Le technicien dans la cité en Europe occidentale, 1250-1650, sous la direction de Mathieu Arnoux et Pierre Monnet, Rome, École Française de Rome, 2004, 410 p. (Marie-Thérèse Lorcin)

Tenu en mai 2000 à Göttingen et organisé conjointement par plusieurs organismes scientifiques d’Allemagne et de France, ce colloque se veut européen. Les 19 communications rassemblées en font foi par leurs sujets et par les langues (3 en anglais, 5 en allemand, 7 en français, 4 en italien)

Le thème choisi est en cours d’exploration. Il s’agit de faire le lien entre l’innovation technique et sa mise en application. C’est la genèse de l’entreprise. Mais le titre implique de distinguer le technicien de la foule des artisans, qui sont souvent pluriactifs (Philippe Bernardi). De plus, les sources utilisées, très variées, montrent en général l’évolution technique mais en occultant le rôle des acteurs. On peut dépouiller des centaines d’actes publiques et privés à la recherche des « techniciens fantômes » sans rencontrer d’autres personnages que le magistrat, les notaires et les bureaucrates (Elisabeth Crouzet-Pavan).

La définition donnée au mot technicien par Philippe Braunstein, à la mémoire duquel est dédié ce colloque, est en effet très stricte, comme le rappelle Raffaello Vergani. Le technicien construit sa propre identité, sa carrière et son rôle public à partir d’une découverte et de la mise en valeur d’un « secret » industriel. Rares sont les cas où la documentation éclaire un individu avec assez de précision. Difficulté supplémentaire, il fallait montrer le technicien « dans la cité ». La ville en principe dispose des capitaux, des entrepreneurs et des débouchés assurant à l’inventeur de trouver un commanditaire. Mais la ville n’accueille pas toujours l’innovation, comme le montre l’histoire des verriers (Michel Philippe). De plus, elle n’est pas la seule puissance financière et politique capable d’investir dans de nouveaux procédés métallurgiques ou autres. Pape et empereur, rois et princes dépensent des sommes colossales pour se procurer l’armement dernier cri, l’édifice le plus beau, les divertissements au goût du jour… Ils reçoivent volontiers le fondeur de gros canons qui sait aussi fondre de belles cloches (Wolfgang von Stromer). Avant la Renaissance, rares sont les sources qui permettent de répondre à la question. Par exemple on sait qu’après la guerre civile qui ravagea l’Angleterre (1135-1154), il y eut beaucoup à reconstruire. Des experts affluèrent de partout (Natalie Fryde). Ils vinrent en particulier du continent, comme l’indiquent leurs noms (of Ypres, of Rheims, of Saintes, of Pisan). À Londres, ces techniciens, souvent polyvalents, travaillaient aussi bien pour le roi que pour la ville, les deux pouvoirs s’entendant, malgré leurs nombreux conflits, lorsqu’il s’agissait des murailles, des ponts et autres nécessités. Mais les chroniques qui ont transmis les noms des experts n’en disent pas plus long. On sait qu’un certain William of Winchester descendait d’une dynastie de techniciens comptant des architectes, des orfèvres et des charpentiers, mais ce personnage fait figure d’exception.

L’épisode décisif qui va faire sortir de l’obscurité l’inventeur en même temps que l’invention s’accomplit à Venise en 1474. Le gouvernement crée une patente pour les innovations jugées dignes d’intérêt. Le brevet accordé garantit à l’auteur de l’invention l’exclusivité du procédé pendant dix ans lui donne le droit de l’exploiter, de transmettre ses droits à ses héritiers, de les vendre ou concéder à un tiers. C’est une puissante incitation à révéler le résultat de la recherche au lieu de le tenir secret (Luca Mola). L’exemple de Venise fut rapidement suivi par les autres États italiens, puis par les pays voisins. Il existe au milieu du XVIe siècle un droit européen des brevets qui protège l’inventeur. Ainsi en 1578 un architecte florentin, Bernardo Buontalenti, put demander pour ses machines un brevet dans 42 États européens. L’engouement pour les engins de toutes sortes suscita nombre d’inventions sans utilité pratique qui furent refusées, mais sans décourager les chercheurs du mouvement perpétuel et autres fantasmagories.

Le technicien en général s’associe à un homme d’affaires, auquel s’ajoute souvent un troisième personnage bien introduit auprès du pouvoir, qu’il s’agisse du Conseil des Dix, d’un podestat ou de quelque autre gouvernement. C’est ce que montrent les contrats donnés comme exemples pages 243-250. La concession de droits d’exploitation est particulièrement en usage pour exploiter un procédé en pays étranger. Ainsi en 1589 un habitant de Modène fait breveter un nouveau type de moulin qui économise de l’énergie puisqu’il est mu par une seule bête de somme. Deux ans plus tard, il cède ses droits au financier génois Gasparo Grimaldi, qui pourra pendant dix ans exploiter ce type d’engins en Espagne moyennant 2000 écus d’or par an (p. 233).

Raffaello Vergani raconte l’ascension d’un pionnier de la métallurgie entre 1480 et 1535. Zuan Antonio Mauro, originaire de Lombardie, commença par chercher l’or dans les Préalpes de Vénétie, associé à des Allemands, Lombards et Vénitiens. La course aux métaux, précieux ou non, battait son plein alors dans ces montagnes où régnait un climat de Far-West obligeant les mineurs à vivre constamment armés. Mais l’or est rare. Mauro et son principal associé Tomaso Cusano se tournent vers la métallurgie et inventent un moyen d’extraire l’argent du minerai « sine igne », donc sans bois ni charbon, en utilisant le mercure. Ils obtiennent un brevet en 1507 du Conseil des Dix, et un privilège d’exploitation sur tout le territoire de la République. Z.A. Mauro poursuivit une carrière à la fois honorable et bénéfique jusqu’à sa mort. Mais le sol des Préalpes vénitiennes était trop pauvre en gisements et l’industrie déclina, ce qui fit oublier l’inventeur du traitement par le mercure. Procédé qui peu après fit la fortune de l’industrie de l’Amérique espagnole.

Il est impossible de résumer le colloque entier tant est grande sa diversité. Quelques constats courent à travers l’ensemble. Le premier est que les efforts des novateurs sont freinés par la pesanteur sociale et par des verrous technologiques à la fois. Les administrateurs, des clercs formés au droit à la comptabilité, qui contrôlent, rédigent et restent longtemps en place, sont omniprésents dans les textes où l’historien cherche l’expert, l’ingénieur. Le contrôle par les pouvoirs et les statuts des métiers freine le dynamisme de ceux qui s’efforcent de réaliser l’intégration verticale qui leur semble indispensable au progrès (Erich Landsteiner). Les « verrous technologiques » résisteront parfois longtemps, témoin le cas de la desserte en eau de la ville de Dijon (Patrice Beck).

Le second est l’importance que tient l’économie d’énergie dans les recherches des inventeurs, reflet des préoccupations des États (cf. le verre cristallin, le mercure dans le traitement des minerais).

Enfin la ville – c’est presque une tautologie – tient une place essentielle dans l’accueil des nouveautés, même si elle montre parfois peu d’empressement. C’est à Bologne et à Venise que des inventeurs présentent des machines à semer le grain. Certes, ils ne peuvent compter sur des villages pour leur accorder un brevet. De plus, ces machines qui permettent d’économiser de la semence coûtent chacune 7 écus d’or…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *