J. C. Magalhães de Oliveira, Potestas populi. Participation populaire et action collective dans les villes de l’Afrique romaine tardive (vers 300-430 apr. J.-C.), Turnhout, Brepols, 2012, 378 p. (Cyril Courrier)

Issu d’une thèse soutenue à l’Université de Paris Ouest en 2006, cet ouvrage analyse les conditions et les formes de la participation politique des populations plébéiennes dans les villes de l’Afrique romaine aux IVe et Ve s. ap. J.-C. « en les replaçant dans le contexte des activités économiques, des rapports sociaux et des traditions culturelles qui constituaient l’expérience de vie des plébéiens » (p. 18). S’inscrivant dans un mouvement historiographique récent de réévaluation des cultures populaires dans l’Antiquité, l’origine de cette enquête est double : d’une part, prendre appui sur des publications de fouilles modernes (depuis les méthodes archéologiques expérimentées à Carthage dans les années 1970), pour montrer que, contrairement aux tenants des présupposés finleyiens, eux-mêmes héritiers des préjugés coloniaux du XIXe siècle selon lesquels les cités de l’Afrique romaine étaient des « agrovilles » habitées de plébéiens oisifs dépendant de notables municipaux pour leur survie, l’économie africaine fut au contraire intimement liée au dynamisme de l’artisanat et du commerce sur une période d’au moins quatre siècles (IIe-Ve siècle ap. J.-C.) ; d’autre part, examiner, dans une perspective socio-historique, le riche corpus de textes chrétiens, notamment les lettres et sermons d’Augustin découverts par J. Divjak et F. Dolbeau, pour cerner dans quelle mesure les sources littéraires « confirment, illustrent et complètent » (p. 10) la documentation archéologique.

Le résultat, exposé en trois parties et dix chapitres (accompagnés d’un long résumé en anglais, d’une riche bibliographie et de six indices), peut être résumé ainsi : l’essor de l’économie urbaine africaine à partir du IIe s. ap. J.-C. a constitué le socle de l’émergence de couches sociales plébéiennes financièrement indépendantes et profondément intégrées à l’espace urbain par de multiples réseaux de sociabilités ayant permis une participation consciente, autonome et intense de leurs membres à la vie de leurs églises et de leurs cités.

La première partie de l’ouvrage, la plus longue (p. 29-155), rassemble commodément les recherches archéologiques évoquées supra. À l’issue d’un chapitre liminaire de nature théorique (« Définitions et modèles », p. 29-41) circonscrivant, en des termes essentiellement socio-professionnels (i.e. une assimilation des plèbes au monde de l’artisanat et du commerce), les contours sociologiques des populations étudiées, l’auteur dresse en trois chapitres un tableau modifiant l’appréhension traditionnelle des conditions de vie, des activités et des comportements des plèbes urbaines. Dans un premier temps (« Le travail », p. 43-84), il montre que loin d’être des centres de consommation, les villes d’Afrique furent productrices de biens exportés dans les campagnes africaines et dans l’empire. Bien que limitée à quelques sites et, à l’intérieur de ces sites, à quelques zones de fouilles (en raison du manque général de données), l’analyse révèle que ces capacités de production étaient en partie structurées autour d’unités productives de taille réduite et topographiquement regroupées en corps de professions spécialisées. Significativement, il relève une corrélation, récurrente à partir du IIe s., entre l’extension des villes, leur croissance démographique et la multiplication des ateliers. L’archéologie prouve de la même façon que les conditions de vie de ces couches sociales modestes ou moyennes n’avaient rien d’apocalyptique (« La maison et le quartier », p. 85-123). En reprenant la même démarche « site par site », l’auteur relève un certain nombre de traits communs aux villes étudiées : l’imbrication fréquente entre habitat « populaire » (bien que l’ouvrage soit parfois un peu vague dans l’utilisation de ce type de qualification) et locaux artisanaux/commerciaux ; la densité de cet habitat signifiée par une verticalité prononcée ; la généralisation probable des rapports de location ; l’aspect socialement composite des quartiers, même à proximité des lieux où se concentrait la vie publique. Le troisième volet de cette partie est alors consacré aux réseaux de sociabilité qui structuraient la vie des plébéiens (p. 125-155) : associations, tavernes, thermes, lieux de spectacles, églises constituaient autant de lieux de convivialité ayant participé de la construction de communautés conscientes d’elles-mêmes.

Ces espaces constituaient en effet, pour les plèbes d’Afrique, autant de lieux de formation et d’expression d’opinions politiques, selon des schémas récurrents étudiés dans les deux dernières parties de l’ouvrage. Le parti pris est celui de l’analyse au prisme de l’action collective, comprise, dans la lignée des travaux de G. Rudé, E. P. Thompson ou Ch. Tilly, comme un phénomène social au sein duquel s’insèrent des relations préalables, nouées dans les diverses circonstances de la vie quotidienne (p. 123), celles-là même qui ont été analysées dans la première partie. Le propos y est organisé autour d’événements (dont le choix détermine la fourchette chronologique de l’ouvrage) scrutés au cas par cas, au rythme d’un événement par chapitre. Dans le détail, les chapitres 5 à 7 (partie 2 ; p. 159-223) sont consacrés au poids des foules urbaines dans les élections ecclésiastiques, surtout épiscopales, dans la mesure où celles-ci constituent l’une des occasions où les sources – dont l’origine chrétienne explique la concentration sur cette thématique – permettent d’analyser avec précision la présence active et le poids du peuple (des fidèles) dans la vie des églises. Les chapitres 8 à 10 (partie 3 ; p. 227-297) s’intéressent, pour leur part, à trois épisodes de violences plébéiennes, de nature religieuse (les communautés païennes sont alors davantage prises en compte) ou économique. Plutôt que de procéder ici à une analyse chapitre par chapitre, retenons que deux visions traditionnelles des mouvements de foule sont battus en brèche : tout d’abord, les plébéiens d’Afrique n’étaient pas une population inculte, crédule et sujette à des réactions occasionnelles, violentes et incohérentes. Dans une perspective bourdieusienne assumée, l’intentionnalité des acteurs est pleinement démontrée, de même que l’autonomie des couches plébéiennes à l’égard des élites et la capacité des premières à délibérer collectivement afin de promouvoir des intérêts communs. L’auteur désarticule ainsi un second modèle historiographique, celui qui voit ces couches populaires urbaines comme manipulées par les classes dirigeantes dans des luttes internes à celles-ci. En effet, les actions collectives ne nécessitaient pas un haut niveau d’organisation mais présupposaient plutôt une maîtrise pratique de formes d’expression et de concertation collectives nées de liens préalables et de hiérarchies internes aux contours complexes et mouvants. Il est vrai, en revanche, que le prisme adopté conduit parfois l’auteur à sacrifier certaines questions, comme celles ayant trait au maintien de l’ordre, peut-être abordées de façon trop rapide (cf. p. 289-290). De même, l’étude, menée à partir d’un nombre limité d’épisodes (six), pose inévitablement un problème de représentativité (toutefois souligné p. 308). Néanmoins, la récurrence des schémas comportementaux garantit le caractère opératoire d’une démonstration qui sait tenir compte des particularismes locaux et des évolutions chronologiques (notamment l’avancée inégale et irrégulière du christianisme).

En définitive, la cohérence de la démarche, le décloisonnement disciplinaire mené avec une rigueur méthodologique remarquable, l’ampleur des conclusions toujours avancées avec prudence, font assurément de cet ouvrage un jalon très important dans l’histoire des cultures populaires, lui conférant un intérêt qui dépasse très largement les limites de la seule histoire romaine.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *