Guenièvre Fournier-Antonini, Barcelone, Gênes et Marseille. Cartographie et Images (XVIe-XIXe siècle), Turnhout, Brepols, 2012 (Jean-François Coulais)

 

    Sous le titre Barcelone, Gênes et Marseille. Cartographie et Images (XVIe-XIXe siècle), le livre de Guenièvre Fournier-Antonini prend place parmi les ouvrages de référence de l’histoire de la cartographie urbaine. Tout au long cette histoire comparée des représentations des trois villes-ports méditerranéennes sur une période de quatre siècles, l’auteur nous conduit à travers une enquête passionnante, qui innove par ses choix autant que par sa méthode. Soulignons tout d’abord les qualités éditoriales de la publication. La clarté et la lisibilité des 860 pages mettent en valeur une écriture au style précis et un matériau iconographique choisi dans un corpus de plus de 1100 documents. Avec huit chapitres bien maîtrisés, l’ensemble restitue efficacement l’ampleur de la recherche. On présentera ici trois des caractéristiques les plus originales de l’ouvrage.

     Tout d’abord en se livrant à une analyse comparée des mécanismes de production et de diffusion des images urbaines, l’auteur éclaire plusieurs phénomènes mal connus jusqu’ici : genèses différenciées des entreprises, circulation des modèles et des pratiques de copie dans les réseaux (ainsi cette étonnante course à l’image entre Belleforest et Braun au XVIe siècle), influence du statut des villes sur la commande officielle, intensité des échanges et des négociations entre acteurs locaux, ateliers de production et grands centres éditoriaux. Bien documentées, l’extraordinaire concentration de la production européenne et la position hégémonique de Paris ont pour origine, selon l’auteur, la domination du marché des estampes urbaines par un petit nombre de maisons d’édition et de marchands influents. Les évolutions étudiées, comme la présence croissante des trois villes dans les programmes d’atlas, permettent d’analyser les facteurs d’homogénéisation et de différenciation des modes de représentation, qui répondent à une grande diversité d’usages locaux. L’analyse mêle habilement chronologie, descriptions monographiques et analyses thématiques, sans que les difficultés inhérentes à un tel exercice ne nuisent à la fluidité de sa restitution et à la clarté du propos développé. La recherche permet en outre de mieux situer les activités des grands cartographes européens, souvent rencontrés au hasard d’une enquête sur une ville particulière, dont on perçoit mieux ici les trajectoires éditoriales et artistiques. Cette histoire comparée apporte donc un point de vue large et transversal sur les dynamiques de la cartographie urbaine à l’échelle de l’Europe.

       Une autre particularité de l’ouvrage est le choix de la construction de l’image de la ville (au sens de Kevin Lynch) comme fil conducteur. L’analyse s’appuie sur les premiers chapitres, où se dessinent assez clairement les mécanismes d’apparition de nouvelles fonctions dans la cartographie, suivant une logique « cumulative » plutôt que « substitutive ». Selon l’auteur, cela signifie qu’aucun mode de représentation ne disparaît, mais qu’on assiste à un élargissement et un enrichissement des registres visuels au cours du temps (le meilleur exemple étant celui des vues à vol d’oiseau de Guesdon qui perpétuent les plans perspectifs). Malgré ce facteur de diversification, la construction de l’image d’une ville repose pour l’auteur sur un phénomène de « cristallisation des formes visuelles », par lequel une « image dominante » et différenciée se dégage : plan perspectif pour Gênes, profil maritime pour Barcelone, vue des hauteurs méridionales pour Marseille. L’image mentale, collective et identifiable par les habitants comme par les visiteurs, constitue dès lors le « référent iconographique » de la ville. Cette identification symbolique entre la ville et sa représentation va s’accentuer avec l’essor des pratiques touristiques et l’attrait croissant de la Méditerranée. A partir du XVIIIe siècle, le développement du guide et la combinaison de ses usages avec ceux du plan font de ce dernier un instrument pratique, véritable « vademecum local des étrangers, touristes, voyageurs, artistes, négociants ». L’étude des relations ente récits de voyages et images visuelles dans la construction de l’imaginaire urbain est tout aussi passionnante. Elle met en évidence les processus par lesquels le texte oriente le regard, la description suggère une manière de voir la ville, révèle la présence de « schémas perceptifs » et fait émerger un paysage emblématique. Les descriptions données par Schopenhauer et Stendhal de leur arrivée à Marseille sont à cet égard éloquentes.

      La présence des deux termes « cartographie » et « image » dans le titre implique d’emblée que les questions soulevées par l’enquête ont été examinées de manière transversale par rapport aux catégories historiographiques classiques : « Il faut dépasser les cadres de l’analyse typologique des œuvres, trop réducteurs », prévient l’auteur. Cette transversalité est une démarche assez nouvelle dans l’historiographie de la cartographie urbaine, dont les catégories, souvent étanches et rigides, soulèvent des problèmes dans l’interprétation des registres d’images et leur évolution. Avec un vaste corpus couvrant trois villes et une longue période de l’histoire moderne, Guenièvre Fournier-Antonini affronte ces difficultés. Avec la notion centrale de « logique d’image », elle propose un champ d’analyse plus large que ceux traditionnellement retenus, et renouvelle dans ses conclusions la réflexion sur ce qu’est un plan de ville, sur ce qu’engage une représentation dans la relation entre les espaces du visible et les espaces du mental. Son approche lui permet d’aborder avec clarté les relations complexes entre modes d’élaboration, acteurs, usages et valeurs symboliques des représentations urbaines (par exemple les commandes publiques et le plan comme véhicules des idéologies à Barcelone et Marseille au XIXe siècle). Sa stratégie de recherche s’est construite au-delà du document pour en comprendre la fabrique dans toute sa complexité, sans transiger sur la rigueur méthodologique. Elle prolonge ainsi le travail séminal réalisé par Jean Boutier pour les plans de Paris, et comme ce dernier l’écrit dans son avant-propos, pose les bases d’une histoire de la cartographie urbaine européenne, inexistante aujourd’hui.

        Enfin, nous avons apprécié l’appel que lance cet ouvrage à entrer dans la fabrique très concrète de la ville, telle que restituée par la cartographie. La disposition mouvante des tissus bâtis par rapport aux espaces portuaires des trois villes souligne cette fascinante adaptation mutuelle, au fil des siècles, de l’organicité urbaine et de la capacité d’un site à en accueillir et en accompagner le développement. La lecture comparative de Barcelone, Gênes et Marseille invite à en percevoir les trajectoires, à en deviner la complexité, à en découvrir les logiques contradictoires qui finissent toujours par se cristalliser dans une forme urbaine bien adaptée à son contexte géographique et historique.

Jean-François COULAIS


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *