Isabelle Parmentier, Histoire de l’environnement en Pays de Charleroi, 1730-1830. Pollutions et nuisances dans un paysage en voie d’industrialisation, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2008, 410 p. (Stéphane Frioux)

Le « Pays de Charleroi », constitué autour d’une petite ville d’environ 12 000 habitants dans les premières décennies du XIXe siècle, présente plusieurs originalités qui font la difficulté et en même temps l’intérêt de l’étude : en premier lieu, celle de mêler l’urbain et le rural ; ensuite, d’être un espace en mutation, qui connaît une croissance industrielle et démographique entre les années 1730 et l’indépendance de la Belgique et subit la succession de diverses dominations politiques (de l’Empire autrichien aux Pays-Bas en passant par la France révolutionnaire). Enfin, le territoire de l’enquête est fait de contrastes et de nuances, jusqu’au site même de Charleroi, éclaté entre une ville haute (citadelle militaire) et une ville basse, le long de la Sambre. Ces données et cette variété imposent à Isabelle Parmentier un travail de fourmi et la manipulation d’un très grand nombre d’archives, dont la liste complète est offerte au lecteur.

L’ouvrage est issu d’une thèse soutenue en 2002 à l’Université catholique de Louvain, thèse dont l’ambition était d’ajouter à l’histoire de l’urbanisation et de l’industrialisation en Belgique quelques chapitres sur les conséquences environnementales de la croissance démographique et industrielle du XVIIIe et du début du XIXe siècle. Il s’ouvre sur une introduction très claire, qui fait le point sur l’historiographie de l’histoire environnementale, ce qui est encore assez rare en français pour être souligné ; en outre, l’appareil critique est abondant. Mais l’auteur ne définit pas assez ce qu’elle prétend faire comme « histoire de l’environnement », et nous livre une définition très large de la pollution de l’environnement : dès lors, l’ouvrage s’avère très – trop ? – ambitieux, comme s’il voulait faire l’« histoire totale » d’un paysage, dans son aspect perçu et vécu, par toutes les catégories de la population.

Le plan de l’étude est construit de manière thématique : une première partie est consacrée à la « topographie des pollutions et des nuisances », à travers deux chapitres de longueur inégale, l’un, plus long sur les déchets, l’autre, plus court sur les pollutions et nuisances « sonores et esthétiques ». La seconde partie dresse le « panorama des attitudes face aux pollutions et aux nuisances », en s’intéressant successivement aux autorités puis aux différentes couches de la population.

Le premier moment nous convie donc à un recensement thématique des diverses nuisances auxquelles les habitants de la petite ville et de ses alentours, les Carolorégiens, furent confrontés. Certaines sont très classiques, comme la présence animale et ses conséquences (les fumiers), les mouvements de troupe et dégradations consécutives au rôle militaire de la partie haute de la ville, ou encore les ateliers artisanaux ou petites manufactures. D’autres sont présentes sous l’influence des lectures de l’auteur (les bruits et sons, soulignés il y a quelques années par Jean-Pierre Gutton). Enfin, relevons des problèmes plus spécifiques aux conditions locales, sur lesquels on aurait aimé que l’auteur mette plus l’accent : ainsi le pays de Charleroi connaît-il de graves problèmes de tarissement des points d’eau (signalés dès l’Ancien Régime), à cause des travaux d’extraction de la houille, qui utilisent des canaux d’évacuation de l’eau souterraine et entraînent un abaissent des nappes phréatique. Les activités d’utilisation du charbon souillent également le sol et l’atmosphère. Le découpage par origine de production de la nuisance masque des classements qui auraient pu être plus pertinents : la pollution par le milieu (à plusieurs reprises on trouve mention des déversements dans la Sambre), ou un classement du plus insalubre au moins incommode (les gravats et débris de jardin placés sur le pavé, par exemple). Comme l’auteur ne définit pas très clairement ce qu’est l’atteinte à l’environnement, on voit se succéder dans la deuxième partie des informations sur la réglementation du curage des cours d’eau, comme sur celle des processions. Une catégorie « atteintes au milieu » est créée par l’historienne pour traiter statistiquement les contraventions de simple police : dans cette catégorie, les principaux motifs de contravention sont le tapage nocturne ou diurne et l’encombrement de la voie publique. Peut-on parler à cet égard de « nuisances environnementales » ?

Le premier chapitre de la seconde partie est le plus volumineux de l’ouvrage et représente quasiment la moitié du texte. On y trouve des indices d’une rupture ou en tout cas d’une inflexion vers une réglementation plus forte des nuisances, entre l’Ancien Régime de la domination autrichienne, et les nouvelles lois et institutions propagées par la Révolution française, reprises par la monarchie hollandaise. On retrouve ainsi en pays de Charleroi la législation sur les établissements insalubres (décret napoléonien du 15 octobre 1810), que l’on connaît en France notamment grâce aux travaux d’André Guillerme et de Geneviève Massard-Guilbaud. Isabelle Parmentier relativise son effet pionnier : la procédure de consultation d’experts et du voisinage remonte à une loi révolutionnaire de 1791 ; de plus, contrairement à ce qui se passe vers Paris, les autorités centrales interviennent peu dans le processus. Quant aux témoignages hostiles à l’industrie, ils sont à l’époque encore très peu nombreux : la plupart du temps, ils émanent d’industriels eux-mêmes, qui utilisent la procédure d’enquête de commodo et incommodo pour protester contre l’autorisation d’un concurrent potentiel. Au final, ce qui apparaît, à travers l’étude fine d’une micro-région, c’est le décalage qui existe, au début du XIXe siècle, entre des sensibilités qui commencent à évoluer dans le sens de la critique des activités traditionnelles, et une industrialisation permise par les ressources en charbon de la contrée, qui garantit le dynamisme démographique et économique et n’attire pas encore de remarques sur ses nuisances. Un prolongement de l’enquête dans les archives postérieures permettrait peut-être de dévoiler la mutation des attitudes à l’égard de l’industrie quelques décennies plus tard.

La principale critique que l’on peut faire à l’ouvrage concerne la construction du plan, dont les grandes lignes sont établies sur un découpage tout à fait justifiable, mais dont les subdivisions sont parfois malcommodes pour le lecteur. Dans le troisième chapitre de l’étude, après avoir pris connaissance de la législation et de l’attitude des autorités centrales à l’égard de l’industrie, le lecteur doit attendre de nombreuses pages avant de retrouver le dossier à l’échelon provincial. La frustration se répète pour la gestion des dossiers par les autorités locales. Un découpage thématique fait selon les objets physiques ou géographiques (industrie ; cours d’eau ; etc.) et non selon les niveaux d’autorité aurait mieux fait ressortir la complexité des jeux d’acteurs autour de la régulation des nuisances industrielles. D’autres cas peuvent être trouvés, comme la séparation entre description de la « mise en place des infrastructures » et présentation du personnel destiné à leur entretien, qui aboutit là encore à des redites ou à séparer des aspects complémentaires.

En revanche, parmi les qualités et apports de l’étude, on soulignera la grande clarté de l’expression et la richesse de l’appareil critique, la présence d’un index des noms de lieux et de personnes, une bibliographie bien pourvue en références francophones, la présence d’annexes (l’iconographie aurait pu être plus poussée, ainsi que la cartographie : le fond de carte de Charleroi, anachronique, est un peu gênant). On appréciera enfin l’attention aux petits détails, que bien des historiens de la ville tendent à négliger, comme les politiques d’amélioration de l’état de la voirie au quotidien : « c’est à coup de briques, de pierres et de bois que se façonne un paysage censé apporter commodité de déplacement, salubrité et bien-être » (p. 240), et grâce à l’intervention d’un personnel technique souvent demeuré obscur, qui n’échappe pas ici à l’oeil du chercheur, tels les éboueurs. On ne peut au final que souhaiter que ce genre de micro-histoire, surtout centrée sur des petites villes et leurs « pays », vienne affiner les analyses déjà établies à l’échelle nationale ou dans le cadre des grandes villes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *