Gilles Chabaud (dir.), Classement, déclassement, reclassement de l’Antiquité à nos jours, Limoges, PULIM, 2011, 437 p. (Benoît Musset)

Issu d’une série d’ateliers de travail organisés par Michel Cassan et Gilles Chabaud, cet ouvrage explore dans la longue durée – tout en faisant la part belle à l’histoire moderne – les catégories classificatoires, aussi bien sociales que politiques, économiques ou culturelles en France et, plus marginalement, en Méditerranée antique. Sans être spécifiquement centré sur l’histoire urbaine, l’essentiel du propos touche aux acteurs citadins. La formulation de ce thème est directement empruntée à Pierre Bourdieu qui avait publié en 1978 un article sous le même titre. En cela, il s’enracine résolument dans le tournant de l’histoire des représentations, invitant les historiens à prendre en compte les nombreux apports de la sociologie, de la linguistique ou encore de l’anthropologie1. Le volume présente les contributions dans un ordre chronologique. Nous en fournirons ici une présentation thématique afin d’insister sur les lignes de force de l’ouvrage.

Tout d’abord sont abordées des réflexions plutôt conceptuelles sur les cadres de classement social. Robert Descimon réfléchit, dans une contribution très dense, à la structure de la société française d’avant les Lumières, démontrant l’imbrication entre la structure ternaire et une série d’oppositions binaires. Hélène Merlin-Kajman explore la catégorie « peuple » telle qu’elle était perçue aux XVIIe et XVIIIe siècles et montre que le peuple pris dans son ensemble, intégré dans le cadre d’une société ordonnée, acquiert une dignité que n’ont pas les individus pris isolément. Déborah Cohen examine les modalités des classements sociaux dans la France du XVIIIe siècle, à partir une série de mémoires académiques (1754 et 1780).

Viennent ensuite des contributions sur les représentations et l’appropriation du classement social par des groupes sociaux, ainsi que sur la place qu’ils y occupent. Gaëlle Tallet s’interroge sur la frontière sociale et culturelle entre Grecs et Egyptiens dans l’Egypte lagide, montrant que les uns et les autres jouent en permanence des cadres de classement en fonction de leurs sphères d’activité. Fanny Cosandey se penche sur l’arrière-plan des querelles de préséances dans la France d’Ancien Régime, soulignant que la pensée hiérarchique n’est pas classificatoire, puisque chaque élément a un sens en fonction de ceux qui sont à côté de lui. Loin d’être figé, le cérémonial est avant tout un rapport de force. Noël Landou étudie la mise en application du tarif de la première capitation à Moulins à partir de 169 et démontre que ce classement normatif imposé par le pouvoir, s’est retrouvé fortement renégocié en fonction des représentations de l’intendant et de sa volonté de maintenir des équilibres locaux. Mathieu Marraud aborde la dynamique politique des classements sociaux à Paris au XVIIIe siècle : derrière le déclassement apparent de la notabilité urbaine, les marchands bourgeois ont une épaisseur sociale et politique beaucoup plus grande que les bourgeois passés dans la robe. Complétant cette contribution, Laurence Croq s’interroge sur la relation entre les classements institutionnels et familiaux à partir de l’exemple des marchands merciers parisiens du XVIIIe siècle. L’étude de la « comptabilité du mariage » permet en particulier d’observer les rapports de forces entre les familles.

Vincent Meyzie examine les représentations du déclassement chez les officiers moyens de justice au XVIIIe siècle, à travers une série de mémoires des officiers des présidiaux de 1763-1764. Il identifie un profond malentendu entre une vision fonctionnaliste de la monarchie, valorisant utilité et efficacité dans sa réforme judiciaire, et des officiers mettant en œuvre une conception culturaliste, attachée à la conservation de ce que le temps a validé. Cette hantise du déclassement est partagée par les trésoriers de France de Limoges au XVIIIe siècle, étudiés par Alain Blanchard. Alors que les Bureaux de finances ont été marginalisés depuis le premier tiers du XVIIe siècle, les trésoriers poursuivent inlassablement leur assimilation aux officiers des cours souveraines. Elie Haddad interroge, à travers la « lutte de classement » opposant Chérin, généalogiste du roi, et les Mesgrigny, famille revendiquant la noblesse au XIVe siècle, les logiques concurrentes de classement dans la société des années 1780. Á la définition d’une noblesse par la valeur et la réputation s’oppose une définition par le service reconnu par le roi.

Enfin, Jean-Pierre Jessenne interroge le reclassement des dénominations des paysans autour de la Révolution, qui met en cause le regard des citadins. Rejetant les catégories multiples comme « laboureur », « fermier laboureur », « manouvrier », la Révolution provoque un reclassement intéressant, avec la généralisation du terme « cultivateur », plus technique et mélioratif que l’ancien « paysan », mais brouillant les hiérarchies.

Un autre groupe de communications, plus inégales, aborde les catégories classificatoires dans la sphère culturelle. Susanna Caviglia étudie le déclassement de la peinture d’histoire comme décor au XVIIIe siècle, à partir de l’œuvre et l’expérience de Charles-Joseph Natoire. Gilles Chabaud expose le cas de la « baguette divinatoire », qui a eu un fort écho dans le public au XVIIIe siècle. Associé à l’univers des superstitions, la baguette de sourcier est reclassée par le médecin Thouvenel dans la sphère scientifique en 1781, lui appliquant le régime de la preuve par l’expérience. Isabelle Backouche aborde le cas de la perception des parvis de cathédrales aux XIXe-XXe siècles. Yvon Lamy s’interroge sur les dynamiques de classement des biens culturels dans la catégorie « patrimoine », intégrant la culture nationale et l’Etat d’une part, les initiatives citoyennes et locales d’autre part.

Deux autres contributions explorent d’autres sphères classificatoires originales. Anna Heller mène une enquête sur le classement administratif des cités d’Asie dans l’Empire romain. Vers 50 av. J.-C., neuf centres d’assises ont été choisis par Rome pour quadriller le territoire asiatique, imposant une nouvelle hiérarchie administrative qui n’a pourtant pas effacé l’ancienne hiérarchie des cités, continuant de jouer dans le cadre fixé par Rome. Anne Conchon et Dominique Margairaz enfin livrent une précieuse et stimulante synthèse sur le classement des produits marchands au XVIIIe siècle. Le classement ancien, « essentialiste », visible dans les tarifs de péages, d’octroi ou même du Maximum, reposait largement sur l’opposition entre nécessaire et superflu. Cependant, l’abondance de plus en plus grande des produits a favorisé l’émergence d’un classement fonctionnel reposant davantage sur l’usage des produits.

Cet ouvrage ouvre donc des perspectives très importantes, synthétisant ou ré-interrogeant pour d’autres des recherches plus anciennes. Certes, la diversité des contributions, présentées dans l’ordre chronologique, limite l’émergence de grands axes structurants. Il aurait mérité une introduction plus consistante. Tel lecteur intéressé par telle ou telle contribution y trouvera son compte, d’autant plus que la priorité donnée à la perception de l’ordre social donne une réelle cohésion à l’ouvrage. Mais tel autre, cherchant des axes de réflexion plus généraux, aura plus de mal à exploiter les grandes pistes qui y ont été ouvertes.

1 Voir aussi à ce sujet Jérôme Bourdieu, Martin Bruegel et Alessandro Stanziani, « Nomenclatures et classifications : approches historiques, enjeux économiques », Actes et Communications, n°21, novembre 2004.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *