Nadia Dupont (avec la collaboration de Frédérique Grelot, Véronique Van Tilbeurgh, Janique Valy, René Favier, Anne-Marie Granet-Avisset, Jean-François Tangy et Erwan Quesseveur), Quand les cours d’eau débordent. Les inondations dans le bassin de la Vilaine du xviiie siècle à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, 267 p. (Stéphane Frioux)

L’histoire des risques et catastrophes est un domaine historiographique relativement actif depuis une douzaine d’années, de l’histoire de leur prise en charge au niveau local jusqu’à celle de leur mise en mémoire et de la constitution d’une « culture du risque », que les sociétés pré-contemporaines n’ignoraient pas. L’ouvrage conçu par Nadia Dupont vient apporter une contribution à ce champ de recherche, tout en signant une collaboration pluridisciplinaire, de la géographie (discipline principale) jusqu’à la psychosociologie. Bien qu’il ne s’agisse pas d’histoire urbaine à proprement parler, les villes sont un terrain privilégié de l’investigation géohistorique, à travers trois cités de taille diverse, toutes situées dans le bassin de la Vilaine, Rennes, Bruz (commune périurbaine de l’agglomération rennaise) et Montfort-sur-Meu, bourgade située à l’ouest de Rennes et au confluent de deux rivières dont l’une, le Meu, est affluent de la Vilaine.

Trois grandes parties structurent l’ouvrage. La première fait l’état des lieux des données sur les inondations dans le bassin de la Vilaine depuis le xviiie siècle (épisodes, portrait des victimes, évaluation des dégâts). La deuxième aborde la question de l’attribution des causes et des responsabilités : depuis les archives de l’Ancien Régime jusqu’aux enquêtes contemporaines, c’est la façon dont on explique l’événement et dont on accuse d’éventuels responsables qui est au cœur de l’enquête. L’urbanisation se révèle être une cause évoquée sur les trois siècles étudiés. La troisième partie, enfin, s’intéresse aux réactions face à l’événement à travers une double échelle temporelle : l’ « entre-crise » pour les mesures de prévention du risque et le temps de la crise et de l’après-crise pour les mesures d’aide.

Il s’agit donc, à travers treize chapitres, de combiner différentes approches possibles de l’inondation et des rapports des sociétés au phénomène. La crise est conçue comme un bon révélateur des conflits et des dynamiques socio-spatiales. L’étude se conclut d’ailleurs par un chapitre sur les jeux de pouvoir entre les habitants, les autorités locales et l’État central et ses serviteurs, au premier plan desquels les ingénieurs. Les archives municipales et départementales permettent de rendre compte des réactions et des explications relatives à quelques grandes inondations passées, au xviiie siècle puis en 1881-1882. L’événement majeur est l’objet principal de l’enquête, mais sont mentionnées, pour mémoire, les inondations pluviales spécifiques aux villes, provoquées par la saturation du réseau de collecte des eaux et des ruissellements, qui frappent généralement à l’échelle micro-locale. La presse locale, convoquée pour la période 1914-1939, puis la télévision pour les années 1990-2000, sont exploitées afin de répondre aux questions sur les représentations et les perceptions médiatiques des inondations. Le croisement des disciplines est visible dans tout l’ouvrage, ce qui est réellement appréciable – car pas toujours évident à mettre en œuvre. En ce qui concerne l’histoire, les travaux de René Favier et Anne-Marie Granet-Abisset ont été sollicités à bon escient. Le petit reproche que l’on pourrait faire à l’ouvrage est qu’à vouloir brasser trois siècles en deux cents pages, abondamment illustrées – parfois même trop, car on constate des doublons thématiques dans les cartes postales « 1900 » reproduites –, l’auteur a dû se montrer très synthétique sur certains épisodes, que l’historien de l’urbain aurait aimé voir analysés plus en détail : les solidarités de voisinage face aux inondations, les conflits entre autorités locales et ingénieurs des Ponts et Chaussées face aux aménagements de la rivière ou à propos du financement des travaux. Les études géographiques et sociologiques relatives aux inondations de 1995-2001 sont présentées avec un réel souci de comparabilité diachronique : il apparaît bien ainsi que la sociologie de l’habitat riverain a évolué dans les dernières décennies du xxe siècle. Tandis qu’auparavant la rivière, surtout en zone urbaine, était le plus souvent l’environnement des pauvres, journaliers ou petits artisans, envers qui la solidarité des pouvoirs était limitée, elle figure désormais comme une aménité, un élément esthétique qui attire l’habitat de couches sociales plus aisées, elles aussi victimes en cas d’inondation.

L’auteur insiste sur le changement de perception à l’égard d’événements qui, à partir de la médiatisation (presse écrite dans l’Entre-deux-guerres puis télévision), paraissent exceptionnels et non plus habituels. La législation est un facteur majeur d’évolution, avec l’apparition de nouveaux instruments et modes de gestion du risque : la société assurantielle diminue la conscience solidaire chez les voisins qui ne sont pas touchés. On s’aide finalement plutôt entre « victimes ». Quelques permanences séculaires sont mises en valeur : l’identification de l’événement comme un phénomène naturel expliqué par une spécificité météorologique… mais, pour certains, favorisé par l’urbanisation du bassin de la Vilaine. La reconnaissance de l’État comme acteur clef pour assurer la protection de la population : les États de Bretagne, au xviiie siècle, cherchaient déjà à se défausser de leur devoir d’aide sur la monarchie. Les enquêtés du xxie siècle identifient d’abord l’État, et seulement ensuite les collectivités locales, comme acteur principal de la gestion des inondations. Enfin, la restriction de la participation des habitants, disqualifiés par les « experts », ingénieurs des services des Ponts et Chaussées du xixe siècle et aménageurs d’aujourd’hui (l’ouvrage est issu d’une étude commandé par l’Institution d’aménagement de la Vilaine), est soulignée. C’est la question de la transmission du savoir sur l’inondation entre les divers groupes d’acteurs qui demeure épineuse. Elle est pourtant cruciale dans la constitution et la pérennisation d’une culture du risque.  

Stéphane FRIOUX

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *