Chantal Callais, À corps perdu, Pierre-Théophile Segretain architecte (1798-1864). Les architectes et la fonction publique d’État au XIXe siècle, préface de François Loyer, La Crèche, Geste éditions, 2010, 504 p. (Sylvain Schoonbaert)

Chantal Callais, architecte, enseignante et chercheur à l’École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux au sein du Groupe d’Étude de la ville régulière (GEVR), nous convie avec un réel plaisir à la lecture de sa thèse de doctorat d’histoire de l’art. À l’appui d’une documentation considérable issue d’archives publiques et privées minutieusement analysées et présentées avec une grande clarté, l’auteur retrace la vie et la carrière – de préférence à l’oeuvre – d’un architecte provincial, jusque là inconnu, de la première moitié du XIXe siècle.

L’ouvrage s’ouvre sur « la grandeur d’un homme ordinaire » : beau titre. Pierre-Théophile Segretain, issu de la petite bourgeoisie, embrasse la carrière dans l’atelier de Louis Bruyère à Paris, prend les fonctions d’architecte départemental des Deux-Sèvres, à Niort, et l’achève pour les Monuments historiques. Quel bonheur de disposer d’une masse d’archives, complétée de recueils de dessins et informée d’un court passage à l’École Polytechnique, pour comprendre l’empirisme de cette histoire individuelle et collective à la fois, marquée par l’épisode de 1848. On y voit évoluer l’homme dans toutes ses dimensions, fils et père, trop vite veuf, élève, maître et confrère, par le menu de ses sphères et de son ascension sociales, par les courriers qu’il adresse à ses proches, par ses premières publications. L’architecte s’ouvre sur les questionnements urbanistiques de son temps : accroissement des villes, nécessité d’ateliers de bienfaisance, de logements pour les ouvriers, en deçà d’allégeances politiques (p. 105-118). Son implication dans le département où il oeuvre « à corps perdu » prend alors tout son sens.

Loin de la capitale que certes il admire peu à peu, c’est à Niort que Pierre-Théophile préfère exercer, proche des siens, d’une petite ville mais aussi d’une mission de service public qui correspond bien aux engouements régionalistes des élites de la Monarchie de Juillet. Segretain doit d’abord trouver sa place là où tout reste à faire pour organiser les services architecturaux et voyers, y compris définir ses propres fonctions au sein des conseils régionaux et nationaux d’architecture des bâtiments civils (p. 155-167). Le récit de cette aventure individuelle conduit l’auteur à ouvrir une enquête nationale sur les fonctions des architectes en province : une analyse qualitative et quantitative de premier ordre où en sont discutés les tenants et les aboutissants. Comment choisir des hommes « habiles », les attirer en province avec des rémunérations à la hauteur de leurs lourdes et souvent ingrates tâches ? Comment affirmer la présence d’architectes capables devant le corps des ingénieurs ou des ignorants, sans qu’ils installent pour autant une dynastie à leur suite ?

Chantal Callais en vient ensuite à l’action de Segretain comme architecte restaurateur. L’amitié et la confiance qui le lient à Mérimée trouvent ici leur pleine expression. Les deux hommes se rencontrent peu et s’écrivent un peu plus. Qu’importe, du moment qu’ils parviennent à restaurer près de quarante églises, romanes essentiellement. Mais il ne suffit pas de réunir les subsides, d’établir des priorités entre des monuments inconnus enfouis dans la campagne et d’autres célèbres dans les villes ; il faut encore regrouper les chantiers afin d’éviter de longs déplacements, refuser des architectes incapables, trouver des entrepreneurs et des sculpteurs intelligents dont les restaurations sont « invisibles ». Toutes les difficultés de maîtriser d’un bout à l’autre la chaîne, les tâches administratives, techniques et financières, sont décrites. Cette cohérence d’action interroge toujours le travail des architectes des bâtiments de France ou encore celui des architectes en chef des monuments historiques. À l’église de Saint-Généroux, les compétences de Segretain, défendu par Mérimée, sont remises en cause. Les restaurations menées à Saint-Hilaire de Melle illustrent le parti du maître d’oeuvre : « … Il s’agit de la conservation et du retour à ses formes primitives d’un édifice représentant réellement le type de perfection et d’ensemble le plus complet qu’offre le Poitou pour une église à trois nefs du XIIe siècle » (p. 365). Certes, les fautes historiques commises alors sont, à juste titre, critiquables. Mais elles font partie de la genèse même de ce corps de métier. Le « clan » de Viollet-le-Duc qui règne alors sur la reconstitution et l’isolement des monuments historiques, entraînant avec lui des démolitions irréversibles, semble, après 1853, l’avoir emporté. L’âge de restaurations romanes discrètes a donc fait long feu. Cette question invite à comprendre le passage et les glissements de conception des architectes « restaurateurs », d’une génération à l’autre.

La conclusion est très claire à ce sujet, écartant toute glose esthétique. En marge des débats surtout parisiens qui touchent la répartition des rôles entre architectes et ingénieurs, l’activité des architectes de fonction en province évolue lentement de la Restauration à 1930. Si l’on assiste d’abord à une tentative de décentralisation, la Troisième République marque l’avènement d’un régionalisme accentué de ces missions. Parmi les corps de titulaires de l’État voués à l’entretien du patrimoine local : « les architectes s’organisent pour faire reconnaître leurs compétences et acquérir un statut » (p. 382). Un cumul légitime s’instaure alors, par périodes alternant les fonctions publiques, dont celle d’architecte municipal que Segretain n’a pas exercée comme son prédécesseur, et l’exercice privé.

On attend donc avec impatience le catalogue que prépare Chantal Callais pour comprendre comment Segretain sut s’adapter aux nouvelles modes programmatiques et stylistiques de cette époque de transition. Pour l’heure, ce récit contraste avec les nombreuses monographies béates et souvent sans queue ni tête qui glorifient la personnalité créatrice des architectes à travers le style des bâtiments – et surtout des monuments –, qu’ils ont construits ou restaurés, sans s’interroger sur les conditions de leur activité et de leur production. Grâce à des questionnements profonds aux portées généralisables, grâce à de rigoureuses analyses sur les fonctions publiques des métiers de l’architecture, Chantal Callais a su dépasser avec un bonheur évident la contemplation naïve et esthétique des objets architecturaux pour proposer une réflexion pénétrante de leur genèse. L’architecte Segretain était-il un cas particulier qui justifiait une telle analyse ? Ou bien est-ce grâce aux talents de l’auteur que ce personnage nous apparaît désormais si familier ? Cet ouvrage fera date dans l’approche de la production de notre patrimoine bâti, rural et urbain, monumental et ordinaire, du XIXe siècle.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *