Inventer le Grand Paris. Relectures des travaux de la Commission d’extension de Paris : rapport et concours 1911-1919, colloque 5 et 6 décembre 2013, CFP pour le 10 juin 2013

La publication en 1913 du Rapport de la Commission d’extension de Paris inaugure la formulation d’un projet d’ensemble pour un « Grand Paris », ainsi dénommé pour la première fois dans un document officiel de cette importance. Ses principaux auteurs sont l’architecte-voyer Louis Bonnier (1856-1946), directeur du service de l’architecture et des plantations de Paris, et l’archiviste-historien Marcel Poëte (1866-1950), conservateur à la Bibliothèque historique de la ville de Paris, qui sont tous deux investis dans des cercles de réflexion, comme le Musée social. Leur rapport sera à l’origine du concours international pour « l’extension de Paris et l’aménagement de la région parisienne » qui interviendra après la guerre, en 1919. Inscrit dans le cadre de la loi Cornudet, imposant un plan d’aménagement, d’embellissement et d’extension à toutes les villes françaises de plus de 10 000 habitants, ce concours sera remporté par le Grand Prix de Rome, Léon Jaussely (1875-1932).

Le contexte de l’époque est marqué par la pression démographique qui reconfigure la morphologie de la grande ville et de ses marges. Cette pression interfère sur les chantiers de l’hygiène sociale et les débats sur le désenclavement, l’équipement et l’aménagement du Grand Paris. La planification urbaine est aussi une question sociale, politique et administrative. Elle est liée au rôle des élites municipales parisiennes et suburbaines, à leurs réseaux associatifs et à l’instance de régulation qu’est le département de la Seine avec sa préfecture et ses commissions où se nouent les compromis autour de l’application de nouvelles politiques publiques.

Le centenaire de la publication du Rapport de la Commission d’extension de Paris est l’occasion d’interroger la genèse du Grand Paris dans sa forme métropolitaine et sa gouvernance. Au-delà d’une célébration anniversaire, il s’agit de questionner la relation à l’histoire des aménageurs et des planificateurs de la région parisienne au cours du XXe siècle.

Nous faisons l’hypothèse que l’histoire a aussi été marquée par la transmission, l’expérience accumulée. Les textes de 1913, jalon longtemps oublié, en sont à cet égard un excellent indicateur.

L’objectif du colloque étant de réévaluer cette première tentative de planification au regard de la période pionnière de l’urbanisme, des contributions sont notamment attendues sur les questions suivantes :

Les éléments contextuels

–       Le contexte historique général qui porte ces documents.

–       La place de la réflexion sur Paris dans les réseaux et les échanges internationaux.

–       La comparaison internationale avec les métropoles telles que Barcelone, Berlin, Chicago, Londres… qui, dans cette même période, initient des travaux similaires.

 

Les textes de 1913 et le concours de 1919

–       La signification du rapport de 1913 et du concours de 1919 pour les acteurs engagés dans l’urbanisme.

–       La méthodologie et l’élaboration de ces documents, y compris dans leurs aspects les plus techniques.

–       Les enjeux urbains portés par les textes de 1913 et le programme du concours de 1919.

 

La postérité et les effets sur la ville

–       La réception du thème du Grand Paris au sein de la classe politique et de l’administration, ainsi que la promotion qui en a été faite dans la presse professionnelle et auprès du grand public.

–       La postérité à travers les documents administratifs et les décisions d’aménagement du Département de la Seine.

Ce colloque de décembre 2013 s’inscrit dans un programme pluriannuel qui vise à reconsidérer les plans et les études entreprises sur le Grand Paris de la décennie qui précède la première Guerre mondiale jusqu’aux processus actuels qui tentent de donner cohérence à l’aire métropolitaine. L’objectif de ces rencontres est de réinterroger la construction du Grand Paris à travers ses formes et structures et d’évaluer le rôle des études urbaines majeures réalisées dans les champs géographique, sociologique et patrimonial (architecture-paysage), l’histoire des outils et méthodes de planification et de projet (cartographie particulièrement), l’histoire urbaine, son épistémologie et leur prise en compte dans le discours des acteurs. Il s’agit de mieux comprendre la permanence des dynamiques territoriales sur le long terme et les glissements qui se sont opérés dans la représentation et les attendus des projets.

Le colloque s’adresse à un large public, dépassant la sphère universitaire. Des tables-rondes seront l’occasion de débats entre chercheurs et praticiens du Grand Paris autour de « relectures » des travaux de la Commission d’extension. Cette ouverture méthodologique vise donc des contributions où l’actualité rencontre l’histoire urbaine du XXe siècle. Si cette première rencontre aborde la période 1910-1920 comme une entité temporelle correspondant à la première tentative de planification métropolitaine, elle doit aussi permettre de définir des axes de recherche et des partenariats pluriannuels sur l’histoire de la planification du Grand Paris dans son rapport à la grande forme urbaine et ses structures spatiales.

Les propositions de communication en français ou en anglais (d’une durée de 20 minutes) sont à faire parvenir par courriel à l’adresse suivante :

inventer.grandparis@gmail.com

Sous la forme d’un document Word d’une-demi page A4 maximum  (1 200 signes environ) accompagné d’un CV court (nom, coordonnées, formation et diplômes, activité et organisme de rattachement, thèmes de recherche et principales publications) au plus tard le 20 mai 2013.

L’acceptation des propositions sera confirmée au plus tard le 10 juin 2013.

 

Comité d’organisation 

Frédéric Bertrand (ENSAPB/Ipraus)

Corinne Jaquand (ENSAPB/Ipraus)

Nathalie Roseau  (ENPC/LATTS)

Viviane Claude

(U-pec/Lab’Urba)

 

Comité scientifique 

Emmanuel Bellanger (CNRS/CHS)

Florence Bourillon                      (U-pec/CRHEC)

Karen Bowie (ENSAPLV/AHTTEP)

Pierre Chabard (ENSAPLV/AHTTEP)

Laurent Coudroy de Lille        (U-pec/Lab’Urba)

Annie Fourcaut              (Université de Paris I/CHS)

Isabelle Grudet                    (ENSAPLV/Let)

André Lortie                              (ENSA de Normandie/ACS)

Clément Orillard                           (U-pec /Lab’Urba)

Frédéric Pousin                    (ENSP de Versailles/LAREP)

Simon Texier                (Université de Picardie          Jules Verne)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *