Corine Maitte, Issiaka Mande, Manuela Martini et Didier Terrier (sous la direction de), Entreprises en mouvement. Migrants, pratiques entrepreneuriales et diversités culturelles dans le monde (XVe-XXe siècle), Presses Universitaires de Valenciennes, 2009, 450 p. (Jean Lorcin)

Cet ouvrage collectif, issu de plusieurs journées scientifiques dont certains articles ont déjà paru dans une revue spécialisée dans l’histoire des migrations, Migrations Société, a l’originalité de dépasser l’horizon traditionnel des migrations de masse poussant des paysans européens, asiatiques ou africains vers des pays industrialisés en manque de main-d’oeuvre.

Il est toutefois quelques exceptions qui posent le problème de l’intégration des nouveaux venus à l’usine comme à la ville. À Kyoto, restée, sous les « shogouns », la capitale officielle du Japon malgré le déplacement du centre du pouvoir politique, et grand centre soyeux, les immigrants venus des campagnes étudiés par Mary Louise Nagata (p. 151-173) sont intégrés, par adoption ou mariage, après un long apprentissage, aux firmes familiales, ce qui les fait passer du statut de « paysan » à celui de « marchand/artisan ». A Fourmies, fait observer Didier Terrier (p. 175-193), le patronat, bien peu paternaliste, a un contact quelque peu rugueux avec les « tisseurs » rustiques venus en masse des zones rurales du Cambrésis. Il s’efforce néanmoins de former les nouveaux venus aux nouvelles techniques qu’impose la mécanisation en transformant en école manuelle d’apprentissage une école primaire supérieure dont l’enseignement général paraissait inadapté aux besoins de l’industrie. Jean-Paul Depretto (p. 195-231) consacre un article à la transformation des masses paysannes russes en ouvriers des usines soviétiques et en citadins de Moscou. Ce mouvement lié à l’industrialisation d’une ville passée en quelques années de l’artisanat textile à la grande industrie métallurgique a peuplé les quartiers périphériques nés autour des nouvelles usines. A-t-il suffi à transformer en « prolétaires conscients » ces moujiks souvent chassés des campagnes par la dékoulakisation aussi bien que par la misère, encore qu’ils aient suivi les itinéraires traditionnels de l’exode rural ? Leur ségrégation dans la banlieue de Moscou et leur confinement dans les tâches plus pénibles et moins qualifiées du travail à chaud n’ont sans doute pas facilité cette assimilation. La fusion avec la classe ouvrière urbaine a été plus facile sur les chantiers exemplaires du métro, dans le climat de mobilisation qu’y a fait régner Staline. Les ouvriers italiens immigrés en Argentine étudiés par Mariela Celva (p. 233-261) bénéficiaient pour leur part de la complicité de contremaîtres de même origine pour s’insérer dans une fabrique d’espadrilles comme dans une cotonnière où ils avaient déjà été embauchés sur la recommandation de « parrains » compatriotes, y compris des ecclésiastiques, garants sans doute de moralité. Du coup, ces immigrés jouissaient de plus d’estime dans l’opinion que les ouvriers du cru qui ne bénéficiaient pas des mêmes réseaux.

À ces exceptions près, l’ensemble de cet ouvrage collectif, comme l’annonce son titre, est consacré à l’étude de l’immigration entrepreneuriale (p. 10-11), vue principalement du pays d’accueil, ce qui n’exclue pas des déplacements de main-d’oeuvre. Les forgerons basques étudiés par Anthony Pinto et Catherine Verna (p. 31-47) sont venus en Catalogne accompagnés de leurs ouvriers. Les restaurateurs chinois en Russie que présente Olga Alexeeva (p. 130-148), pour donner l’illusion de la couleur locale à leur clientèle, emploient, sinon des serveuses de même nationalité, les autorités russes étant hostiles à l’embauche d’une main-d’oeuvre étrangère, du moins des jeunes filles de type asiatique, Bouriates ou Coréennes ethniques.

Mais dans l’ensemble c’est au point de vue patronal que l’on se place, en essayant de croiser les aspects économiques – la pratique entrepreneuriale – et la diversité culturelle, ethnique, soulignée, par exemple, dans le cas des Ibos et des Yoroubas du Nigéria implantés à Dallas (U.S.A.) où ils n’ont qu’un contact limité avec les Afro-Américains, en dépit de l’identité de couleur, un caractère toujours pris en compte par la statistique américaine.

Les pratiques entrepreneuriales sont diverses, d’autant plus qu’elles sont fonction de la dimension de l’entreprise étudiée : elle va de la PME qu’est le restaurant chinois de Moscou ou turc de Berlin à la grande entreprise capitaliste fondée par des Italiens qui se sont lancés dans l’exportation de viande comme dans l’immobilier en Argentine ou par des Taïwanais qui tentent d’installer une sorte de Silicon Valley sur le proche continent chinois.

Comme l’illustre ce dernier exemple, ces migrations contribuent au transfert des techniques. Les Basques sont peut-être venus perfectionner la forge catalane en lui apportant la soufflerie hydraulique (p. 43). Les « Néerlandais », chassés d’Anvers après la prise de cette ville par les Espagnols, ont apporté, entre autres innovations, la comptabilité en partie double à la ville hanséatique qu’était Hambourg, étudiée par Vincent Demont (p. 65-75), alors que celle de Lübeck, tournée vers le commerce avec les pays baltes et la Russie, s’en tenait à un modèle de comptabilité plus primitif, mais adapté aux modalités de ce commerce, comme le montre Marie-Louise Pelus-Kaplan (p. 49-63). Jan This, Verleger de draps d’Eupen, dans le Limbourg, persuade l’impératrice Marie-Thérèse d’ouvrir l’Empire d’Autriche à des manufactures dont il ne revendique pas le monopole : intelligemment, souligne le regretté Georges Gayot (p. 77-90) à qui cet ouvrage est dédié, Jan This chante la louange de la concurrence, source d’émulation, donc de progrès – voir Alfred Sauvy ! -, ce qui est méritoire dans le climat de mercantilisme régnant encore au XVIIIe siècle.

Le dénominateur commun de ces pratiques migratoires est évidemment le multiculturalisme qu’elles impliquent. C’est la contrepartie de la solidarité qui règne entre les migrants : face à l’hostilité potentielle du pays d’accueil, ils tendent spontanément à se replier sur leur communauté, ne serait-ce que pour leur sécurité économique. Témoin la carrière de cette juive polonaise venue fournir en vêtements, adaptés à leurs besoins et leurs goûts, les mineurs polonais du Nord : comme le fait observer Claire Zalc (p. 113-129), loin d’être isolée, la carrière de cette marchande, ambulante au départ, semble avoir débuté à Paris auprès des entrepreneurs israélites du Sentier qui ont continué à la fournir en gros après son établissement à Lens. Les colporteurs descendus des montagnes du Briançonnais qu’étudie Laurence Fontaine (p. 307-321) ont bénéficié pour leur part de la garantie financière que leur apportait la communauté villageoise. Les entrepreneurs italiens étudiés par Maria Inès Barbero (p. 323-350) ont bâti leur fortune non tant sur l’exportation de viande frigorifiée – ils avaient en Europe de redoutables concurrents – que sur un réseau bancaire fondé sur le transfert en Italie des économies réalisées par les milliers d’Italiens qui ont émigré en Argentine.

Ces solidarités ne diffèrent guère de celles qui soudaient les membres des migrations de masse de la seconde moitié du XIXe siècle. Il n’en reste pas moins qu’on a là affaire à une recherche pionnière dans la mesure où elle rassemble un florilège de points de vue autour d’un objet scientifique bien défini. On peut seulement regretter la rareté des cartes qu’aurait appelées une histoire de mouvements aussi dépendants de la géographie.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *