Bernard Marchand, Les ennemis de Paris. La haine de la grande ville des Lumières à nos jours, Presses Universitaires de Rennes, 2009, 387 p. (Matthieu Flonneau)

« Ces bucoliques avis, pourtant, ne sont pas exclusivement choses d’aujourd’hui. Toute une littérature de renoncement, bien avant la guerre nous les avait rendus déjà familiers. Elle stigmatisait l’« américanisme ». Elle dénonçait les dangers de la machine et du progrès. Elle vantait, par contraste, la paisible douceur de nos campagnes, la gentillesse de notre civilisation de petite ville, l’amabilité en même temps que la force secrète d’une société qu’elle invitait à demeurer de plus en plus résolument fidèle aux genres de vie du passé. […] Or, ayons le courage de nous l’avouer, ce qui vient d’être vaincu en nous, c’est précisément notre chère petite ville. Ses journées au rythme trop lent, la lenteur de ses autobus, ses administrations somnolentes, les pertes de temps que multiplie à chaque pas un mol laisser‑aller, l’oisiveté de ses cafés de garnison, ses politicailleries à courtes vues, son artisanat de gagne-petit, ses bibliothèques aux rayons veufs de livres, son goût de déjà vu et sa méfiance envers toute surprise capable de troubler ses douillettes habitudes : voilà ce qui a succombé devant le train d’enfer que menait, contre nous le fameux ‘dynamisme’ d’une Allemagne aux ruches bourdonnantes »1.

S’il fallait le propos d’un historien patenté pour conforter dans son essence l’objet du livre de Bernard Marchand, la convocation de Marc Bloch s’imposerait, comme témoin de l’« étrange défaite » française de 1940 d’une part, et enquêteur rigoureux quant à ses « causes intellectuelles » d’autre part. On ne saurait en effet mieux analyser ce qui, dans la civilisation française – mais pas seulement –, a participé de la stigmatisation généralisée de la grande ville depuis le XVIIIe siècle dans différents registres de discours. En détails, et tel est l’objectif de cette somme qui analyse, en théories et en pratiques, « l’urbaphobie » dont la conclusion reconnaît, au-delà du cas hexagonal, la généralité et les fondements, le livre de Bernard Marchand apporte maints arguments2.

La complémentarité déjà relevée entre ce travail et celui concomitant du colloque organisé en 2007 sous la direction d’Arnaud Baubérot et de Florence Bourillon, témoigne de la pertinence troublante de ce thème du désamour/amour de la ville qui anime nos contemporains, citadins farouches et acharnés qui pourtant ne s’aiment pas comme tels3… Le thème de la fracture urbaine et sociale, et vice-versa, étant rebattu, il est bon qu’il soit exploré dans ces représentations. Fort de la légitimité que lui a donnée sa pratique de Paris, histoire d’une ville (Le Seuil, 1993), le géographe Bernard Marchand en s’aventurant à nouveau sur le terrain de l’histoire urbaine avec ce gros ouvrage prenait un risque. Foisonnante, toujours intéressante quoique parfois déroutante par son éclectisme – la télévision et Thalassa apparaissent sous la plume…p. 332 –, son analyse s’avère stimulante, car elle puise à plusieurs sources dont la plus noble, la littérature. Pour les géographes et aménageurs contemporains, rappelons l’évidente surdétermination de l’approche de la question par les problématiques de Jean-François Gravier (Paris et le désert français, 1947, puis les éditions actualisées de 1958 et 1972) : celles-ci sont ici largement déchiffrées à l’aune d’une continuité que l’auteur fait commencer à la Commune.

Quelques juxtapositions surprenantes, que certains jugeront peu académiques comme dans les citations de « condamnations de Paris au cours des temps » placées en ouverture, ou encore dans le recueil final de « quelques idées reçues », enrichissent finalement l’ensemble de la déconstruction de ce qui depuis un siècle construit « une France fantasmatique, rurale, saine, pure et vraie, opposée à la France urbaine » (p. 369). En bref, avocat de la grande ville, et de Paris, Bernard Marchand convainc. Sans nul doute, pour les lecteurs intéressés par les péripéties, atermoiements et avatars les plus actuels des débats sur le Grand Paris, cet ouvrage saura livrer d’utiles références. « On marche sur la tête », semble dire la Tour Eiffel renversée de la couverture… et, certainement, le travail de Bernard Marchand permettra-t-il de redresser de façon salutaire certaines perspectives !

1 Marc Bloch, L’étrange défaite, témoignage écrit en 1940, Paris, Gallimard, 1990, chapitre 3, « Examen de conscience d’un Français ». Nous avons souligné.

2 Cette publication constitue une échappée belle individuelle par rapport au travail collectif que Bernard Marchand avait lui-même animé, avec Joëlle Salomon-Calvin, en juin 2007 dans l’écrin de Cerisy-la-Salle : « Ville mal aimée, ville à aimer », cf. http://www-ohp.univ-paris1.fr/Ref_Page1/TOC_Def.htm.

3 Arnaud Baubérot et Florence Bourillon dir., Urbaphobie. La détestation de la ville aux XIXe et XXsiècles, Éditions Bière, 2009 (compte rendu dans le n° 29). Passant en revue l’ensemble des doctrines urbaphobes, les discours et les actions, l’auteur effectue au fil de la chronologie depuis les Lumières jusqu’à Vichy (première partie) et depuis Vichy jusqu’à nos jours (deuxième partie), des mises au point salutaires sur les perceptions méphitiques associées traditionnellement à la ville, sur le retour à la terre et le goût du provincialisme et aussi sur le contre temps (« la parenthèse ») gaulliste à l’époque des ambitieux projets d’aménagement du territoire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *