Florence Bourillon, Annie Fourcaut (sous la direction de), Agrandir Paris 1860-1970, Paris, Comité d’histoire de la ville de Paris/Publications de la Sorbonne, 2012 (Thibault Tellier).

 

L’ouvrage publié sous la direction de Florence Bourillon et Annie Fourcaut, historiennes qui comptent parmi les meilleurs spécialistes de l’histoire contemporaine de Paris et de la région parisienne, est la somme des contributions présentées lors du colloque qui s’est tenu en 2010 à Paris sous le titre 1860, Agrandir Paris. Cette manifestation scientifique s’inscrivait dans le programme de commémoration du 150e anniversaire de la promulgation du décret impérial du 26 mai 1859 (avec effet au 1er janvier 1860) qui devait bouleverser l’ordre territorial parisien. La loi des 6 et 16 juin 1859 dont l’exécution fut confiée au Préfet Haussmann prévoyait que les territoires compris entre le mur des Fermiers généraux et les fortifications, soit au total onze communes et quelques enclaves, seraient annexés. La capitale verrait ainsi sa superficie doubler et sa population augmenter de près d’un demi-million d’habitants. Paris prendra ainsi son empreinte contemporaine avec la création de huit nouveaux arrondissements.

Dans le contexte actuel des débats sur les conditions de réalisation du Grand Paris, l’objectif du colloque était notamment, selon ses deux organisatrices, « de mettre un terme à l’amnésie sur l’origine de l’agrandissement de la capitale ». Depuis la publication en 1869 par Jules Ferry des Comptes fantastiques d’Haussmann, le développement de Paris et de ses territoires périphériques a fait en effet l’objet de nombreuses interprétations politiques, qu’il s’agisse de la « légende noire » des origines, ou bien encore, un siècle plus tard, de la réécriture par l’administration gaullienne du dessein parisien. Cela suppose de disposer de nouvelles grilles d’interprétation qui forment le canevas de l’ouvrage. En premier lieu, il s’est agi d’établir une généalogie du projet lui-même en rappelant les projets antérieurs de constructions militaires qui avaient déjà contribué à modifier la physionomie du territoire parisien et des faubourgs. De ce point de vue, comme le suggèrent Frédéric Moret et Virginie Capizzi, le décret de 1860 s’inscrit dans une démarche impulsée depuis parfois plusieurs décennies et qui a déjà suscité de nombreux débats. L’édification de ces enceintes militaires est également appréhendée du point de vue de la comparaison avec  l’étude du cas lyonnais par Jean-Luc Pinol, Claire-Charlotte Butez et Emmanuelle Regagnon qui est précisément original du fait de l’incomplétude de ses fortifications. Le cas allemand (Frédéric Saly-Giocanty) est également remarquable du fait des choix urbanistiques réalisés, en particulier la décision de transformer en partie ces ouvrages militaires en jardin. De ce point de vue, Berlin restera longtemps un modèle urbanistique.

La seconde partie de l’ouvrage consacrée à l’extension de Paris suggère également de ne pas prendre le décret impérial comme se suffisant à lui-même, mais en s’appuyant notamment sur les différents types de réception ainsi que sur la manière dont on envisagea sa mise en œuvre. Florence Bourillon souligne ici toute l’importance qu’il convient d’accorder à l’expertise qui a été développée à cette occasion et qui témoigne de l’existence d’une réelle réflexion sur l’espace parisien. A l’heure de la multiplication des « experts », il est nécessaire de remettre l’histoire de ce qualificatif dans la longue durée. De même, les textes de Nathalie Montel, Bernard Gaudillère et Christiane Demeulenaere-Douyère suggèrent une histoire fine des lieux de résistance à l’ordre impérial. Qu’il s’agisse des enquêtes publiques, du Corps législatif ou de l’Est parisien, les contestations sont variées. Pour qui s’intéresse à la manière dont les processus décisionnaires se mettent en place, il est à noter que la définition même du projet fut longue et complexe, du fait des discussions au sein du Conseil d’État, seul habilité à rédiger la loi finale. Les exemples étrangers, qu’il s’agisse de Bruxelles, Rome ou bien encore Londres suggèrent aussi à leur manière qu’il existait d’autres possibilités que celle choisie par le pouvoir impérial. Les recherches présentées ici relèvent donc d’une histoire de l’haussmannisation plus complexe que celle qui est traditionnellement présentée. L’idée d’une imposition intégrale de la volonté impériale doit être très nuancée.

Ce projet fut aussi l’occasion, comme le titre la troisième partie de l’ouvrage, de « faire de la ville ». En cela, le décret impérial constitue bel et bien le socle d’une pensée urbaine et d’une mise en perspective qui alla bien au-delà du seul registre parisien. Qu’il s’agisse des crises sanitaires constatées cycliquement dans la capitale, ou bien des « désordres urbains » maintes fois dénoncés par les opposants au régime, les socialistes en particulier, le projet de 1860 marque une étape fondamentale pour ne pas dire anticipatrice de l’urbanisme contemporain. L’objectif entrepris par l’Empire et repris par la IIIe République consiste selon les termes utilisés ici à « faire de la ville » dans les territoires nouvellement associés au destin parisien. Dans les communications contenues au sein de la troisième partie, on voit se dessiner les contours d’un véritable projet urbain, qu’il s’agisse de l’aménagement de l’espace (Géraldine Texier-Rideau) ou bien du dessein qui consiste à faire des nouveaux quartiers de la capitale des zones résidentielles pour artistes (Manuel Charpy). Les exemples étrangers, qu’il s’agisse du cas de Rome étudié par Catherine Brice et de celui de Londres par Nick Bullock où un système original d’administration territoriale fut mis en place témoigne de la nécessité d’avoir recours à la comparaison internationale pour étudier la spécificité du cas parisien. L’étude du cas bruxellois (Benedikte Zitouni) suggère également qu’il existait des solutions alternatives à l’annexion, notamment l’agglomération des communes périphériques à la capitale, modèle politique qui structure encore aujourd’hui l’administration communale de la capitale belge.

L’un des principaux enseignements de ce colloque suggère aussi la nécessité d’appréhender la question de l’extension parisienne sur la moyenne durée, en l’occurrence sur le siècle suivant. Ici également en effet, la dilation chronologique s’impose. Comme l’avait suggéré la thèse de Jeanne Gaillard (Paris, la ville, 1852-1870[1]), c’est au cours des journées de juin 1848 que se fit « l’irruption de la banlieue » dans la pensée urbaine de l’époque. Du statut très peu envié de « parasites qui vivent de la vie des villes sans en supporter les charges », les espaces périphériques acquirent celui nettement plus favorable de territoires indispensables à Paris en vue de son développement futur. De ce point de vue, le présent ouvrage s’inscrit dans la veine des nouveaux chantiers historiens ouverts sur Paris et sa banlieue depuis plusieurs années. Le titre de la quatrième partie « Paris-Banlieue » renvoie d’ailleurs explicitement à l’ouvrage publié en 2007 sous la direction d’Emmanuel Bellanger, Mathieu Flonneau, Annie Fourcaut, Paris/banlieues Conflits et solidarités, historiographie, anthologie, chronologie, 1788-2006, (Créaphis). L’histoire déroulée sur un siècle de l’agrandissement parisien permet en effet de saisir l’ampleur des transformations urbaines et urbanistiques engendrées par ce phénomène, notamment en ce qui concerne le traitement des questions techniques (la voirie par exemple), le logement, ou bien encore les transports. Sur ce dernier point, le texte de Pascal Désabres met en lumière les désaccords qui existent très tôt entre Paris et le département de la Seine. A l’heure de la recherche d’un nouveau tracé francilien pour les transports en commun, le retour à l’histoire ne semble pas totalement inutile… La question du logement analysée par Danièle Voldman au travers de l’histoire des Offices HBM de Paris et de la Seine confirme l’idée de la nécessaire mise en partage des nouveaux espaces pour l’accueil des catégories populaires. On constate d’ailleurs les mêmes évolutions pour Madrid étudié par Charlotte Vorms. Si la concurrence semble avérée entre Paris et ses périphéries, il n’en reste pas moins que peu à peu se dessine aussi une carte de la coopération intercommunale, notamment sous l’égide du Conseil général de la Seine (Emmanuel Bellanger). Sur la moyenne durée, l’annexion rend le destin de Paris indissociable de celui de ses périphéries. Isabelle Backouche montre ainsi que la question de la rénovation de certains ilots insalubres de la capitale engagée de part et d’autre de la Seconde Guerre mondiale modifie de manière importante l’équilibre entre Paris et sa périphérie. De fait, comme le suggèrent Marie Charvet et Pierre Casselle, la question de l’annexion ne met pas un terme à la question de la délimitation de la capitale. Les débats sur les enjeux hygiénistes, politiques et patrimoniaux confirment l’idée selon laquelle le débat se perpétue au gré notamment de l’actualité. Ainsi, la Première Guerre mondiale conduit-elle au vote (unanime) du démantèlement des fortifications et des projets d’aménagement à envisager. Le cas de Berlin est alors souvent cité en référence (Stéphane Füzesséry).

La dernière séquence chronologique envisagée par les organisatrices du colloque conduit à se poser la question de la datation de la fin du cycle haussmannien et l’ouverture d’une nouvelle période marquée essentiellement par une mise en perspective métropolitaine des problématiques soulevées par la loi de 1860. Qu’il s’agisse de la politique des grands ensembles (Annie Fourcaut), du projet de Paul Delouvrier pour la région parisienne (Loïc Vadelorge), ou bien de la croissance pavillonnaire étudiée par Martine Berger, les nouvelles données économiques et démographiques obligent les pouvoirs publics à prendre en compte ces changements et à proposer pour cela de nouvelles approches territoriales. Il y a là sans nul doute de précieux gisements à exploiter pour les historiens.

Au final, par la variété de ses approches ainsi que par son inscription dans la moyenne durée, ce colloque est parvenu à sortir définitivement le décret de 1860 de son caractère conjoncturel qui sied traditionnellement à ce type de décision. Au contraire, il s’est agi de le resituer dans les dynamiques urbaines qui caractérisent le XIXe siècle et qui se prolongent dans le cas présent jusqu’aux Trente Glorieuses. Par ses talents de négociateur, Haussmann a su imposer  un nouvel ordre politicio-administratif qui devait façonner durablement le territoire parisien et francilien. Les dynamiques à l’œuvre au même moment dans d’autres capitales européennes témoignent également de l’ampleur du phénomène et de la nécessité de ne pas s’en tenir au seul cadre national. A l’heure où les débats autour du Grand Paris semblent s’enliser quelque peu dans des querelles de procédure, la lecture des actes de ce colloque qui fera date dans les recherches en histoire urbaine contemporaine est à recommander pour quiconque s’intéresse au devenir de la région-capitale mais même au-delà, aux différents modes de développement urbain et d’administration territoriale de notre pays.

 

 Thibault TELLIER


[1] Jeanne Gaillard, Paris, la ville, 1852-1870,  [1977], Paris, L’Harmattan, 1997. 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *