Véronique Thuin-Chaudron, Nice, de la colline du Château aux châteaux des collines, architecture, construction, urbanisation de 1860 à 1914, Nice, Serre éditeur, 2009, 560 p. (Dominique Hervier)

Dans la foulée des ouvrages parus ces dernières années sur les villes de villégiature1, Véronique Thuin-Chaudron a soutenu une thèse de doctorat d’histoire sous la direction du professeur Ralph Schor et la publie avec le concours du Conseil général des Alpes-Maritimes.

L’auteur annonce d’emblée que Nice, dans le contexte de forte croissance urbaine du XIXe siècle, fait figure de ville atypique par son statut de ville d’hiver et par l’accueil des étrangers qu’elle favorise. Si cette assertion serait à moduler en songeant à Arcachon, à Hyères et à bien d’autres villes de la Côte d’Azur, il n’en demeure pas moins que ces deux traits vont permettre à Nice une croissance dont les modalités constituent la matière de cet ouvrage touffu. La fourchette chronologique retenue est liée aux événements politiques – rattachement du comté de Nice à la France, approche de la Première Guerre mondiale – et complétée par de nombreux aperçus sur la construction niçoise dans la première moitié du XIXe siècle et par des présentations de la reprise des chantiers au lendemain de la guerre. La problématique envisagée est celle des conditions de passage d’un statut de cité provinciale de moyenne importance à l’accession au onzième rang des villes françaises. Séduits par la beauté du site et la douceur du climat, une élite française et internationale se fait commanditaire d’une ville nouvelle (par antinomie avec la « vieille ville » qui cependant poursuit son évolution urbanistique). Des acteurs, pas toujours d’origine niçoise, font émerger une architecture privée aux multiples facettes, accompagnée de bâtiments publics. Un urbanisme libéré des règlements du Consiglio d’Ornato, règlement urbain sarde, plus prégnant ici que dans d’autres villes (on pense à Aix-les-Bains), façonne des portions encore rurales du territoire communal ; un mode d’habiter couplant les avantages de la ville avec ceux de la campagne, qui fait par bien des aspects penser à celui que le comte Paul de Choulot promulgue – Cahier des charges en moins – à partir de 1863 au Vésinet.

Le travail considérable de l’auteur qui a dépouillé la presse locale, mobilisé les archives municipales et départementales, ainsi que des archives privées d’architectes et d’entrepreneurs, (119 pages réservées à l’appareil critique), est une étude d’historienne qui n’a pas, de son propre aveu, privilégiée la démarche patrimoniale et n’est allée sur le terrain qu’en second lieu pour visualiser – lorsque les édifices existaient encore – les renseignements apportés par les sources écrites.

L’ouvrage s’articule en trois parties : Une croissance atypique (124 pages), Les acteurs de la construction : une société originale (184 pages), Le devenir de la ville et sa remise en question (152 pages).

Dans la première partie, l’analyse de l’héritage urbanistique sarde transformé par les lois françaises, l’évolution chronologique des formes d’habitat – villa-château, villa de location, lotissement de villas, immeubles de rapport, hôtels, sans oublier le logement ouvrier – sont présentés dans toute leur diversité à partir des cas relevés dans les archives. L’auteur a constitué un fichier de près de 800 noms d’architectes, de paysagistes, d’ingénieurs et d’entrepreneurs : ceux de niçois qui ne nous sont pas toujours familiers et dont la carrière fut locale mais aussi des noms bien connus comme Edouard André, Ferdinand Bac, Adam Detloff, Just Lisch – et son ingénieuse villa tournesol, inspirée de sa formation d’architecte ferroviaire – Adolphe Alphand et bien d’autres. Ils vont, à n’en pas douter, constituer un enrichissement notable pour les bases Mérimée et Conbavil.

La deuxième partie trace un panorama du groupe hétérogène des commanditaires, membres des élites politiques, artistiques, financières, nobles de tout acabit, épouses et veuves. Du baron Haussmann aux Rothschild, des industriels russes (Paul Von Derwies) ou lillois (Edouard Schwob) aux constructeurs automobiles (Emile Jellinek Mercedes), les élites font construire ou transformer et parfois – c’est le cas des artistes – ne font que louer. Si bien que l’auteur observe que « la lecture du bâti ne renvoie pas clairement à une société identifiée ». Dans l’esprit de l’ouvrage de Catherine Boulmer2 on y relèvera également de précieuses informations sur le milieu des constructeurs (ascension sociale, alliances). V. Thuin-Chaudron a rassemblé là des informations nombreuses et circonstanciées que l’on voudrait posséder pour toutes les villes de villégiature, balnéaires, thermales ou d’altitude.

Enfin, dans la troisième partie, la plus ambitieuse, les cas exposés montrent les mutations du parcellaire, les développements en hauteur, l’évolution des différents quartiers et la transformation de la périphérie. Grâce à la conjonction des initiatives publiques et privées, on voit apparaître, au début du XXe siècle, la nécessité de promulguer des règlements constructifs et sanitaires ce qui permet un développement consacré à la distribution intérieure, à l’introduction du confort et des normes hygiéniques. L’influence des comités de quartier ou celle d’un Robert de Souza entraînent ainsi une prise de conscience des exigences d’une grande ville.

Malgré l’amateurisme de l’édition (absence de copyright, index incomplet, cartes quasiment illisibles), et des développements sur les styles architecturaux qui eussent gagné à être éclairés par un historien de l’architecture, il faut se réjouir de trouver dans ce livre un chapitre de l’histoire de Nice qui n’avait jamais encore été abordé de façon aussi complète.

1 Citons entre autres pour la région Alpes-Provence-Côte-d’Azur, François Fray, Geneviève Négrel, réd., Françoise Baussan, Marc Heller, Gérard Roucaute, photographes, Nathalie Pégand, cartes, Hyères (Var), Aix-en-Provence, coll. Images du patrimoine, n°198, ed. Association pour le patrimoine de Provence, 2000, 88 pages, ills couleurs , cartes et relevés, ISBN 2-909727-03-3 ; Laurent del Rosso réd, Marc Heller, photographe, Nathalie Pégand, cartes, Cap-d’Ail (Alpes-Maritimes), Aix-en-Provence, coll. Images du patrimoine, n°220, ed. Association pour le patrimoine de Provence, 2003, 72 pages, ills couleurs , cartes et relevés, ISBN 2-909727-05-X.

2 Catherine Jubelin-Boulmer, réd., F.Hamon et D.Hervier, dir., Hommes et métiers du bâtiment, 1860-1940, l’exemple des Hauts-de-Seine, Cahiers du patrimoine n°59, Paris, Monum, éditions du Patrimoine, 2001, 350 pages, ills., cartes, ISBN 2-85822-300-9.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *