Étranges voisins. Altérité et relations de proximité dans la ville depuis le XVIIIe siècle, sous la direction de Judith Rainhorn et Didier Terrier, Presses Universitaires de Rennes, 2010, 276 p. (Thibault Tellier)

La promotion du Vivre ensemble est devenue aujourd’hui une injonction incontournable dans la déclinaison des politiques publiques en charge de la Ville et aussi forte que celle qui concerne la mixité sociale. Sur un registre plus léger, de plus en plus de villes organisent chaque année une « fête des voisins », démontrant ainsi le caractère chaleureux et vivant de leur commune. Ethnologues et sociologues se sont penchés sur la question, multipliant les recherches sur ces thèmes. En revanche, comme le soulignent à juste titre les directeurs de la publication, les historiens sont restés beaucoup plus discrets sur la question, même si le travail d’Arlette Farge Vivre dans la rue au XVIIIe siècle demeure à bien des égards pionnier et même unique en son genre. A cet égard, la période contemporaine recèle évidemment un paradoxe. Alors même que les sources tendent à se multiplier, la part prise par ce qui relève du quotidien, voir de l’intime, tend à s’estomper. L’exemple donné en introduction est de ce point de vue tout à fait éclairant : si l’histoire des courées du nord de la France apparaît effectivement essentielle dans l’appréhension de l’histoire urbaine contemporaine, en revanche la connaissance du caractère quotidien des relations de voisinage qui s’y déroulent demeure extrêmement restreinte, pour ne pas dire absente. La vie quotidienne de ces espaces de vie (la même remarque vaut pour les corons du Pas-de-Calais) ne transparait en effet pas dans les archives judiciaires, contrairement à l’époque moderne. C’est dire à quel point cet ouvrage apparaît novateur dans ses approches et dans ses objectifs. Ceux-ci se déclinent de deux principales manières. Il s’agit tout d’abord pour les concepteurs de la recherche organisée tout d’abord sous forme de colloque, de « circonscrire la société des voisins ». Comment doit-on définir ce qui fait voisinage ? La prise en compte des formes variées d’architecture ainsi que la trame urbaine s’avère évidemment indispensable. La typologie des logements est aussi bien entendu déterminante dans la définition des relations voisinages. A contrario, une telle étude implique également de s’intéresser à celles et ceux qui composent ces sociétés de voisinage. De ce point de vue, l’histoire sociale retrouve ici à bien des égards de nouvelles perspectives de développement. Le second axe principal suggéré par Judith Rainhorn et Didier Terrier concerne précisément les relations qui se nouent entre les populations qui composent ce voisinage. Reprenant ici la formule du sociologue Bernard Haumont, il s’agit de définir le voisinage comme un lieu « où se mettent en scène et se confrontent les différentes cultures de l’habiter ». L’altérité qui est au coeur des relations de voisinage dans les sociétés urbaines peut ainsi être analysée en profondeur, notamment du point de vue de la cohabitation entre différentes communautés, et non plus seulement pour elles-mêmes comme cela a parfois été la règle jusqu’à une date récente. Les termes de relégation, de cohabitation ou bien encore de ségrégation trouvent ici un registre d’historicité. Au regard de ces stimulantes réflexions, la somme des communications ne peut, évidemment, qu’y répondre partiellement. Les directeurs de la publication eux-mêmes ont d’ailleurs conscience qu’il ne peut en être qu’ainsi et qu’il s’agit plus d’initier un nouveau champ de recherches plutôt que de proposer une synthèse. Les textes qui sont réunis ici confirment le caractère prometteur de ces pistes de travail. Des archives de la municipalité de Lille à la fin du XIXe siècle concernant les règles de voisinage, à celles de l’UNESCO et de ses enquêtes sociales destinées à apaiser les « états de tension » dans les sociétés urbaines, on note à quel point les problématiques proposées s’avèrent riches et diversifiées. Les lieux choisis également, qu’il s’agisse de villes françaises, notamment celles du bassin minier, ou de territoires urbains étrangers comme Lisbonne ou bien encore Belfast, signifient également que l’échelle européenne est pertinente pour appréhender ce type de questionnements. L’objet de cette recherche que les directeurs de la publication résument dans une jolie formule, à savoir étudier « la vie au ras du sol avec son étrange voisin », apparaît effectivement fécond et stimulant. A l’avenir, sur ces thèmes, les historiens pourront se sentir moins isolés par rapport aux autres chercheurs en sciences humaines.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *