Marc Conesa, D’herbe, de terre et de sang. La Cerdagne du XIVe au XIXe siècle, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2012, 556 p. (Gilbert Larguier)

L’ouvrage, version condensée d’une thèse de doctorat, a pour théâtre un cadre original, la Cerdagne, située à l’est des Pyrénées, dépression montagnarde à 1 300 m de hauteur ceinturée de massifs qui culminent à près de 3 000 m d’altitude, et pour objet, l’étude des relations entre territoire et société. Le terrain paraissait pourtant encombré par des thèses qui avaient marqué l’historiographie : sur les « maisons » (Le Play) instituées comme des archétypes du monde pyrénéen où l’héritier unique chargé de conserver un patrimoine réputé inaliénable et indivisible assurait la pérennité des familles, de la société, voire de l’habitat et des modes d’exploitation montagnards ; plus récemment sur les frontières (Peter Salhins) montrées comme le facteur déterminant des transformations économiques, sociales et culturelles – la frontière établie en 1659, lors du traité des Pyrénées, entre la France et l’Espagne partage la Cerdagne en deux. Afin d’en éprouver la pertinence, Marc Conesa s’est engagé dans une étude globale susceptible de révéler la nature et les composantes de ce territoire, les dynamiques profondes des relations entretenue par les acteurs, individus, maisons, seigneurs, communautés, États souverains. Cela sur cinq siècles.

 Au centre de la réflexion, la ville, Puigcerdà, fondation comtale du XIIe siècle, dont la réussite est d’abord éclatante, unique dans l’espace pyrénéen. En 1497 ne se situe-t-elle pas au cinquième rang des villes catalanes avec un tiers de la population cerdane ? Or trois siècles plus tard – en 1797 – elle n’est plus qu’au 94e rang des villes de Catalogne, peuplée seulement du sixième de la population cerdane. Elle n’a pas perdu des habitants – leur nombre a augmenté de 30 % –, mais pendant ce temps la population des villages a été multipliée par quatre. Stigmate perceptible au premier coup d’œil : la ville composée de 500 maisons en 1705 n’en compte plus que 288 en 1745 dont 33 sont déclarées en ruines. Ses murailles ont été abattues et un quartier entier, symbole du dynamisme médiéval puisqu’il débordait la ceinture forte initiale, rasé et remplacé par une citadelle. D’où cette interrogation : qu’est-ce qui fait et défait une ville ?

Nouvelle venue, Puigcerdà acquit sa position grâce aux privilèges obtenus du pouvoir royal. Ville-bastion établie au centre de la Cerdagne, elle constituait une vigie avancée sur la frontière face au royaume de France. Elle jouit durant le siècle où elle grandit, de conditions particulièrement favorables : 83 des 116 privilèges qu’elle se vit octroyer, le furent entre 1262 et 1387. Sa position stratégique lui permit d’abord de participer à l’émergence des institutions politiques catalanes. Elle fut surtout capable de répondre aux sollicitations des souverains engagés dans une succession de campagnes à la suite de la formation du royaume de Majorque et de l’expansion aragonaise en Méditerranée occidentale. Les privilèges, « miroir[s] des relations entre la ville et le roi », pièces essentielles du capital politique et juridique de la ville, sont à voir comme la compensation des exigences fiscales et militaires de la monarchie. Cela lui permit de concentrer les symboles et les fonctions : murailles, marchés, cours de justice, couvents, et même d’obtenir en 1374 le droit d’interdire la sortie des blés de Cerdagne afin de garantir son approvisionnement frumentaire. Irriguée par le négoce entre le nord et le sud des Pyrénées, dotée d’un artisanat actif, maîtresse du crédit, jouant sur des privilèges fiscaux, Puigcerdà concentra la richesse, fut sans rivale en Cerdagne où aucune autre localité n’atteignait 50 maisons. Cela n’alla cependant pas sans conflits internes entre les familles consulaires et les gens de métiers, ni sans résistance des villages qui tentèrent de s’organiser sous la forme d’un syndicat.

Cette situation dominante, très charpentée au premier abord, résista mal au temps. Puigcerdà se trouva marginalisée, triplement. Son espace économique se contracta : les flux commerciaux se détournent de la montagne, la croissance de la population catalane s’effectue au sud, sur le littoral. Exclue du processus de recomposition de l’espace économique au profit des grandes villes, de Barcelone en particulier, Puigcerdà est rejetée sur les confins de l’espace catalan. Alors que la proximité du souverain avait été son principal atout, la monarchie hispanique, méfiante à l’égard des autonomies urbaines, empêtrée dans ses difficultés, est accaparée par des horizons stratégiquement plus importants. Situation paradoxale alors que la guerre l’atteint, ce qui n’avait guère été le cas jusqu’à la fin du XVe siècle, avec des sièges de plus en plus rudes. Ses murailles sont abattues après la guerre de succession d’Espagne où elle avait pris le parti de l’archiduc d’Autriche. De ville-centre Puigcerdà devient une ville-marge sur la frontière établie en 1659, moins étanche qu’on ne l’avait prétendue et plus difficile pour le commerce à cause de taxes élevées que ne compensent pas les trafics de contrebande.

Les signes de perte de substance sont multiples. La régression de l’activité notariale concurrencée par la Cerdagne française, mais aussi par des centres secondaires, en est un des plus patents. Puigcerdà n’impose plus son emprise à la Cerdagne. Le traité des Pyrénées ne fait qu’accélérer un processus de fragmentation déjà entamé. La frontière politique établie en 1659 n’est donc pas entièrement responsable des recompositions que l’on observe.

On ne peut entrer ici dans le détail de l’analyse du destin de cette ville de montagne sans rivale  sur un territoire qu’elle structurait à sa main et à son profit. Des pages très informées, nourries de sources variées exploitées de manière imaginative, sont consacrées à l’exploitation de la terre, plus complexe qu’on ne le croyait car les cultures temporaires jouaient un rôle non négligeable, à l’élevage et aux estives que la ville contrôlait entre le XIVe et le XVIIe siècle grâce aux droits sur les montagnes dont elle était dotée, aux fluctuations du marché de la terre en principe incompatibles avec le système à maison tel qu’on le décrivait. Mais leur nombre triple en quatre siècles…

C’est donc d’une analyse globale dont il s’agit, neuve, appuyée par des comparaisons avec d’autres situations ou territoires à l’échelle européenne, qui rend obsolètes nombre d’idées et de thèses considérées comme canoniques. À noter, in fine, un remarquable dossier-couleur constitué de photos, cartes, graphiques, qui donne à voir les composantes, la structure et l’évolution du territoire.

Gilbert Larguier

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *