« Le logement social en France, des archives au patrimoine », Colonnes, n° 26, juin 2010, p. 51 à 86, illustrations n. et b. Paris, Cité de l’architecture et du patrimoine, 2010 (Dominique Hervier)

Selon une formule bien rodée cette livraison de Colonnes, périodique consacré aux archives d’architecture du XXe siècle, est composée de trois parties. La première présente en huit articles l’actualité des fonds d’archives en France, municipales (Nanterre : la famille Darras et l’aménagement urbain), départementales (Morbihan, Deux-Sévres : les architectes Le Sauter), Archives nationales (le fonds du Conseil général des Bâtiments civils, contenu et accès en ligne) et présente MALTAE, acronyme de l’association Mémoire à lire, territoire à l’écoute animée par Odile Jacquemin dont les objectifs — malheureusement limités géographiquement à la côte des Maures – consistent à recueillir des archives orales et à filmer in situ les architectes encore vivants devant leurs œuvres[1]. Dans la deuxième partie consacrée à l’activité du Centre d’archives de l’architecture du XXe siècle de la Cité de l’Architecture et du Patrimoine[2], Franck Delorme annonce les nouveaux versements (André Bruyère, Miroslav Kostanjevac, Serge Maloletenkov, André Leconte et Edouard Utudjan). Marcos Carvalho-Canto et Marie-Luce Fourchet présentent le classement du fonds de l’architecte décorateur urbaniste, Pierre Patout (1879-1965), tandis que Sonia Gaubert signale l’achèvement de l’inventaire des archives Henry Bernard, auteur – faut-il le rappeler – de la Maison de la radio.

La troisième partie orchestrée par David Peycéré et Nolwenn Rannou place la question du logement social au centre de ces deux problématiques antinomiques — mémoire et destruction/réhabilitation – qui préoccupent aujourd’hui vivement les responsables territoriaux.

Ce dossier offre tout d’abord le grand mérite d’indiquer l’existence et les lieux de conservation de sources écrites mais surtout de documents figurés (plans, coupes, maquettes, photographies notamment les reportages du MRU) concernant le logement social — grands ensembles, H.L.M., cités jardin – qui vont permettre d’enrichir les analyses. Les archives de Denis Honegger (la cité-jardin du Bois-du-Quesnoy à Hautmont par Sébastien Radouan), celles de Jean Dubuisson (l’ensemble des Soupirs à Commercy en Lorraine par Elise Guillerm), celles malheureusement très éparpillées de Georges Candilis, ouvrent des perspectives neuves sur la façon dont ces architectes cherchent à concilier rentabilité, rapidité, emploi innovants des matériaux pour diversifier le programme attendu des tours et des barres, résoudre les questions du logement individuel, ouvrier ou patronal, tenir compte de la culture locale, si le commanditaire le requiert.

Bénédicte Chaljub (« Le fonds de l’architecte Renée Gailhoustet : cheminement vers la transfiguration de l’œuvre de Jean Renaudie », p. 77-81) tout en réhabilitant l’œuvre de Renée Gailhoustet qu’il ne faudrait plus considérer seulement comme l’accompagnatrice de son compagnon, indique comment l’analyse de ses archives, – elles aussi versées au centre d’archives d’architecture du XXe siècle de la Cité de l’architecture et du Patrimoine -, permet de reconstituer leur réflexion commune et leur connivence intellectuelle éclairant ainsi un aspect de la production de l’Atelier de Montrouge.

L’autre volet de ce dossier est orienté vers le phénomène récent de patrimonialisation du logement social. L’article de tête de Joseph Abram (« Peut-on protéger l’architecture des grands ensembles ? »), rappelle opportunément qu’en trente ans, on avait construit en France près de huit millions de logements dont la réception dans l’opinion publique fut globalement négative, que très rapidement les dégradations firent empirer leur image — et leur usage — et aborde prudemment, de façon théorique en fin de parcours l’idée d’une « protection raisonnée ».

Mais encore ? La démarche, on en convient, n’est pas simple. Evelyne Lohr et Benoît Pouvreau (p. 82-86) apportent à cette question épineuse une réponse nuancée mais volontariste. Chercheurs au service départemental du patrimoine de la Seine-Saint-Denis, leur expérience d’un département qui s’est affirmé depuis la seconde moitié du XIXe siècle comme un laboratoire d’expérimentation pour toutes les formes du logement social, leur a permis dès 2002 de les repérer puis de les étudier. Leur démarche militante contribuait ainsi à poser la question de la valeur patrimoniale et de l’opportunité de protection. En 2003, le propos d’un ouvrage pionnier, Le logement social en Seine-Saint-Denis (1850-1999)[3], entraînait « crispations et tensions » au moment même où l’ANRU préconisait une relance du renouvellement urbain et recourait massivement à la destruction. Les auteurs retracent les étapes de la récente prise de conscience de la valeur patrimoniale du logement social aussi bien par les habitants que par le Conseil de l’Europe ou encore le ministère de la culture avec la création du label « Patrimoine du XXe siècle ». Ils indiquent également le lent cheminement pour faire aboutir une réflexion méthodologique sur l’épineuse question de la sélection des éléments architecturaux représentatifs ; en effet l’histoire des acteurs — maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre — est encore largement à construire comme l’ensemble de ce numéro de Colonnes le démontre. Au final, l’équipe conduite par Olivier Meyer fonde ses espoirs sur la prise de conscience des communes et des communautés d’agglomération qui devraient en collaboration avec les bailleurs sociaux et l’Union sociale pour l’habitat prendre en compte la patrimonialisation de certains éléments d’habitat social. Pour tenir la chaîne des actions — connaissance, valorisation, médiation — le service du patrimoine du 93, formé aux méthodes de l’Inventaire général, connaît bien toutes les embûches de ce parcours.

Voici donc un dossier fourni, à l’écoute des recherches pluridisciplinaires sur le logement social et riche d’informations récentes qui offre des pistes stimulantes pour de nouvelles recherches.

Dominique HERVIER


[1]    MALTAE, 32, chemin Saint-Lazare, 83400 Hyères. E-mail  HYPERLINK « mailto:maltae2@gmail.com »maltae2@gmail.com  et www.maltae.org

[2]    Centre d’archives d’architecture du XXe siècle-IFA, 127, rue de Tolbiac, 75 013 Paris. e-mail dpeycere@citechaillot.fr

[3]    Itinéraires du Patrimoine n°286, textes Benoit Pouvreau, photographies Stéphane Asseline, cartographie Damien Simsen, 64 p. ills couleurs. B. Pouvreau a également publié dans les colonnes d’Histoire urbaine, n°23, déc 2008, « Le coin du feu à Saint-Denis 1894-1914) : une société coopérative d’HBM pionnière pour la Caisse des dépôts et consignations ».

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *