Olivier Chatelan, L’Eglise et la ville. Le diocèse de Lyon à l’épreuve de l’urbanisation, Paris, L’Harmattan, 2012, 271 p. (Thibault Tellier)

Comme le rappelle l’auteur dans son propos introductif, la Ville a été longtemps un « angle mort » de l’historiographie religieuse en France[1]. Cette carence s’explique en partie par le fait que l’Eglise catholique elle-même a longtemps privilégié une approche rurale de son histoire. Néanmoins, comme le soulignait Bruno Dumons dans ces mêmes colonnes (Histoire urbaine, 13, 2005), l’historiographie concernant le rapport que le catholicisme entretient avec la Ville a fortement évolué au cours de la dernière décennie. Le présent ouvrage sur le diocèse de Lyon à l’épreuve de l’urbanisation s’inscrit donc dans cette approche historiographique renouvelée. La circonscription religieuse de Lyon offre en effet un point de vue extrêmement riche en ce qui concerne la manière dont les catholiques ont appréhendé l’une des thématiques majeures des Trente Glorieuses, à savoir le passage définitif de la France à l’urbain. L’objectif est de voir en quoi le catholicisme a été partie prenante dans le processus de construction et d’aménagement de l’agglomération lyonnaise. Le périmètre d’études étant celui du diocèse de Saint-Jean, regroupant 117 paroisses réparties sur 34 communes. A cet effet, l’ouvrage est composé de trois parties qui restituent peu ou prou la chronologie urbaine des séquences des Trente Glorieuses : la contribution de la sociologie urbaine au développement de la ville au cours des années 1950 ; la question de l’aménagement au cours de la décennie suivante ; enfin, ce que l’auteur désigne comme étant « les stratégies territoriales et modèles pastoraux dans la ville (1957-1975).

Ce cheminement historique suggère en effet une adaptation de l’institution religieuse au fait urbain qui s’impose à Lyon et dans les communes périphériques au cours des années 1950-1970. Au début de ce processus, l’Eglise ne semble guère spécialement intéressée par ce type de problématiques, et c’est en réalité les travaux de sociologie religieuse qui va l’y amener. Si cela n’est pas propre au diocèse lyonnais, la démarche impulsée principalement au sein des facultés catholiques de Lyon prend une importance toute particulière. Elle a surtout pour perspective de porter, selon les termes de l’auteur, « un regard froid d’expert » sur la fréquentation ordinaire des paroisses urbaines afin de mesurer de manière objective le degré d’adhésion des fidèles aux structures paroissiales locales. Le recensement de 1954 est la première étape de la prise en compte de l’urbanisation par les sphères catholiques. Il s’agit, comme le note l’auteur, de procéder à la « territorialisation de l’action pastorale » au sein du diocèse. Pour mener à bien cette observation, il sera d’ailleurs créé dès l’année suivante un Institut spécialisé dans la sociologie religieuse. Dès lors, l’Eglise catholique peut participer activement aux réflexions concernant le dossier de l’aménagement du territoire lyonnais et bien évidemment, plus spécifiquement en ce qui concerne l’implantation d’églises nouvelles dans le diocèse. De ce point de vue, Olivier Chatelan montre en quoi l’expertise catholique change nettement de dimension à partir de 1965. L’enjeu n’est plus seulement l’implantation de nouveaux lieux de cultes, mais bien de participer aux débats concernant la réflexion sur le modèle urbain qui tend à s’imposer en France durant cette période. Ces questionnements rejoignent ceux qui sont posés au même moment par certains chercheurs au plan national, pour une partie d’entre eux proche du catholicisme comme Paul-Henry Chombart de Lauwe. Á ce niveau, il aurait été précieux de comparer à l’échelle de Lyon, les approches entre experts catholiques et responsables en charge des questions urbaines. La chronologie invite en effet à cette comparaison. Ainsi, la politique des grands ensembles qui est menée entre 1955 et 1975 recoupe-t-elle celle des chantiers diocésains. Si cette convergence n’est pas propre au diocèse de Lyon, elle y prend une dimension particulière au regard de l’urbanisation qui caractérise ce territoire au cours des Trente Glorieuses. Enfin, la question pastorale telle qu’elle a été pensée localement invite aussi à se poser la question de la gouvernance urbaine pour reprendre un terme à la mode et que l’auteur utilise ici pour saisir la manière dont l’Archevêché a appréhendé la manière d’administrer les nouveaux espaces. A cet effet, il montre que les autorités ont plus opté pour une « action à distance » plutôt que pour un « contrôle absolu ». Ce qui renvoie également à un questionnement plus global porté notamment par les militants de la deuxième gauche et du Parti socialiste unifiée (PSU) sur la manière de concevoir un pouvoir urbain réellement démocratique.

Cet ouvrage contribue donc efficacement à expliciter la manière dont les experts catholiques ont vécu et contribué à l’analyse du fait urbain qui caractérise la France du second vingtième siècle. Confrontée à une question inédite, l’Eglise a su participer au débat en apportant une contribution originale sur la manière d’appréhender cette « civilisation urbaine » en train de naître. L’Eglise a-t-elle pour autant réussi à imprimer sa marque sur les réflexions menées par l’État ? Rien n’est moins certain. A cet égard, le livre est critiquable sur un point précis : l’exploitation des sources ne repose que sur les archives diocésaines. Ce qui peut paraître quelque peu restrictif dans la mesure où il s’agit de traiter de la question urbaine dans sa globalité, et non du seul point de vue religieux. Un dépouillement des archives relatives à l’urbanisation de l’agglomération lyonnaise (notamment à partir des sources de l’Équipement) aurait sans doute permis de mieux saisir les va-et-vient qui se sont sans doute opérés entre les responsables catholiques d’une part et les porteurs des projets urbains d’autre part. Ceci dit, il reste maintenant à écrire la séquence chronologique suivante, à savoir la manière dont ces mêmes responsables catholiques ont perçu la crise urbaine qui se développe à partir du milieu des années 1970 et dont l’exemple de la région lyonnaise offre un riche point d’observation.

Thibault TELLIER


[1] Á noter au début des années 2000, Philippe Boutry, André Encrevé (textes réunis par), La Religion dans la ville, Créteil, Bordeaux, Institut Jean-Baptiste Say/université de Paris-XII-Val de Marne, Éditions Bière, 2003.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *