Maria do Carmo Ribeiro y Arnaldo Sousa Melo (coordinación de), Evolução da paisagem urbana: sociedade e economia, Braga, CITCEM (Centro de Investigação Transdisciplinar “Cultura, Espaço e Memória”), 2012, 294 p. ISBN: 978-989-97558-7-1. (Ana Paula Leite Rodrigues)

Cet ouvrage contient les actes du 1er colloque international “Evolution du Paysage Urbain : Société et Economie” qui s’était tenu en mai 2011 à l’Universidade do Minho (Braga, Portugal). Son objectif principal était d’apporter une vision plus complète, interdisciplinaire et diachronique de l’étude du monde urbain au travers de l’analyse historique des relations complexes entre les structures économiques, sociales et politiques et le paysage urbain.

La participation de chercheurs de différentes disciplines, toutes intimement liées au monde urbain, architecture, histoire, histoire de l’art et archéologie, avait pout but de contribuer à l’étude de la construction, de l’évolution et des caractéristiques des villes à travers l’usage de différentes méthodologies, sources et outils de travail. Les différentes aires géographiques, aussi bien des noyaux urbains étudiés que des chercheurs impliqués, ainsi que l’amplitude chronologique des recherches présentées contribuent encore davantage à l’objectif d’offrir une vision et une interprétation plus complète et plurielle de l’histoire du monde urbain.

La première partie de l’ouvrage est constituée de textes consacrés à la fondation et à l’évolution de noyaux urbains de l’époque romaine en Italie et au Portugal. La recherche présentée par Pier Luigi Dall’Aglio, Michele Silani y Cristian Tassinari traite de l’évolution de la ville d’Ostra entre le premier siècle avant J.C. et le 1er après J.C. et met l’accent sur le processus de monumentalisation de l’espace central du forum. En même temps, le premier des chercheurs cités, avec Kevin Ferrari et Gianluca Mete, présente un autre travail sur les transformations du tissu et du paysage urbain dans les villes de Crémone, Plaisance et Pavie dans le contexte de l’évolution des villes entre l’Antiquité tardive et le début du Moyen Âge. Quant au territoire portugais, l’attention se porte sur deux importants noyaux urbains: Bracara Augusta y Aquae Flaviae. Le premier est analysé par Manuela Martins, Jorge Ribeiro, Fernanda Magalhães et Cristina Braga, depuis la période de leur fondation – 1er siècle avant J.C. – jusqu’au IV après J.C. Ces auteurs mettent en évidence les différentes conditions qui donnèrent naissance à la création et à l’organisation de la capitale du conventus bracarensis, ainsi que les relations qui s’établirent tout au long de la période étudiée entre l’architecture publique et privée, les activités économiques et l’organisation sociale du noyau urbain. Quant à Aquae Flaviae – l’actuelle ville portugaise de Chaves – l’étude de João Ribeiro embrasse toute la période qui va de sa fondation, au 1er siècle de notre ère, jusqu’à l’époque médiévale ; la méthodologie utilisée est toute aussi ample, ainsi que le recours à différentes sources et vestiges qui, encore aujourd’hui, nous aident à comprendre une partie de l’histoire de ce noyau urbain de fondation romaine qui acquit une importance prépondérante comme point névralgique de la voie romaine qui reliait les villes capitales de Braga et d’Astorga.

Les travaux restants sont consacrés à l’étude des différents aspects de la vie politique, économique et sociale ainsi que de l’évolution du paysage urbain de différentes villes du Portugal, d’Aragon et d’Angleterre durant la période médiévale et le début de l’époque moderne.

Walter Rossa, à partir de l’architecture, présente une vision de l’évolution historique du noyau urbain de Coimbra durant le règne du premier monarque portugais – Afonso Henriques – en refléchissant sur la relation entre la conversion de la ville en capitale du jeune territoire politique portugais et son évolution urbanistique. Maria do Carmo Ribeiro et Arnaldo Melo, pour leur part, mettent en évidence l’influence des activités économiques liées surtout au commerce et à la production artisanale dans l’organisation de la ville médiévale portugaise, du XIe siècle au XVe siècle, prenant comme exemples et objets de recherche, les villes de Braga et de Porto dans le nord du pays. Au-delà du Portugal, en Aragon, le paysage urbain subit aussi l’impact des activités industrielles comme le démontre Germán Navarro Espinach dans sa recherche dans laquelle il offre un bilan historiographique sur le thème, bilan qu’il accompagne d’une étude sur le secteur de la soie dans la Valence du XVe siècle. 

Les cinq articles suivants reviennent à l’histoire urbaine du territoire portugais. Dans le premier d’entre eux, Helena Teixeira présente le processus d’urbanisation de la ville de Porto au bas Moyen Âge ; selon les termes du coordinateur du livre et de l’auteur, ce travail est pionnier dans la mesure où par opposition à la majorité des travaux sur le thème présenté jusqu’alors, il offre une vision globale du paysage urbain de l’ensemble de la ville de Porto et pas seulement d’une zone spécifique. Luísa Trindade, quant à elle, traite de la thématique des espaces de pouvoir dans l’environnement urbain, les Casas da Câmara o Paços do Concelho, institutions du pouvoir municipal dans différentes villes du territoire portugais au cours du Moyen Âge tardif. Porto revient, une nouvelle fois – et ce n’est pas la dernière la ville de référence- dans l’article de l’archéologue Helena Pizarro qui cherche à comprendre l’importance de la construction de la Rua Nova en 1394, et l’influence que ses caractéristiques particulières exercent sur la façon de penser et d’interpréter l’urbanisme, particulièrement de la part du pouvoir royal au cours des XVe et XVIe siècle. Jorge Correia propose une vision du phénomène urbanistique portugais assez différente des précédentes à travers l’étude de la ville d’Alcácer Ceguer, au Maghreb durant la période d’occupation portugaise (1458-1550), centrée sur les principales caractéristiques de la double ocupation islamique et portugaise. Luís Miguel Duarte, de son côté, offre une vision très particulière de l’histoire de Porto en tant que ville « vue de la rivière », à la fin du Moyen Âge, envisageant le développement urbanistique depuis l’économique et le politique à partir de l’espace adjacent aux deux rives et à l’embouchure du Duero.

Finalement, Sarah Rees Jones apporte un autre point de vue à l’ensemble des études de l’ouvrage avec un travail sur les aspects jurídiques et le contrôle de la vie quotidienne des villes anglaises, liés au concept de nuisance, incluant une série de délits mineurs, dont la pénalisation contribuait au maintien de l’ordre dans l’espace urbain anglais entre les XIIIe et XVe siècles.

Signalons pour conclure que le CITCEM, groupe interdisciplinaire de recherche des universités portugaises du Minho et de Porto sur la Culture, l’Espace et la Mémoire, a également publié en 2011 et 2012 deux autres ouvrages en rapport avec l’histoire urbaine – et plus particulièrement avec les thématiques de la construction de l’espace urbain à travers l’analyse des matériaux et des bâtisseurs – Ils étaient coordonnés également par Maria do Carmo Ribeiro et Arnaldo Sousa Melo.

Ana Paula Leit Rodrigues

Traduit par Denis Menjot

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *