., édition du 5e colloque européen de Calais, organisé avec la collaboration de Laurent Buchard et Christophe Leduc, sous la présidence de Jean-Marie Cauchies (Jean et Marie-Thérèse Lorcin)

Ce colloque consacré aux « jeux » de l’eau et de la ville illustre un problème combien d’actualité avec d’autant plus de pertinence qu’il s’étend du Moyen Âge à nos jours et qu’il se limite, comme ne le dit pas le titre, à l’Europe du Nord-Ouest. Organisé par Les Amis du Vieux Calais, il se focalise principalement sur la zone qui s’étend de la vallée de la Somme, avec Amiens, à la Flandre, pays aquatiques par excellence. Cela ne met que mieux en valeur l’exception que présente une ville comme Cassel « située sur le sommet des Flandres » (François Da Rocha Carneiro, p. 94) : son éloignement des réseaux navigables l’a défavorisée par rapport à ses voisines Hazebrouck ou Bailleul. Dans ces régions d’hortillons ou de polders, l’eau pénètre de toute part dans la ville, fût-ce artificiellement : on crée délibérément tout un réseau de canaux qui mettent au service des fonctions urbaines un cours d’eau, au risque d’interrompre la navigation ainsi détournée (Christophe Cloquier, p. 103, 119). Cela pose d’entrée de jeu tous les problèmes inhérents aux différentes fonctions de l’eau, militaire, avec Vauban, commerciale, industrielle, alimentaire et hygiénique. Cela ne va pas sans contradictions. Témoin le passionnant conflit entre la ville de Lille et le Génie militaire, incarné par Vauban, sur le tracé du canal : voie navigable ou fossé ? Pour une fois, le Roi trancha en faveur de la municipalité, à qui il ne fallait pas faire regretter la domination espagnole, aux dépens de son fidèle serviteur, Vauban (Jean-Michel Manivit). Ce détail illustre la dominante du colloque : il met en exergue les conflits entre différents pouvoirs ou instances, pas seulement urbains. C’est ainsi qu’interviennent, face aux municipalités, l’Etat princier ou royal, les féodaux, les particuliers, industriels ou simples propriétaires. Témoin par exemple l’opposition d’intérêts entre l’usage industriel, tannerie, teinturerie, rouissage, etc., de l’eau, et sa fonction alimentaire (Christophe Cloquier). On se contente, pour éviter que les industries ne se nuisent réciproquement, de spécialiser les canaux, voués qui à la tannerie, qui à la teinturerie (Philipe Guignet). L’utilisation des basses chutes aménagées sur les canaux d’Amiens jusque tard dans le 19e siècle n’a pas seulement permis de retarder à un degré exceptionnel en France l’utilisation de la vapeur comme force motrice : elle a porté préjudice à la navigation (Serge Benoît, p. 218). Parfois, les conflits sont circonscrits dans les limites de la même fonction : les fontaines privées des riches particuliers sont peu à peu supplantées par les fontaines publiques que les municipalités établissent sur le même réseau d’adduction (Chloé Deligne).

Près de la moitié du volume est consacrée à l’époque médiévale, sous forme d’études de cas locaux pris entre la Meuse et la Somme. La naissance tardive d’une vie urbaine en cet espace l’explique, ainsi que les conditions naturelles qui y règnent. Ajoutons la parution en 1983 de l’ouvrage pionnier d’André Guillerme. La problématique lancée par ce dernier s’est depuis élargie considérablement. Non seulement les inquiétudes actuelles ont retenti sur la recherche historique en général, mais l’archéologie a connu depuis trente ans, comme chacun sait, un essor étonnant. Les chercheurs armés de microscopes nous apportent du neuf sur la consommation de poisson, tant d’eau salée que d’eau douce (Benoît Clavel), dans les villes de la France du Nord-Ouest au cours du millénaire médiéval. Ces histoires d’eau se prolongent jusqu’à nos jours, comme l’illustre l’étude d’Isabelle Lescent-Giles sur la privatisation des réseaux britanniques sous Mme Thatcher et ses antécédents : cela pose les mêmes problèmes de pouvoir qu’au Moyen Âge, les mêmes conflits entre l’Etat, les collectivités locales, les sociétés privées et les usagers, mais portés à l’échelle européenne, voire mondiale, avec l’intervention de véritables multinationales.

Bref, ce parcours à travers les âges pose une problématique toujours d’actualité, en dépit des agressions récentes contre la présence même de l’eau à la surface des villes : elles ont été heureusement corrigées par une saine réaction écologiste, sous l’influence des géographes (Catherine Carré).

Cette longue histoire aurait été encore plus passionnante si elle avait été suffisamment illustrée par des cartes facilitant non seulement la localisation des petites villes, mais encore le suivi des conflits locaux. L’exemple donné par la figuration du réseau alimentant les fontaines de Bruxelles qui illustre un de ces débats entre particuliers et pouvoir municipal qui traversent la plupart des interventions a été malheureusement peu suivi. On le regrette d’autant plus que la  frise qui va du Moyen Âge à nos jours fait défiler la plupart des problématiques qu’annonce son titre et que résume la conclusion de Jean-Marie Cauchies. Un glossaire des termes locaux rendrait également service aux lecteurs qui ne sont pas de la région.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *