Jean-Luc de Ochandiano, Lyon, un chantier limousin. Les maçons migrants (1848-1940), Lyon, Éditions Lieux Dits, 2008, 261p. (Jean Lorcin)

Cet ouvrage, issu d’un mémoire de maîtrise prélude à une thèse en préparation, s’inscrit explicitement dans le droit fil de deux thèses célèbres : celle d’Alain Corbin, Archaïsme et modernité en Limousin au XIXe siècle (1845-1880), a dicté le choix du pays d’origine des migrants étudiés ; celle d’Yves Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914), sur la formation de la classe ouvrière lyonnaise a fourni un modèle d’étude d’un courant migratoire au sein duquel les natifs de l’ouest du Massif Central, Limousins et Auvergnats, dominaient au XIXe siècle les métiers du bâtiment.

L’auteur a cru bon, toutefois, de prolonger jusqu’à 1940, au-delà de la Grande Guerre, l’étude de cette population, bien qu’elle soit désormais submergée par l’immigration étrangère, notamment italienne. Cela amène les Limousins à se replier sur une spécialité comme la fumisterie industrielle, dont le développement est lié à la multiplication des cheminées d’usine en brique à travers toute l’Europe industrielle. En revanche, bien que minoritaires, les Limousins continuent à dominer le syndicalisme du bâtiment dont le particularisme se traduit par son autonomie face aux grandes centrales syndicales. C’est sans doute le fruit de la forte cohésion née de la communauté d’origine de ces migrants.

Au cours de la longue période étudiée, de la Révolution de 1848 à l’armistice de 1940 et l’avènement du régime de Vichy, cette étude couvre deux temps nettement distincts d’une migration illustrée, à Paris, par le témoignage de Martin Nadaud, mais bien représentée également à Lyon : jusqu’à l’avènement du chemin de fer, à l’époque où les maçons venus des lointaines Combrailles et du plateau de Millevaches devaient rejoindre Lyon, comme Paris, la plupart du temps à pied, cette migration dont l’origine remonte bien avant 1848, jusqu’au XVIIe siècle, restait saisonnière, le migrant laissant derrière lui, au pays, femme et enfants ; à partir des années 80, avec l’essor de la construction des lignes secondaires, sous l’impulsion de Freycynet, la migration tend à devenir définitive, les familles pouvant rejoindre leurs chefs grâce au nouveau moyen de transport.

Dans le cas lyonnais, cette mutation a succédé à un déplacement né des grands travaux de l’Haussmann lyonnais, le Préfet Vaïsse : la percée de la rue Impériale a, tout en leur donnant du travail, repoussé les immigrés qui s’entassaient jusqu’alors dans les garnis mal famés du quartier Grôlée de l’autre côté du Rhône, dans la tête de pont que constitue le quartier de la Guillotière. L’auteur pose que ce transfert, en diluant les maçons limousins dans une population ouvrière diversifiée, avec par exemple la descente des industries textiles du plateau de la Croix-Rousse et le développement des industries métallurgique et chimique, a permis d’intégrer les « étrangers » qu’étaient jusqu’alors ces « Auvergnats » dans la classe ouvrière urbaine. C’est ainsi que, tout en conservant un particularisme qu’illustre, par exemple, la vogue persistante des « bourrées » du samedi soir, les Limousins vont jouer un rôle actif dans le développement du syndicalisme.

L’auteur s’est efforcé de lier cette évolution d’ensemble aux révolutions techniques qui ont jalonné l’histoire de l’industrie du bâtiment, du pisé au béton armé, en attendant le préfabriqué, de l’« oiseau » que portait sur son dos le manoeuvre à la grue à vapeur, etc. Ce souci de rapprocher l’histoire des techniques de celle des migrations et du mouvement ouvrier est d’un historien.

Malheureusement, ce projet ambitieux est desservi par l’excès même des développements consacrés à ces aspects techniques, mis en valeur par ailleurs par une illustration abondante. En effet, ce souci légitime de synthèse conduit en fait à dresser une sorte de kaléidoscope où l’on perd parfois le fil du propos principal, l’intégration croissant des migrants au tissu urbain.

C’est du moins l’occasion pour l’auteur de présenter une série remarquable de photos, depuis les premiers daguerréotypes, des grands travaux lyonnais, de la percée de la rue Impériale aux gratte-ciels de Villeurbanne, ce qui ne manquera pas d’intéresser un large public, à la portée duquel l’auteur, aidé sans doute par son expérience de bibliothécaire, s’efforce de se mettre : il fait d’utiles rappels d’une histoire générale de plus en plus mal connue de nos lycéens .


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *