Michèle Dagenais, Montréal et l’eau. Une histoire environnementale, Montréal, Boréal, 2011, 308 p. (Carole Ledent, Carole Payen)

Michèle Dagenais, professeure titulaire au département d’histoire de l’Université de Montréal, s’intéresse au processus de construction de l’espace urbain et au rôle du pouvoir municipal à cet égard. Ses recherches l’ont amenée à approcher les relations entre individus et environnement, entre ville et nature. Son dernier ouvrage, paru en 2011, explore les interactions entre la ville de Montréal et l’eau, cette dernière représentant tantôt un atout, tantôt un inconvénient au développement urbain.

C’est à la croisée de l’histoire environnementale et de l’histoire urbaine que les chercheurs écrivent depuis quelques années l’histoire commune de la ville et de ses eaux. Le milieu urbain a en effet été longtemps le « parent pauvre » de l’histoire environnementale du Québec, la conception canadienne de ce champ historique se rapprochant de la notion anglo-saxonne de « Wilderness »[1]. Michèle Dagenais, quant à elle, n’envisage pas que l’historien des rivières puisse étudier celles-ci comme des objets purement naturels, comme des entités autonomes : l’histoire de ces cours d’eau se situe dans un contexte spatial particulier. Son ouvrage s’inscrit donc dans la nouvelle dynamique de l’histoire urbaine environnementale, définie par Martin Melosi[2] comme une histoire tenant compte du milieu où prennent place les établissements humains et analysant les interrelations entre l’espace social, l’espace construit et l’espace naturel.

Au fil d’un récit courant sur plus de deux siècles, l’auteure aborde tant les questions de salubrité et de santé publiques, que celles touchant à la politique d’aménagement, aux controverses liées à l’exploitation des ressources et aux conflits d’usage, à la conquête de la ville sur sa banlieue et à la sub-urbanisation, aux mouvements conservationnistes puis écologistes, l’ensemble à chaque fois en lien avec l’eau et sa gestion. S’intéressant à la ville de Montréal, le cadre géographique auquel s’attache l’étude est à géométrie variable puisqu’il se calque sur les représentations en vigueur au fil des différentes époques traitées. Dans une perspective de longue durée, l’ouvrage entend ainsi reconstituer les dynamiques sous-jacentes à la façon dont a été conçue, définie et vécue la relation collective à l’eau.

Consacré à un « état de l’historiographie sur la question », le premier chapitre offre un panorama de la période couverte par l’ouvrage. Depuis les écrits de Joseph Bouchette au début du 19e siècle jusqu’aux dernières années du 20e siècle, sont présentées les perspectives dans lesquelles l’eau a été pensée dans les principaux ouvrages géographiques et historiques centrés sur la ville de Montréal. Les métamorphoses de ces perspectives dessinent cinq périodes et sont analysées au regard du contexte général de l’époque, de la configuration de l’espace et des aménagements et décisions pour lesquels ont opté les autorités publiques.

Dans la suite de l’ouvrage, six chapitres se succèdent suivant un ordre chronologique. Dans chacun d’eux, la focale se resserre autour d’une période, finement étudiée par l’auteure.

La démolition des fortifications au début du 19e siècle marque le début d’une redéfinition de la ville en fonction des nouveaux impératifs de circulation urbaine. Dans ce cadre, l’eau devient un élément à règlementer et à aménager. Notamment en ce qui concerne les eaux de surface et la grève, la présence et les usages de l’eau dans la ville sont encadrés par des règles nouvelles. Parallèlement à l’émergence de ces normes, les Montréalais assistent à une première phase de transformation de leur espace urbain qui engendre des modifications dans la relation tissée entre la ville et ses eaux. Rapidement néanmoins, ces aménagements montrent leurs limites et témoignent de nouveaux besoins au niveau politique.

Dans la deuxième moitié du 19e siècle, dans la grande ville en voie d’industrialisation qu’est devenue Montréal, le fleuve prend le statut d’un élément central et devient l’objet d’aménagements de plus en plus nombreux au gré des moyens techniques mis en œuvre. Au même moment, l’idéal sanitaire, prônant un assainissement de l’espace urbain, fait de l’eau l’un des moyens d’assainir, mais aussi de gouverner la ville. Ce contexte induit diverses transformations. Sur le plan politique, la création d’institutions plus locales et la municipalisation de l’espace montréalais mènent à l’approbation de nouvelles mesures et à une nouvelle organisation du territoire. Aux niveaux environnemental et technique, l’eau courante et l’eau vive sont gérées sur fond d’enjeux politiques. L’eau du fleuve est conduite dans l’espace urbain tandis que les abords du Saint-Laurent deviennent le cadre d’aménagements d’envergure. Mais la conjonction d’un milieu naturel changeant et d’aménagements successifs nécessitent sans cesse des ajustements.

La fin du 19e siècle et le début du 20e sont marqués par des tensions et crises de remise en question autour de l’eau. La lutte contre les inondations du Saint-Laurent et contre la pollution des cours d’eau ainsi que la volonté de fournir une eau saine au niveau bactériologique donnent lieu à des réaménagements à l’efficacité discutée et aux conséquences multiples et conflictuelles. Dans le même temps, l’emprise des autorités publiques dans la vie quotidienne se fait de plus en plus forte via la gestion des eaux et l’on assiste à une redéfinition du rapport collectif avec l’eau. Les réseaux d’eau s’étendent, de même que le pouvoir des autorités montréalaises, sur une partie croissante de l’île.

Ainsi, à la fin du 19e siècle, la mise en réseau des eaux usées et potables ordonne les relations à l’échelle régionale. Le désir de conquête du territoire et de la nature qui préside dans la première moitié du 20e siècle va entrainer, au cours des années 1920-1930, l’industrialisation de la rivière des Prairies et la création d’un barrage accentuant ainsi l’impact des pollutions et des inondations et poussant la population à protester. Parallèlement, dès 1910, les zones périphériques de la ville se constituent progressivement en lieu de villégiature et de baignade – loisir favorisé par la création du barrage. Le Bureau d’hygiène municipal doit ainsi intervenir et souvent interdire cette baignade dans des eaux polluées. Mais la ville doit également s’attaquer à la source du problème en construisant une station d’épuration. Malgré les pressions du Service provincial d’hygiène et la Régie des eaux, la centrale de traitement ne sera mise en fonction qu’en 1985.

Les conditions qui président au développement de Montréal après la seconde guerre mondiale influent de manière importante sur les cours d’eau. Ainsi, si la ville avait, avant le conflit, une fonction de carrefour grâce aux différents cours d’eau qui la traverse, ces mêmes cours d’eau deviennent peu à peu un obstacle ceinturant la ville et entravant son développement. En effet, la ville déborde de l’île et gagne le continent, tant par l’aménagement de nouvelles voies de communication – en plein développement suite à l’avènement de l’automobile – que par la construction résidentielle, la population cherchant des lieux calmes et paisibles le long des berges. À la même époque, le Saint-Laurent connaît sa deuxième domestication avec la construction de barrages et de digues dans la section internationale des rapides du fleuve et la création du canal de la Rive Sud. Ces aménagements vont induire de puissants changements : inondations, modification du débit et des courants en divers endroits, remise en question de la fonction de port de Montréal, mais également accentuation des problèmes de pollution. Cette dégradation de la qualité des eaux va soulever l’inquiétude des pêcheurs. Dans les années 1960-1970, des enquêtes scientifiques sur l’état du fleuve révèlent l’étendue du problème et posent les bases d’une vision plus globale des diverses fonctions de l’eau. Le besoin de rapprochement, d’accès à l’eau s’exprime également de manière croissante dans la population, tandis que la ville, peu à peu désindustrialisée, se tourne dans les dernières décennies du 20e siècle vers le secteur récréatif pour relancer son économie. Différents programmes d’aménagements sont établis par les autorités, dont les projets « Archipel » ou encore « Réseau Bleu ». Ces projets tentent au mieux de traduire la nouvelle conception, dite « intégrée », de l’eau, tenant compte des interactions entre celle-ci et les différentes dimensions constitutives de la ville : la circulation, le transport, la salubrité, la santé, les loisirs… Ainsi, les projets pour rétablir l’intégrité du fleuve souillé par les pollutions diverses et se le réapproprier s’inscrivent dans des démarches destinées une fois encore à développer son potentiel, à l’adapter à l’homme. On continue ainsi de façonner les cours d’eau, à travers les nouveaux prismes de la protection et de la réappropriation.

Michèle Dagenais démontre tout au long de son analyse que Montréal et l’eau sont indissociables. De même que la ville et la population n’ont jamais été séparées de l’eau, « les débats à propos de l’eau ne concernent jamais l’eau uniquement » (p. 234). C’est là une des principales forces de l’ouvrage : il témoigne d’une volonté constante de prendre en compte toutes les facettes en présence dans la relation ville-eau. Le propos oscille de façon permanente entre les « perspectives selon lesquelles l’eau a été conçue et représentée » et les « formes sous lesquelles elle se présente » (p. 12), sa transformation, ses usages et ses aménagements, et prend en considération les différentes données d’un problème : difficultés techniques, enjeux politiques aux différents niveaux de pouvoirs, intérêts économiques nationaux et internationaux, multiples points de vue des acteurs, ressenti des populations, et si nécessaire des différents groupes formant cette population…

Dès l’introduction – dans la présentation de l’objectif de l’ouvrage, des contextes historiographiques dans lesquels il s’inscrit, de ses angles d’approches et frontières et de son plan – ainsi que dans chaque chapitre, la clarté d’écriture et de structure de l’auteure est constante. Le propos est étayé de sources riches et variées même si la bibliographie générale figurant à la fin de l’ouvrage ne rend pas toujours justice à la diversité des sources utilisées par l’auteure, comme en témoignent les notes de bas de page. Michèle Dagenais a notamment exploité les archives de la société Hydro-Québec. Des illustrations jalonnent le propos et permettent au lecteur de visualiser les lieux à différentes époques. Outre celles présentes tout au long de l’ouvrage, des citations figurent au début de chaque chapitre et en constituent l’accroche.

Toutes ces qualités donnent à cet ouvrage la capacité de toucher un public large, comprenant entre autres historiens et géographes évidemment, mais aussi – et c’est sans doute l’une de ses plus belles richesses à notre sens – les Montréalais eux-mêmes, comme l’a d’ailleurs souligné  la presse dès la sortie de l’ouvrage.

 Carole PAYEN, Carole LEDENT


[1] Castonguay (St.), Faire du Québec un objet de l’histoire environnementale, dans Globe. Revue internationale d’études québécoises, vol. 9, n° 1, 2006, p. 17-49.

[2] Melosi (M.), Urban Environmental History on Two Continents : Europe and the United States, communication présentée dans le cadre du 20e Congrès international des sciences historiques, Sydney, juillet 2005, cité par Claire Poitras dans  Poitras (Cl.), L’histoire urbaine environnementale au Québec. Un domaine de recherche en émergence, dans Globe. Revue internationale d’études québécoise, vol. 9, n° 1, 2006, p. 93-111.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *