P. Gilli et J.-P. Guilhembet (sous la direction de), Le châtiment des villes dans les espaces méditerranéens (Antiquité, Moyen Âge, Epoque moderne), Turnhout, « Studies in European Urban History », Brepols, 2012, 408 p., 26 (Sylvain Parent)

Les vingt-cinq études rassemblées ici sous la direction de P. Gilli (Montpellier-3) et J.-P. Guilhembet (Paris-7) s’inscrivent dans une tradition solidement établie depuis plusieurs années dans le champ de l’histoire urbaine : celle de l’analyse de la punition des villes. Le projet est ambitieux car les responsables du volume ont opté d’une part pour un arc chronologique très vaste, qui va du premier millénaire avant notre ère jusqu’à la Révolution française, d’autre part pour la prise en compte d’espaces très divers. L’un des mérites du livre est de ne pas chercher à aborder ce sujet uniquement du point de vue des rituels urbains, mais au contraire d’étudier les processus de punition de la ville dans toute leur complexité, en croisant les sources. L’ouvrage ne prétend donc pas être un travail de synthèse abouti, mais plutôt un chantier de réflexion qui témoigne de la diversité des approches (politiques, militaires, religieuses ou encore juridiques) et du renouvellement des questionnements sur le sujet. Le souci de la confrontation des expériences et des terrains de recherche en fait très clairement un véritable « plaidoyer pour une histoire urbaine comparée » (M. Boone). Trois sections composent le volume.

La première section, « Discours et représentations des châtiments urbains », envisage très largement le problème sur le plan de la rhétorique et du décryptage des discours. En grande partie axée sur la période antique (5 contributions sur les 7), cette section propose une réflexion sur les sources qui éclairent la répression des villes et interroge longuement le rapport que les historiens contemporains entretiennent avec les témoignages textuels ou archéologiques. Dans de nombreux cas en effet, toute la difficulté consiste à décrypter ces récits de punitions, en faisant la part des choses entre ce qui relève parfois du topos purement littéraire et la réalité des destructions opérées. On comprend bien ces difficultés à travers l’exemple des châtiments infligés aux villes rebelles par les Assyriens (L. Marti) ou celui des punitions à répétition infligées à Platées par les Thébains (J. Boëldieu-Trevet). Mais ce sont aussi plus largement les imaginaires du châtiment qui sont scrutés, chez les Grecs tout d’abord, où la punition a à voir avec les liens qui unissent le divin et l’humain (C. de Oliveira Gomes), chez les Romains ensuite (V. Huet), dont l’histoire est jalonnée de conquêtes et de châtiments de villes. Une réflexion autour des Vies parallèles de Plutarque (J.-P. Guilhembet) vient clore cette série d’articles sur la période antique. La section s’achève par deux articles qui reviennent sur deux châtiments exemplaires de villes et permettent de poursuivre la réflexion sur les discours d’anéantissement de la ville : il s’agit du cas de Bordeaux au milieu du xve siècle (M. Bochaca et P. Pretou) et de celui de Marseille en 1660 (A. Zysberg). Ces deux dernières contributions témoignent bien des multiples implications des châtiments urbains, tant sur le plan social, militaire, politique, ou encore idéologique.

La deuxième section, « Outils juridiques et construction idéologique de la rébellion »,  se concentre sur l’étude de l’arsenal juridique, législatif et idéologique confectionné par le pouvoir en place, qu’il soit impérial, pontifical ou royal pour justifier la sanction. Toutes les contributions posent, dans des contextes spécifiques, le problème de la légitimation de la punition et celui des autonomies politiques et juridiques. Les trois premiers essais s’attardent sur les apports de l’antiquité romaine en la matière, à travers par exemple le cas des déductions coloniales, dont Rome a pu user au moment de la conquête de l’Italie (A. Bertrand), ou bien dans le cadre de la deditio des villes qui, soumises à l’Urbs, lui transféraient sans condition leur pouvoir (J.-Ch. Robert). Ces réflexions sont complétées par une étude de la Lex Iulia Majestatis et du crime de lèse-majesté (P. Pavon). Les travaux suivants, tous centrés sur la période médiévale permettent notamment de mettre à l’épreuve l’épineuse question de l’articulation entre châtiment collectif et châtiment individuel, entre châtiment des élites dirigeantes et châtiment de la collectivité dans son ensemble – avec le risque de faire payer des innocents. L’attitude de la papauté à l’égard des territoires italiens entre le xiiie et le xve siècles est de ce point de vue exemplaire, comme le montrent bien les articles de P. Gilli et d’A. Jamme, qui retracent ainsi près de trois siècles de relations entre la papauté et le monde urbain italien. Ces relations souvent chaotiques avec les communautés urbaines ont entraîné la production d’une casuistique impressionnante et ces auteurs voient dans les punitions pontificales de véritables tentatives d’« urbanicides » ou de « communicides ». Les deux autres contributions se focalisent sur le Midi de la France, l’une centrée sur le châtiment des villes méridionales au xiie et xiiie siècles (M. Lesné-Ferret), l’autre sur le rôle du Parlement de Toulouse, en tant qu’instance judiciaire, dans le châtiment des villes au xve siècle (L.Otis-Cour).

La dernière section enfin, « Pratiques de la répression urbaine », la plus longue des trois avec onze articles, s’intéresse aux modèles répressifs et à l’articulation entre la sanction et les processus de construction territoriale des pouvoirs. Après deux incursions dans le monde antique, avec les travaux d’O. Mariaud sur la Grèce orientale à l’époque archaïque et ceux de F. Maffre, qui étudie le rôle du châtiment collectif dans la politique d’expansion et de gouvernance achéménide sur les territoires d’Asie mineure occidentale, le Moyen Âge est à nouveau à l’honneur à travers une longue série de casus souvent particulièrement bien documentés : le siège d’Avignon en 1226 (S. Balossino), la punition de Marseille dans les années 1260 (E. Salvatori), la révolte de Carcassonne et de Limoux au début du xive siècle (D. Sassu-Normand), la situation en Lombardie entre xive et xve siècle (M. Gentile), les châtiments de Toulouse et d’Arras au xve siècle (G. Naegle) ou enfin les espaces bourguignons au xve siècle (M. Boone) ; la série s’achève par d’autres exemples modernes, qu’ils concernent l’Italie des xvie et xviie siècles (L. Arcangeli), les luttes entre catholiques et protestants dans la France du xvie siècle (F. Salesse) ou enfin l’attitude de Bonaparte en Italie à la fin du xviiie siècle (I. Gillet). Tous ces exemples, chacun à leur manière, témoignent de la diversité des modèles répressifs existants.

Ainsi, à travers cette analyse plurielle des formes et des degrés de châtiments, les études réunies ici mettent toutes en perspective, sur la longue durée, l’évolution des rapports du pouvoir avec le monde urbain et, au-delà, témoignent de la façon dont se construisent ou sont perçues les identités urbaines.

Sylvain PARENT

 

 

 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *