Chantal Petillon, La population de Roubaix. Industrialisation, démographie et société, 1750-1880, Lille, Presses du Septentrion, 2006, 399 p. (Judith Rainhorn)

Le volumineux ouvrage que nous a livré Chantal Petillon, maître de conférences en Histoire contemporaine à l’université de Valenciennes, est issu de la thèse de Doctorat qu’elle a réalisée sous la direction de Pierre Deyon à l’université de Lille-3. Il vient enfin combler une lacune évidente de l’historiographie en étudiant à la loupe – parfois au microscope – l’histoire d’une ville française qui a connu au XIXe siècle une croissance phénoménale : Roubaix. Petit bourg de 8 000 habitants à la fin du XVIIIe siècle, la ville-champignon dont l’explosion démographique et urbaine repose sur l’aventure de l’industrie textile atteint 125 000 habitants à la veille de la Première Guerre mondiale, croissance sans équivalent sur le territoire national au cours du siècle de l’industrialisation.

Pour appréhender une telle masse d’hommes, Chantal Petillon assume dès l’introduction « la religion du chiffre », qu’il s’agisse des pratiques nuptiales, des niveaux de fécondité et de mortalité ou encore des comportements migratoires. Sur près d’un siècle et demi, ce sont donc 11 395 familles roubaisiennes qui ont été reconstituées à partir des registres de catholicité et d’état civil, afin d’inscrire l’étude des comportements démographiques dans le temps long et de faire la part entre les continuités et les ruptures chronologiques. Dénombrements, recensements, rôles fiscaux, patentes, registres d’arrivée des populations dans la commune, dossiers de naturalisation et actes notariés, ainsi que des documents portant sur les épidémies, la salubrité, les enfants trouvés ou encore l’enseignement, constituent l’essentiel des nombreuses sources utilisées pour constituer ce tableau à la fois fourmillant et dynamique du « Manchester français », de l’éclosion à l’âge adulte.

La caractéristique méthodologique essentielle de cet ouvrage est le traitement statistique d’une base de données dont l’auteur elle-même concède n’avoir pas épuisé le contenu, tant le travail de constitution de la base fut important. À ce titre, l’aspect monographique de La population de Roubaix est largement dépassé par le caractère exemplaire d’une étude statistique qui, sans être exhaustive, n’en témoigne pas moins de la volonté de rendre les chiffres intelligibles et utiles au lecteur : ce ne sont pas moins de 150 graphiques, cartes et tableaux qui accompagnent le texte, synthétisent les données ou illustrent par l’exemple.

Le plan de l’ouvrage suit globalement un mouvement de travelling avant, du cadre géographique et économique général (chapitres I et II) aux hommes qui, par leur mobilité et leurs comportements démographiques, ont façonné et habité la ville. Car c’est bien la migration, cette « ruée d’hommes » (chapitre III) en provenance de la Flandre et du Hainaut voisins, qui est à l’origine de la croissance exceptionnelle de la ville. Ici, les hommes sont venus au travail. Recrutant du nord de la Seine jusqu’aux confins de la Belgique maritime, Roubaix, ville frontalière, étend très tôt son aire d’attraction des deux côtés de la frontière franco-belge, « gommant » celle-ci par la multiplicité des trajets et des allers-retours, jusqu’à être qualifiée de « colonie belge ». Lorsque la révolution des transports accompagne l’essor industriel, les trajets effectués s’allongent et l’on vient désormais à Roubaix depuis Gand, « du fond des loins » comme l’écrit le poète belge Émile Verhaeren. Chantal Petillon montre ainsi que la culture entrepreneuriale roubaisienne a réussi car elle s’est confrontée à une culture ouvrière faite de passivité, de pauvreté et de désespoir : le textile « mangeur d’hommes », précocement implanté dans la ville, a progressivement concentré la fabrique textile dispersée dans la région, faisant la fortune de Roubaix et de ses grandes dynasties bourgeoises, jusqu’à conférer une dimension mondiale à la métropole lainière pendant l’âge d’or que constitue la seconde moitié du XIXe siècle.

Installée dans la ville, la population est ensuite analysée, voire disséquée, dans ses comportements démographiques (chapitres IV, V, VI) : la nuptialité – âge du mariage, stratégies matrimoniales, importance du concubinage et de l’illégitimité –, la natalité – des « multitudes d’enfants » au malthusianisme tardif et limité –, et la mortalité – l’omniprésence de la maladie et de l’insalubrité, l’importance des épidémies – sont autant de prismes à travers lesquels est scrutée la population roubaisienne, dans la variété de ses origines géographiques et de ses situations socio-professionnelles. Enfin, l’auteur s’attache à décrire la population stabilisée et « l’intégration en marche » (chapitre VII), les conditions d’accueil des migrants, leurs liens tissés avec la population locale – même si le terme peut parfois sembler un abus de langage, dans une ville dont une majorité des habitants sont des migrants… –, en particulier les mariages mixtes et les naturalisations, indices d’une volonté de sédentarisation définitive.

Roubaix offre donc un cas singulier en ce que l’accumulation de la main-d’oeuvre a pris ici une importance à nulle autre pareille sur plus d’un siècle, générant une croissance urbaine extraordinaire profondément liée au destin industriel de la ville. Mais Roubaix offre également un cas passionnant en ce que son territoire urbain laisse entrevoir un creuset où se fondent une multiplicité de pratiques démographiques exemplaires des grandes cités industrielles du long XIXe siècle. À ce titre, l’ouvrage de Chantal Petillon vient combler une lacune béante et constitue une pierre essentielle dans l’édifice de l’histoire des villes textiles de l’Europe contemporaine.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *