Laurent Turcot, Le promeneur à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard – Le Promeneur, 2007, 427 p. (Youri Carbonnier)

Rarement ouvrage aura aussi bien trouvé sa place au sein de la maison d’édition Le Promeneur. C’est en effet la promenade qui est au coeur de l’ouvrage original de Laurent Turcot, la promenade, mais aussi promeneur qui lui donne son titre. Le cadre choisi, parisien, est celui où se construisent les pratiques et où s’élaborent les lieux de la promenade. La grande originalité de Laurent Turcot est d’ausculter la promenade sous tous ses aspects, comme pratique sociale ou hygiénique, à pied ou en voiture, dans des lieux spécifiquement aménagés – ce qui permet de s’intéresser aux transformations urbaines –, sans oublier le regard porté sur cette activité par quelques promeneurs célèbres.

La première partie du livre s’attache à la notion même de promenade, apparue au XVIe ou au XVIIe siècle, éminemment mouvante, mais distincte de la simple marche. Pas nécessairement pédestre, la promenade dépend du « voir et être vu », définissant des lieux spécifiques, comme le Cours-la-Reine, socialement discriminants. Dans cet espace clos de grilles et encadré de fossés, les dames se montrent en effet en carrosse et les messieurs sur d’élégantes montures. Grâce à une étude attentive des manuels de civilité, L. Turcot évoque la promenade à pied, acte social elle aussi, propice à une conversation policée, à deux ou trois, le long d’une allée de jardin bordée d’ormes offrant une ombre favorable. Avec Le Nôtre, la structure physique du jardin répond à son usage de promenade, tandis que se développent les jeux de mail, annonçant les boulevards du XVIIIe siècle. À cette époque, la promenade devient d’ailleurs un délassement « qui permet de conserver la santé car elle favorise les fonctions vitales ». On s’intéresse alors aux tenues adéquates : robes raccourcies permettant de marcher à l’aise ou souliers adaptés au pavage des rues.

Une deuxième partie évoque les lieux spécifiques de la promenade du XVIIIe siècle : les boulevards et les Champs-Élysées. D’abord réservés aux équipages, les boulevards se transforment, durant la seconde moitié du XVIIIe siècle, en un espace de mélange social, où le promeneur aristocratique voisine avec le plébéien. Lieux de circulation contournant la capitale, les boulevards reçoivent des aménagements spécifiques et posent des questions originales qui interrogent autant la promenade que l’urbanisme. Laurent Turcot décrypte cette originalité, montrant l’urbanisation progressive des abords des boulevards et la tension constante qui existe entre les propriétaires riverains, qui veulent circuler librement sans subir de nuisances, et les promeneurs, qui craignent de voir se réduire cet espace de liberté. Alors que la municipalité assiste à l’assimilation progressive des boulevards à la voirie ordinaire, l’aménagement spécifique de ceux-ci, avec leurs contre-allées bordées d’arbres protégés par des clôtures, leur allée centrale pavée, ainsi que leur équipement en mobilier urbain, bancs ou chaises, rappelle l’usage primitif des lieux. Les pratiques de l’espace illustrent la même tension. À travers les rapports de police, les boulevards apparaissent comme des rues ordinaires de la capitale, soumises à la surveillance de la garde de Paris. Pourtant, les règlements soulignent la priorité donnée aux promeneurs, face aux voitures. Celles-ci sont d’ailleurs de plus en plus nombreuses, à mesure que s’ouvrent des portes cochères, pour faciliter l’accès aux résidences qui se multiplient, transformant le boulevard en rue plus qu’en promenade. Les Champs-Élysées échappent à cette mésaventure. Cette promenade urbaine conçue comme le prolongement des Tuileries et du Cours-la-Reine cherche à se protéger au mieux d’une transformation en voie urbaine. Des barrières, des grilles et des fossés (sujets de polémiques) y délimitent une promenade pédestre plantée. Les difficultés de la direction des bâtiments du roi à faire respecter l’intégrité de cet espace face à la voracité de riverains bien en cour occupent des pages éclairantes, de même que la spécificité de la police qui s’y exerce. Celle-ci est entre les mains d’un garde suisse, dont les rapports fournissent à Laurent Turcot la matière d’une vingtaine de pages particulièrement vivantes et savoureuses1.

La dernière partie de l’ouvrage nous invite à une promenade qui ne se limite plus aux seuls boulevards ou jardins. À travers la lecture de guides de voyages2, genre qui fait florès au XVIIIe siècle, on découvre des parcours de découverte de la ville. Les auteurs de guides affichent une hiérarchie des promenades, depuis le Cours-la-Reine jusqu’au populaire boulevard, en passant par les incontournables Tuileries. Chez Nemeitz, chaque promenade possède une caractéristique propre, qu’il s’agisse du bon air, de la fréquentation sociale ou du panorama, et l’auteur insiste sur les usages qu’il convient de respecter dans chacune. Au-delà, les guides invitent le visiteur à déambuler dans les rues à la découverte des monuments et des lieux fameux, tout en insistant sur la nécessité d’effectuer ces déplacements en voiture. L’usage des guides est rendu plus palpable grâce à l’exemplaire de la Description de Paris de Piganiol de La Force que détenait Gabriel de Saint-Aubin. Peintre fidèle de la vie des boulevards ou des Tuileries, Saint-Aubin se montre un promeneur de Paris attentif, suivant son guide pas à pas, mais surtout le corrigeant, l’annotant et plus encore l’illustrant3. Il noircit de dessins les pages blanches et les espaces libres de typographie, donnant à voir à quel point il a su s’approprier les promenades proposées pour en faire une expérience personnelle, répondant ainsi au désir des auteurs de guides. Cette approche plus personnelle, véritable expérience urbaine, s’exprime plus nettement encore dans la littérature, à travers les écrits de Louis Sébastien Mercier et de Nicolas Rétif de La Bretonne, plus particulièrement auscultés par L. Turcot après un long détour par le journal du libraire Siméon Prosper Hardy, attentif aux transformations de sa ville. Grâce aux deux infatigables piétons de Paris que sont Mercier et Rétif (dont les déambulations nocturnes apportent une image inédite de la promenade), on saisit l’animation des promenades publiques autant que celle des rues, dont les deux hommes déplorent le danger qu’elles représentent pour les piétons. Au-delà de la description fine qu’ils proposent, c’est un regard de flâneur qu’ils nous offrent, ouvrant la porte à tous les promeneurs des XIXe et XXe siècles.

En définitive, le livre de Laurent Turcot constitue lui-même une promenade agréable, mais rigoureuse, à travers différents aspects du Paris des Lumières (aménagement urbain et réglementation, regards portés sur la ville, injonctions et appropriations individuelles) qui, tous, se rejoignent dans la figure polymorphe du promeneur.

 1 Ces rapports ont été publiés depuis : Flagrants délits sur les Champs-Élysées [Texte imprimé] : les dossiers de police du gardien Federici, 1777-1791, édition présentée et annotée par Arlette Farge, postface de Laurent Turcot, Paris, Mercure de France, 2008.

2 Laurent Turcot se place ici dans la continuité des travaux encouragés par Daniel Roche : La ville promise. Mobilité et accueil à Paris (fin XVIIe – début XIXe siècle), Paris, Fayard, 2000, p. 77-108 ; ou son édition de l’Almanach parisien en faveur des étrangers, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2001.

3 Ces volumes chargés de dessins appartenant à Saint-Aubin (conservés au musée du Petit Palais à Paris), dont  deux pages sont reproduites dans le livre qui fait l’objet de cette recension (p. 333), ont été présentés dans l’exposition que le musée du Louvre a consacrée à cet artiste de février à mai 2008. L’exposition montrait également les catalogues de vente que Saint-Aubin avait complétés de croquis.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *