Christiane Raynaud (dir.), Villes en guerre, XIVe-XVe siècles, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, « Le temps de l’histoire », 2008, 243 p. (Boris Bove)

Ce colloque se propose de mesurer l’impact de la guerre sur le système économique et social urbain à travers 9 communications qui y répondent plus ou moins, mais offrent une belle cohérence dans le temps, tout en proposant un vaste échantillonnage géographique et de nombreux textes édités en annexe des articles : Peter Ainsworth s’intéresse aux représentations urbaines dans les chroniques de Froissart ; Manuel Sanchez Martinez expose les rapports difficiles des villes de Catalogne avec les routiers pourtant recrutés par leur propre roi en 1365 ; Philippe Jansen évoque les rapports parfois tendus des mercenaires avec les villes des Marches aux XIVe et XVe siècles ; Colette Gros-Collomp retrace les étapes de la « guerre de Pise » menée par Florence entre 1355 et 1365 ; Germain Buteau raconte le déroulement des deux sièges qu’a connus le palais des papes d’Avignon en 1398 et en 1411 ; Louis Stouff fait un bilan rapide des effets de la guerre sur Arles à la fin du Moyen Âge ; Christine Raynaud décrit la place des villes dans la chronique d’un Wallon pro-bourguignon vers 1432 qui s’intéresse malheureusement plus à la grande politique qu’à la vie quotidienne des villes en guerre ; Pere Verdes i Pijuan livre quelques impressions personnelles sur la façon dont les villes catalanes ont pu vivre la guerre civile de 1462-1472 ; Pierre Monnet enfin analyse à partir du cas des villes d’empire aux XIVe et XVe siècles la place structurelle du phénomène guerrier dans l’identité des citadins, mais aussi dans l’organisation urbaine.

De l’ensemble de ces contributions se dégagent quelques convergences fortes. Tout d’abord, il faut noter l’importance de la guerre dans la définition même de la ville qui s’est constituée, pour les communes, sur un désir de paix, en opposition aux désordres civils et militaires (P. Monnet). La nécessité d’assurer l’ordre public les conduit à se doter d’une organisation militaire et financière qui concerne tous les habitants, chacun servant ou payant à proportion de sa fortune. Le maintien de l’ordre et les fortifications absorbent aussi jusqu’à 70% des dépenses dans les villes impériales. Par ailleurs, les conflits militaires renforcent les institutions urbaines des villes, notamment celles des Marches qui sont conduites à négocier la guerre et la paix, à mettre sur pied une économie de guerre et à servir d’intermédiaire entre les gens d’armes soldés et la population civile (P. Jansen). La milice communale appartient cependant à un autre âge et toutes les villes de la fin du Moyen Âge lui préfèrent des troupes professionnelles soldées – en dernière analyse, la force militaire de la ville réside donc surtout dans sa richesse, c’est-à-dire sa capacité à payer des mercenaires.

Toutes les expériences concordent pour reconnaître le caractère inexpugnable des forteresses urbaines qui peuvent compter sur de hauts murs, souvent tout neufs, et de fortes réserves en nourriture, en munitions et en hommes : les deux sièges manqués du palais des papes d’Avignon sont là pour le rappeler (C. Buteau). Rares sont donc les assauts qui ont emporté des villes, mais nombreux sont les cas de villes prises par ruse, trahison ou lassitude. Les villes ne manquent pas en effet de faiblesses, les principales étant d’ordre économique et social. La cité close est imprenable mais s’asphyxie derrière ses remparts si bien qu’elle ne peut rester longtemps hermétiquement fermée, tandis que les privations exacerbent les tensions politiques et sociales entre les citadins (M. Sanchez Martinez), parmi lesquels se trouvent toujours un mécontent ou un traître pour ouvrir la porte à l’ennemi.

Le recours à des mercenaires paraît nécessaire pour mener une guerre efficace, mais l’usage de ces professionnels détachés de toute fidélité politique est délicat. Le roi d’Aragon, qui emploie en 1365 contre la Castille les grandes compagnies démobilisées après la première phase de la guerre de Cent Ans, s’en méfie. L’expérience lui donne raison puisqu’en dépit d’un encadrement très étroit des routiers et de nombreuses mesures préventives pour mettre les populations civiles à l’abri, ils pillent, violent et brûlent en Aragon (M. Sanchez Martinez). Les soldats mercenaires semblent indispensables, mais inspirent partout une terreur justifiée. L’adaptation des villes à la stratégie moderne passe aussi par une défense en profondeur de leur territoire à travers des forteresses avancées, que beaucoup d’auteurs notent dans développer. Certaines villes comme Florence sont aussi capables de mener une guerre économique pour ruiner leur adversaire (C. Gros-Collomp), mais cette innovation est moins le propre des ville que des pouvoirs souverains qui ont pris conscience à la fin du Moyen Âge de l’importance de cette nouvelle arme – on pense à Édouard III interdisant l’exportation des laines anglaises en 1336 pour pousser la Flandre à la révolte.

La plupart des communications soulignent que la guerre n’est pas un moment d’exception, mais tend à devenir une donnée ordinaire de la vie politique des villes à la fin du Moyen Âge. Ce contexte commun dans des contrées aussi différentes que l’empire, les Marches le royaume de France ou les royaumes ibériques n’est malheureusement pas explicité, les articles s’attachant seulement à décrire ses effets sur l’économie urbaine et en particulier l’alourdissement attendu de la fiscalité rendu nécessaire pour financer la nouvelle muraille ou la solde de la garnison.

Reste un certain nombre d’affirmations un peu rapides ou de contradictions qu’on aurait aimé voir pointées, sinon résolues. L’introduction évoque Philippe Contamine et les « riches études » sur la guerre en Occident à la fin du Moyen Âge (p. 7), de même que le colloque de Besançon en 1996 sur les villes et la guerre sans plus de précision en note, ni de contexte bibliographique ou historiographique. Christine Raynaud conclut ensuite que « la guerre […] a pour cible principale, à la fin du Moyen Âge comme aujourd’hui, les villes », tout en soulignant la très bonne résistance des cités aux assauts (p. 226), ce qui paraît paradoxal, d’autant que Manuel Sanchez-Martinez affirme auparavant que « l’évolution des stratégies militaires dans les guerres de condotte place de plus en plus souvent les villes, bien protégées derrières leurs murailles, à l’écart des combats » (p. 65) et que l’on se rappelle que les Anglais ont gagné la première guerre de Cent Ans en menant des chevauchées dévastatrices qui évitaient soigneusement les villes closes, faute de matériel de siège. Il serait peut-être plus juste de dire que le soutien des villes est un enjeu beaucoup plus politique (et financier), que tactique. Peter Ainsworth note que les miniatures des manuscrits de Froissart jettent une lumière crue sur l’horreur de la guerre, avec son cortège de pillages, d’incendies, de corps dénudés et mutilés, tout en évoquant quelques témoignages savoureux dont Froissart a le secret qui soulignent au contraire le sentiment de sécurité et la naïveté des citadins qui paraissent ignorer les dangers de la guerre, sans s’en expliquer. Pour Pere Verdes i Pijuan, « la famine peut aussi être classée parmi les effets collatéraux de la guerre » dans les villes catalanes de la fin du XVe siècle (p. 177), tandis que pour Louis Stouff, « la famine ne touche jamais Arles et la disette est rare » à une époque où les conflits ne manquent pas en Provence (p. 127). Alors, variation régionale ou affirmation trop rapide ? Autant de questions qui demeurent sans réponse. Au total, on a donc affaire à un volume intéressant, avec de belles communications, mais qui pâtit des limites propres au genre du colloque et on se prend à rêver que les historiens consacrent plus d’énergie à des enquêtes vraiment collectives plutôt qu’à des juxtapositions d’articles sur un thème commun.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *