Aurélia Michel, Ariane Beauvillard, Le treizième en sources. Guide pour l’observation des mutations urbaines, Paris XIIIe arrondissement, éditions le Manuscrit, 2008, 390 p. (Mathieu Flonneau)

Fruit d’une « ‘discipline’ émergente dont l’avenir dépend de ses acteurs, enseignants-chercheurs et étudiants, susceptible de contribuer à l’expression de nouvelles formes d’urbanité », cet ouvrage paru dans la collection « Sciences de la ville » de l’éditeur innovant Le Manuscrit (.com), est un outil utile pour la compréhension de la ville. Appréhendée dans une logique pluridisciplinaire, celle-ci devient un objet d’étude, pas simplement historique évidemment mais, au détour de chaque référence, également historique. Il s’agit en l’occurrence du treizième arrondissement de Paris – celui où est localisé le Pôle de recherches en Sciences de la ville de l’Université Paris 7 Diderot – qui est ici renseigné avec force références. Les « auteures », « docteures locales » si l’on peut dire, s’inscrivent dans le sillage d’Evelyne Cohen et de Paul-Laurent Assoun pour offrir un instrument de première importance.

Guide de recherche, l’ouvrage ordonne d’abord thématiquement des bibliographies, avec de nombreuses références issues de la « littérature grise » considérée avec pertinence, puis classiquement des sources et des archives. La presse locale, les gazettes et les annuaires ne sont pas négligés à ce chapitre, tout comme les sources du tissu associatif ou, plus originales, celle de la psychiatrie de secteur. Enfin, le treizième est donné à voir « en images » par un gros effort d’investigation qui se déploie sur cent vingt pages du côté des « films », tantôt ceux relevant du circuit commercial, tantôt des films d’art et d’essai, puis des fictions télévisées ou encore des films de non-fiction. Dans chaque cas, des fiches-résumés informatives des oeuvres viennent présenter ce type de source valorisé dans ces pages à sa juste potentialité. Nous sommes ici loin du rôle de simple motif illustratif où les images restent encore cantonnées dans bien des études. Naturellement, c’est pour l’époque immédiatement contemporaine – i.e. depuis le début des années 1970 et les premières étapes de la « rénovation urbaine » – que ce type d’archives s’avère le plus fructueux : la « re(dé)construction physique et humaine » (p. 246) est alors appréhendée dans toute sa richesse ambiguë.

En définitive, les cycles de vie des habitants la ville et les temporalités urbaines sont rendus perceptibles : centrale, la rue parisienne comme « figure spatiale », reçoit un traitement particulier justifié. Les tours également sont l’un des sujets urbains récurrents dans l’ouvrage. L’objet d’étude qu’est le treizième en ressort évidemment justifié dans son processus dynamique de « passage d’une ville industrielle à une ville des services » (p. 26). Souligné en introduction par Aurélia Michel, l’intérêt de cette « mise en faisceau des chronologies du changement urbain » fait écho aux travaux pionniers de la sociologie de terrain qui avait déjà choisi le treizième, arrondissement élu de ce point de vue, tout aussi bien chez Henri Coing que chez Paul-Henri Chombart de Lauwe.

On regrettera certes parfois la facture un peu négligée de l’ouvrage (avec notamment de bien étranges guillemets !), il n’en demeure pas moins un travail fondamental dont on se prend à rêver la multiplication à l’échelle du Grand Paris.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *