Isabelle Chiavassa et François Gasnault (sous la direction de), Les Castel. Une agence d’architecture au XXe siècle, Marseille, Parenthèses/archives départementales des Bouches-du-Rhône, 2009. (Chantal Callais)

Cet important volume paru en 2009 a été publié par les Archives départementales des Bouches-du-Rhône et les éditions Parenthèses à l’occasion d’une exposition sur Gaston Castel, architecte majeur de l’Entre-deux-guerres et de la Reconstruction dans les Bouches-du-Rhône, rendant hommage en même temps à cet architecte très prolifique, mais discret, et à l’important travail mené par les Archives départementales pour la valorisation des archives d’architecture contemporaine. 

Le livre offre un répertoire des archives de l’agence marseillaise Castel, active entre 1922 et 1989. Il constitue une invitation à des recherches dont les sources premières sont ici présentées. Le classement, très complet et très précis, croise deux sources d’archives principales : le fonds déposé au Musée d’histoire de Marseille (essentiellement des plans) et celui, plus varié dans son contenu, conservé aux archives départementales des Bouches-du-Rhône. À ces sources s’ajoutent des fonds municipaux et d’autres centres d’archives départementaux ainsi que des archives nationales et du centre des archives d’architecture du XXe siècle de la Cité de l’architecture et du patrimoine. Des fonds  privés des AD des Bouches-du-Rhône sont également mis à contribution. 

Cette somme, qui comprend aussi les travaux d’étudiants en architecture de Gaston Castel et de ses enfants, est classée en trois grandes sections : les archives personnelles des architectes, la vie de l’agence, enfin la plus importante, les projets et réalisations. L’inventaire archivistique est précédé de présentation des Castel, d’extraits des textes de Gaston Castel et de trois études assez courtes, mais efficaces, rédigées par Danièle Voldman, Gérard Monnier et Emmanuel Laugier (qui prépare une thèse de doctorat sur les Castel). Elles situent l’architecture et l’urbanisme à Marseille dans le contexte national et, pour le dernier, le parcours professionnel de la famille Castel.

À la suite d’études aux Beaux-Arts couronnées de plusieurs médailles et après des débuts parisiens marqués par la rupture de la Première Guerre, Gaston Castel est incité au « retour au pays » pour y occuper la place d’architecte-adjoint du département. Mais Castel s’échappe rapidement de Marseille grâce aux congés qu’il sollicite pour aller étudier aux Etats-Unis l’aménagement et l’extension des grands ports américains. Puis, il s’installe au Brésil où une carrière brillante s’annonce, jusqu’à ce que la reconstruction de l’opéra de Marseille, dont il a gagné le concours, l’y ramène en 1922. Commence alors une carrière, fondée sur un poste officiel – il devient architecte en chef du département en 1922- et une agence privée. Il partage son temps entre les deux, sa mission officielle faisant certainement office de tremplin vers la commande privée et la commande communale, celle de l’Éducation nationale et des offices de logements sociaux. Homme multiple, Gaston Castel (Pertuis,1886 – Marseille,1971), est le maillon d’une chaîne dynastique, courante à la fin du XIXe et au début du XXe siècle,  de petit-fils et fils de bâtisseurs. Son fils puis son petit-fils seront également architectes et rejoindront son agence, respectivement en 1945 et en 1970. Sa fille entame également des études d’architecture ; sans aller jusqu’au diplôme, elle travaillera également avec lui.

L’architecte s’intéresse précocement à l’urbanisme dans le contexte original de la ville de  Marseille : il est chargé d’un plan d’extension et d’embellissement en 1918, avant que les lois de 1919 et 1924 ne le rendent obligatoire. Soucieux de didactisme sur le sujet, il rédige dans Les cahiers du sud plus de 40 chroniques entre 1927 et 1939, dont l’essentiel est regroupé dans deux publications  en 1932 et 1934. Sur les formes urbaines et celles de l’habitat, et surtout les questions de déplacement en ville, il avance des idées qui vont du pragmatisme à l’utopie, jusqu’à des propositions qui pourraient être considérées comme très actuelles au temps du « développement durable ». Admirant ouvertement Le Corbusier, il a pourtant un discours critique sur la « vie-standard» proposée par l’unité d’habitation. Son souci de la transmission s’exerce aussi à travers sa mission d’enseignant à l’École d’architecture de Marseille (1922-1952). 

À l’instar de la publication du Répertoire raisonné du fonds d’archives Auguste et Gustave Perret en 1995 (Archives nationales et Institut français d’architecture), qui a évidemment eu un effet catalyseur sur les nombreuses publications qui ont suivi, puis sur l’inscription du centre-ville du Havre comme patrimoine mondial de l’humanité en 2005, le catalogue raisonné du fonds Castel appelle des recherches qui pourraient emprunter de nombreuses directions. En effet, les quelques publications qui ont émaillé le XXe siècle, entre 1930 et 1994, n’ont pas épuisé le sujet. À peine une dizaine d’articles sont recensés, auxquels s’ajoute le catalogue de l’exposition présentée au Musée d’Histoire de Marseille en 1988, Gaston Castel architecte marseillais, (Aix-en-Provence, Édisud/Musées de Marseille) qui cible les réalisations marseillaises. Ces études ne concernent que Gaston Castel, à l’exclusion de ses descendants et collaborateurs des Trente Glorieuses. Le répertoire et les études qui l’accompagnent invitent à s’interroger sur plusieurs aspects de son activité et plus largement de son agence. Comment considère-t-il sa mission de service public auprès du département ? Comment ont évolué cette charge et ses conditions d’exercice depuis le XIXe siècle ? Le département des Bouches-du-Rhône n’échappe pas aux problèmes qui se posent partout en France au sujet de la structuration des services des bâtiments civils départementaux, et il semble que Gaston Castel inaugure  un nouveau poste, celui d’architecte-adjoint. 

La production de l’agence mériterait une analyse précise : est-elle totalement représentative de la grande majorité de la production architecturale de la période ? Ou tend-elle parfois vers des choix plus novateurs ? Selon Gérard Monnier la capitale phocéenne n’est pas dans les années 1930 à la pointe de l’audace en matière d’architecture et de projet de ville, au temps où Tony Garnier construit à Lyon et Émile Dubuisson à Lille. Gaston Castel se contente-t-il d’être moderne dans ses écrits comme admirateur de la pensée de Le Corbusier ? Dans quelle mesure l’architecte essaie-t-il d’appliquer dans ses projets ses convictions théoriques ? On connaît ses écrits sur le sujet, ce qui n’est pas si fréquent. Pour autant, il ne semble pas avoir adapté son enseignement à ses convictions théoriques.

Alors qu’il semble évincé des travaux majeurs après la Seconde Guerre, il serait intéressant de connaître ses relations avec les plus jeunes, notamment Fernand Pouillon, qui aurait été son élève et avec qui il aurait travaillé sur la reconstruction du port de Marseille, ou avec Le Corbusier, ou encore avec d’autres personnages majeurs comme Raoul Dautry, qu’il a caché en 1942, ou Jacques Gréber, Eugène Baudouin ou Marcel Lods, qu’il a accueillis dans son agence pendant la Seconde Guerre. Ses « héritiers », qui semblent être des personnages moins considérables, apportent-ils des changements, le fils, Ello, en 1945, et surtout le petit-fils, Yves,  en 1970, qui a vécu le passage des Beaux-Arts aux « unités pédagogiques d’architecture » après 1968 ? 

Les questionnements sont nombreux et les archives aujourd’hui répertoriées offrent une grande partie du matériau nécessaire à l’analyse de la vie professionnelle et de la production d’une agence dans une grande ville de « province » à une période essentielle de l’histoire de l’architecture et de la ville. Multiplier les ouvrages de ce type et de cette qualité contribuerait à la connaissance souvent lacunaire de l’histoire de la ville et de l’architecture, notamment hors de Paris.

Chantal CALLAIS


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. stephan castel dit :

    Arrière petit fils de gaston castel, né l’année de sa mort, j’ai été bercé petit par les histoires sur « le patron » et j’ai joué dans les propriétés de la rue Croix de Regnier et de la Rose, lieux très particuliers et pour moi magiques. Cet ouvrage a été pour moi l’occasion de découvrir bien d’autres éléments sur ce passé familial et je regrette avec l’auteur le manque d’étude sur cette architecture.
    Cordialement
    stephan castel

    • Descamps Jérôme dit :

      Bonjour,
      j’écris actuellement une thèse sur le peintre Henry de Groux, qui a été un ami proche de Gaston Castel entre 1922 et 1930, et a notamment réalisé deux grandes peintures pour l’opéra de Marseille. Accepteriez-vous de me contacter pour que nous évoquions ensemble cette relation et les oeuvres et correspondances qu’elle a suscitées ?
      Cordialement,

      Jérôme Descamps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *