Bernard Desmars, Félix Maréchal (1798-1871). Médecin et maire de Metz, Metz, Éditions Serpenoise, 2011, 263 p. (Jean Lorcin)

 

Nul ne peut mieux incarner la fusion d’un homme et de sa ville que Félix Maréchal, médecin et maire de Metz au cours d’un déjà long XIXe siècle. À l’instar d’un Edouard Herriot, le destin national en moins, ce notable a épousé sa ville, dont il soigne le choléra en 1832, qu’il rénove, à la Haussmann, sous le Second Empire – toujours la salubrité – et dont le siège, la capitulation, puis l’annexion à l’Allemagne ont sans doute précipité la mort. Une telle destinée a trouvé tout naturellement son historien dans le monde de la recherche locale, en la personne de Bernard Desmars, maître de conférences à l’Université de Metz, qui a déjà publié un ouvrage sur les derniers fouriéristes. Il a utilisé à fond les archives municipales, avec l’aide de ses élèves dont il a su mettre en valeur les mémoires.

Résolument, l’auteur s’est abstrait du déroulement chronologique de la traditionnelle biographie pour camper son personnage suivant un plan résolument logique, le médecin, le notable, le maire, avant la tragique conclusion de « l’année terrible ».

Ce plan ne mérite pas discussion. Il offre toutefois l’inconvénient d’inévitables chevauchements : les années de formation politique du jeune notable qui se confondent avec ses premiers pas dans la profession médicale, précèdent logiquement le chapitre consacré au maire, mais viennent après les paragraphes consacrés à l’exercice de charges publiques. Or ce dernier ne se comprend qu’à la lumière des convictions d’un notable libéral autant que d’un médecin hygiéniste. Peut-être était-ce inévitable pour la clarté de l’exposé ?

On peut regretter davantage le soin, judicieux en termes d’érudition, mais préjudiciable à la dramaturgie du récit, apporté à la définition des diverses institutions traversées par le héros de cette biographie. Cela a l’inconvénient de hacher le récit, et surtout de le disperser : n’existe-t-il pas un fil directeur entre la formation médicale à l’Université de Montpellier, où l’emporte le « vitalisme » hérité d’Hippocrate, la rédaction d’une « Topographie médicale » qui reflète cette tendance, avec le soin apporté à l’étude du milieu, des « climats », notamment du régime des eaux, et les grands travaux d’assainissement lancés par le maire sous le Second Empire[1] ? Un maire médecin, n’est-ce pas l’incarnation de l’idéal hippocratique ? Mais, en définitive, cette filiation se dégage nettement, pour un lecteur attentif, d’un exposé qui, par ailleurs, ne laisse rien dans l’ombre, jusqu’aux plus humbles détails de la vie quotidienne d’un bourgeois messin.

Il a, de plus, le mérite d’ancrer le personnage dans le milieu urbain dont il est issu et où il a passé toute sa vie, comme en témoigne le plan qui ouvre le récit et montre assez l’immobilisme d’une ville de garnison quelque peu endormie à l’ombre de ses remparts, avant que la guerre de 1870 ne lui inflige un douloureux réveil.

Cet apparent sommeil trouve sa traduction dans le retard de l’industrialisation d’une préfecture : on en reste aux tanneries qui font obstacle à l’assainissement de la ville et au projet de manufacture des tabacs qui n’a pas eu le temps d’aboutir. Cette quiétude semble être à l’unisson, chez Maréchal, d’une carrière politique placée sous le signe du compromis : l’ardent libéral, au seuil du républicanisme de 1830, s’accommode en définitive de la Monarchie de Juillet, tout comme de l’Empire qui le fait maire, avant un discret revirement dans les dernières années du régime impérial. Mais cet accommodement aux fluctuations du pouvoir n’exclut pas une certaine fidélité aux idéaux du jeune républicain des années 30, héritier d’un simple officier de santé : c’est ainsi que le maire de l’Empire s’oppose à l’élitisme de son entourage pour mettre en valeur l’enseignement primaire, réservé aux enfants du peuple, et affronte les foudres de l’Église pour avoir défendu l’accès des jeunes filles à l’enseignement secondaire. Ce n’est pas l’aspect le moins sympathique de la carrière de ce notable et reflète les contradictions d’un « Empire libéral » dont on n’a pas fini d’explorer les linéaments.

Jean LORCIN


[1] Cf. Jean Lorcin, « Un observatoire régional des épidémies : la Société de Médecins de Saint-Etienne au XIXe siècle », dans Olivier Faure et Didier Nourrisson (sous la direction de), « Maladies et médecines », numéro spécial des Cahiers d’Histoire, tome XXXVIII, 1992, n° 3-4, p. 263-276.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *