Simone Roux, Regards sur Paris. Histoires de la capitale (XIIe-XVIIIe siècles), Paris, Payot, 2013, 213 p. (Boris Bove)

On pourra s’étonner que Simone Roux, professeur émérite d’histoire médiévale, écrive un livre sur les histoires de la capitale (en réalité les descriptions de la ville, qui prennent des formes très diverses et ont été rassemblées au XIXe siècle dans un corpus qualifié d’« histoires de Paris »)… jusqu’au XVIIIe siècle. C’est oublier que les médiévistes ont parfois recours aux histoires modernes de la ville, car elles se sont appuyées sur des textes anciens entre temps disparus, ainsi que Simone Roux l’avait déjà exposé à propos de Corrozet dans son livre Paris au Moyen Âge dans la collection « La vie quotidienne » chez Hachette (2003, p. 10). De cette fréquentation intéressée naît une certaine familiarité, voire une tendresse qui perce sous la plume de l’auteur qui choisit de présenter dans ce petit livre enlevé un rapide panorama des descriptions de Paris, du Moyen Âge à la Révolution. Il ne s’agit plus alors d’y chercher des pépites documentaires, mais de comprendre la genèse de ces textes et leur parenté. Il s’agit d’un survol, la bibliographie n’est pas toujours actualisée[1], et le spécialiste n’apprendra rien qu’il ne sait déjà, mais le choix de la longue durée lui fera nécessairement découvrir des textes qu’il connaît moins, tandis que le néophyte bénéficiera d’une entrée en matière commode et alerte dans l’historiographie parisienne d’Ancien Régime.

La longue durée s’impose, car on est frappé par les permanences dans les descriptions de Paris, du XIIe au XVIIIe siècle. À l’origine de ces « histoires de Paris », il y a des éloges médiévaux de la ville, adaptés de la rhétorique antique (qu’on aurait aimé voir mieux caractérisée). Après deux siècles de balbutiements et de production littéraire hétérogène, le discours élogieux se formalise au XIVe siècle avec Jean de Jandun (1323), Raoul de Presle (1371) et Gilbert de Metz (1405). Après Gilbert de Metz, toutes les histoires de Paris évoquent les mêmes traits, qui deviennent des topoï. L’éloge passe par une description du site – agréable – et des habitants – d’un tempérament modéré, dans la tradition aristotélicienne. Il passe surtout par un émerveillement devant l’abondance du peuple, l’accumulation des marchandises, l’extraordinaire consommation alimentaire, l’énumération des rues, des églises et des palais, etc. qui fait rimer Paris et Paradis, dire que « Paris est une ville hors pairs », ou encore un « résumé du monde ».

L’autre tendance lourde de l’historiographie parisienne, c’est que l’éloge de la ville est indissociable de celui de la royauté. Si cela s’explique aisément pour Raoul de Presle, conseiller de Charles V, ou Gilbert de Metz, libraire de Jean sans Peur, qui sont proches du pouvoir, il est remarquable de voir que ce cliché se maintient dans les siècles suivant alors que les éloges ne sont plus produits à l’ombre du trône. Mieux, l’installation de la cour à Versailles à la fin du XVIIe siècle n’affecte pas ce topos, peut-être parce qu’il ne faut pas heurter le pouvoir pour vendre, peut-être aussi parce que c’est un discours attendu des lecteurs, mais surtout parce que derrière l’éloge de la dynastie régnante c’est la fonction capitale qu’on met en avant et qui, elle, demeure.

Le dernier héritage de l’éloge médiéval qui perdure jusqu’au XVIIIe siècle, c’est le refus des historiens d’assumer un point de vue totalement subjectif et de faire l’inventaire des tares de la ville. Il n’y a guère que les étrangers comme Knobelsdorf, Van Buchel et Thomas Platter au XVIe siècle, ou la Lettre d’un sicilien contenant une agréable critique de Paris et des Français au XVIIe siècle, pour se risquer à une critique (très limitée !) des embarras ou du coût de la vie à Paris. Cette autocensure explique que Sauval publie séparément de son Histoire des antiquités de Paris son chapitre sur l’histoire des bordels parisiens (en la limitant au Moyen Âge !) sous le titre de Chronique scandaleuse ou l’histoire des mauvais lieux. L’historiographie de Paris a donc une grande inertie qui semble se jouer de la périodisation historique et des événements politiques. Pourtant on peut y déceler de lentes inflexions.

La première est assurément l’apparition d’un marché de « l’histoire de Paris ». Le phénomène date de Corrozet, dont la Fleur des Antiquités de Paris de 1532 connaît 9 éditions du vivant de l’auteur et qui fut continuée par Nicolas Bonfons en 1588, lui-même réédité jusqu’au XVIIe siècle. À la suite de Corrozet paraissent au XVIIe siècle de nombreuses histoires topographiques de la ville qui font office de guide pour les amateurs ou les visiteurs – Brice est le premier à faire explicitement allusion à sa fonction de guide dans sa Description nouvelle de ce qu’il y a de plus remarquable dans Paris de 1684 (on aurait aimé des précisions sur l’essor de ces guides, dont on ne sait s’il faut l’attribuer à l’imprimerie, au flux d’étrangers venant à Paris, à l’élévation du niveau culturel de la population ou au développement d’un tourisme parisien). La lutte est désormais âpre entre les auteurs qui attendent un profit commercial de leur ouvrage. Elle a commencé chez les cosmographes du XVIe siècle qui associent un plan à leur notice sur la ville[2] ;  elle se poursuit au XVIIe siècle avec Le Maire qui pille Du Breuil et Brice tout en les dénigrant, puis au XVIIIe siècle avec Piganiol de la Force qui loue Corrozet pour mieux épingler ses rivaux immédiats, Brice et Sauval.

La multiplication des textes, leur allongement, l’essor et l’embellissement de la ville rendent sa description exhaustive de plus en plus difficile, d’où une spécialisation progressive des histoires de Paris. Du Breuil en 1610, suivi par Lebeuf en 1754, se consacre à l’histoire de l’Eglise de Paris ; Delamare à l’administration en 1719 ; Jaillot à la topographie en 1772. Cette spécialisation croissante reflète aussi la naissance d’une histoire savante qui ne se satisfait plus du discours sur les origines mythiques de la ville, ni de la compilation des grands auteurs. À cet égard, Sauval, qui meurt en 1676 sans avoir achevé son œuvre, annonce avec ses nombreuses preuves éditées en annexes l’histoire très savante du bénédictin Félibien, dont l’Histoire de la ville de Paris est achevée par Lobineau en 1725. Spécialisation et affirmation d’une histoire savante qui s’appuie directement sur les archives libèrent la plume des écrivains qui peuvent désormais parler de Paris hors du cadre contraignant de la tradition rhétorique. Sébastien Mercier propose ainsi, à la veille de la Révolution, un Tableau de Paris en 12 volumes où il fait le portrait sensible et personnel de la ville, par petites touches impressionnistes au gré de ses promenades[3], avec un plan sans logique apparente, à raison d’une centaine de petits chapitres par volume. Il assume une totale subjectivité qui le conduit à louer les beautés de la ville, comme à pointer ses tares. Il évoque même sa démolition pour mieux la réformer, ce qui ne l’empêche pas d’admirer certains monuments anciens, comme Notre-Dame. Le portrait de Restif de la Bretonne est plus sombre, et pour cause : il s’agit des Nuits de Paris (1788) où il évoque le guet, l’éclairage, les difficultés de circulation, les désordres moraux, etc. La ville corrompt et il n’y a de salut que dans la fuite, mais il aime trop Paris pour la quitter longtemps. Son texte est non moins subjectif et il semble faire corps avec une ville qu’il arpente inlassablement. Ces textes, qui mélangent témoignage et fiction, auront une longue postérité littéraire au XIXe et XXe siècle[4] alors que s’affirme l’histoire scientifique de la ville. Les historiens de Paris ne sont alors plus des écrivains.

Boris Bove

 


[1] L’ouvrage de Pierre Pinon, Les plans de Paris, Paris, APUR-BnF-Le Passage-Paris bibliothèques, 2004 et ces références ci-après mentionnées auraient pu être utilisées avec profit.

[2] Sur ce sujet, voir Guenièvre Fournier-Antonini, Barcelone, Gênes et Marseille. Cartographie et Images (XVIe-XIXe siècle), Turnhout, Brepols, 2012, qui évoque la course à l’image entre Braun et Belleforest. Voir le  compte-rendu dans Histoire Urbaine.

[3] Sur ce sujet, voir Laurent Turcot, Le promeneur à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard – Le Promeneur, 2007, 427 p. Voir le compte-rendu dans Histoire Urbaine, n°28.

[4] Sur ce sujet, voir Crystel Pinçonnat et Chantal Liaroutzos (sous la direction de), Paris, cartographies littéraires, Paris, Le Manuscrit, 2007.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *