Bénédicte Renaud, Riom, une ville à l’œuvre, enquête sur un centre ancien –XIIIe-XXe siècle, coll. Cahiers du Patrimoine n°86, 192 pages, 150 ills, cartes et plans, Lieux Dits éditions, 2007. (Dominique Hervier)

Ce chantier ouvert de longue date, mais seulement connu jusqu’ici par des articles et publications monographiques, aboutit à un important ouvrage au moment où la Région Auvergne accueille le service régional de l’inventaire général ; et René Souchon, son président, de se féliciter dans la préface, que l’entreprise nationale lancée par André Malraux et André Chastel en 1964 fournisse au Conseil régional, financier de l’ouvrage, les éléments d’une politique de développement durable par une étude raisonnée et documentée.

L’auteur a judicieusement agencé l’ouvrage en trois parties (Aménagement urbain et éléments de chronologie monumentale ; De l’espace public au seuil de la maison ; L’architecture et les particuliers, du XVIe siècle au milieu du XIXe siècle) et onze encarts monographiques ou thématiques (les « granges », les caves vues de l’intérieur, l’hôtel dit Arnoux de Maison Rouge, quelle fonction réserve-t-on à la cour ?…) qui renforcent et précisent la portée des démonstrations. Cette histoire urbaine vue par l’historien de l’art s’attache à rendre compte de l’évolution de la ville dans la longue durée de la fin du XIe (parcellaire rayonnant autour de l’église Saint-Amable) à la fin du XXe siècle avec les conséquences induites par le secteur sauvegardé. A chaque période, les interactions entre la construction d’un espace public et la distribution des maisons et hôtels sont analysées avec finesse.

L’exercice est d’autant plus délicat qu’on est confronté à la quasi absence de plans et d’archives, disparues dans un incendie. D’emblée, la méthode d’étude (exposée par Bruno Malinverno) octroie le primat à l’analyse du terrain avec l’ambition de détecter les traces et vestiges de la ville médiévale, mais surtout de mettre en évidence les rapports des édifices avec la rue ; et si les données statistiques sont convoquées, c’est toujours à bon escient pour éclairer le fait urbain dans son ensemble. Ajoutons qu’une série de cartes chrono-typo-morphologiques rend le propos aisé à visualiser.

Bénédicte Renaud connait bien les recherches de ses confrères publiées depuis une vingtaine d’années sur les villes de Montpellier, Cahors, Cluny, Blois, Rouen ou Lille et, tout en mobilisant des comparaisons pour enrichir son analyse locale, elle sait en faire usage à bon escient.

D’emblée se dessine la ligne de force du propos : « la forme urbaine dans laquelle Riom excelle est la rue » et cette démonstration est magnifiquement mise en valeur par les illustrations, notamment celle de couverture. Le grand axe médiéval, formé par les rues de l’Horloge et du Commerce dont les déclivités respectivement orientées vers le nord et vers le sud valorisent des perspectives encore verdoyantes de nos jours, a été embelli au XVIIe et XVIIIe siècle par des alignements de façades aux horizontales accentuées (probablement imposés par le Bureau des finances). Le point d’orgue de cet aménagement urbain est constitué par le carrefour central qui avec l’ordre de ses fronts de rue, constitue le monument symbolique des pouvoirs à l’œuvre sur la longue durée.

En outre, grâce à une investigation de terrain minutieuse et opiniâtre, l’auteur a détecté en cœur d’îlots des passages desservants les maisons situées à l’arrière du front de rue. Ils révèlent une manière de voisiner et de circuler tombée en désuétude. Seules des portes cochères, sans doute du XVIIIe siècle, révèlent ces espaces libres dont l’origine est plus ancienne. Vestiges d’une manière d’aménager l’espace qu’on a pu observer à Ardes ou à Aigueperse, plus au nord également à Paris, au Faubourg Saint-Antoine, ces passages communs – couverts ou découverts – desservent des maisons construites perpendiculairement à la rue et se combinent avec un système de venelles à fonction d’égout qualifiées dans les textes de « punaises ». L’auteur insiste à juste titre sur l’importance de ce réseau caché de dessertes secondaires qui met à disposition des habitants des espaces communs, induit des solutions diverses et variées pour accéder aux maisons en cœur d’îlots et « agit comme un révélateur d’un type spécifique de communauté urbaine ».

Un chapitre remarquable, consacré aux caves des XIIe au XIVe siècle, analyse l’emprise du sous-sol par rapport à celle du rez-de-chaussée, indique les aménagements encore décelables, découvre l’emplacement des accès d’origine, avec ces « portes orphelines » auxquelles on accédait parfois par des cours anglaises (ill. 47, carte 53). Remarque qui ferait souhaiter une étude systématique de l’usage de la cour anglaise dans l’architecture civile de l’Ancien Régime. A Riom, le changement de niveau des rues peut interférer sur la distribution des maisons en condamnant l’accès direct à la cave par la rue et ainsi priver la demeure d’un espace destiné à être ouvert au public. Ces éléments si difficiles à appréhender, tant les règlements et les usages n’ont eu de cesse d’en occulter l’existence, démontrent à Riom, comme à Lille ou Douai (voir les travaux pionniers de Jean-Denis Clabaut), qu’on ne peut véritablement connaître une ville sans étudier ses caves.

Selon B. Renaud, les édiles de Riom auraient depuis la fin du Moyen Âge fait l’économie de monuments et d’aménagements urbains d’envergure en logeant les institutions dans d’anciennes demeures ou en construisant a novo des édifices publics dont gabarit et alignement se confondent avec ceux des demeures. A l’autre extrémité de la hiérarchie constructive se situent la « maison-grange ». Installée sur le même type de parcelle que la maison, sa façade a des dimensions comparables ; le seul signe distinctif est la présence d’une porte charretière. Le terme de grange, utilisé dans un texte de la fin du XIVe siècle, indique un lieu « où les habitants notables…rangent leurs grains et leurs vins », où l’étage comporte également des chambres avec cheminée. Une petite cinquantaine de ces granges aux usages multiples a été repéré et démontre qu’à Riom comme dans bien d’autres villes (songeons à Montbrison, Brive-la Gaillarde entre autres) l’osmose entre forme rurales et urbaines est courantes (voir Histoire urbaine, n°9).

Ajoutons que de belles monographies sont consacrées aux hôtels de Guimoneau, de Cériers (actuel hôtel de ville) et à la maison des consuls. Elles donnent lieu à d’utiles développements sur la fonction dévolue à la cour et à des analyses poussées sur rôle et place de l’escalier.

L’illustration privilégie les photographies actuelles (Roger Choplain, Roland Maston, Jean-Michel Périn et Isabelle Védrine) et les relevés et cartes (Guylaine Beauparland-Dupuy). L’éditeur Lieux Dits offre une mise en page élégante et efficace. On l’aura compris, à tous égards, cette « ville à l’œuvre » est un ouvrage important qui marque par sa probité et son intelligence le champ des études urbaines.

Dominique HERVIER


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *