Yannick Marec, Daniel Réguer, De l’hospice au domicile collectif. La vieillesse et ses prises en charge de la fin du 18ème siècle à nos jours, Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013, 566 pages. (Christophe Capuano)

Cet ouvrage est issu d’un colloque organisé du 28 au 30 janvier 2010 à Fécamp à l’occasion de l’ouverture d’un nouvel hôpital gériatrique à proximité du centre hospitalier. Il s’agit d’un travail très riche qui aborde la vieillesse et ses enjeux dans ses diverses dimensions, étudié sur un temps relativement long (de l’époque moderne à nos jours). Il mobilise également une grande diversité d’acteurs : des chercheurs en sciences humaines et sociales mais aussi en lettres et philosophie, des professionnels du soin et de la gérontologie. Cet ouvrage apporte une vision renouvelée d’une thématique qui a marqué l’historiographie depuis une trentaine d’années. Le livre est introduit par un long prologue consacré aux évolutions des représentations de la vieillesse, à partir d’une approche philosophique – la place de la mort dans la philosophie de Kant (par Bernard Vandewalle) – et d’une approche littéraire – par le biais des nouvelles de Zweig, de Tchékhov et de Svevo (par Emmeline Céron). Ces études éclairent d’un nouveau jour le passage d’une image valorisée de la vieillesse incarnée par le vieux sage à l’époque des Lumières à celle d’une vision négative du vieillissement qui contribue à détériorer l’image du vieillard au cours du XIXe siècle et du premier XXe siècle. Il faut attendre la fin du XXe siècle pour que la figure des grands-parents, dans un contexte d’allongement de la durée de vie et de vieillissement dans de meilleures conditions, apporte une connotation plus positive au grand âge, bien analysée par Anna Marchioni Cucchiella à travers les textes de la littérature pour la jeunesse.

Puis le corps de l’ouvrage proprement dit s’organise en trois parties. La première est consacrée à la construction sociale de la vieillesse et l’institutionnalisation de l’assistance aux personnes âgées, via des dispositifs publics. Anthony Kitts montre, dans cette perspective, l’importance de la loi de 1905 en matière d’assistance aux vieillards, infirmes et incurables, transformant l’image traditionnelle du vieillard indigent en une figure institutionnelle assistée par l’Etat et où les collectivités (en particulier les communes) jouent un rôle central. Il évalue la réalité de cette mesure, qui connaît un fort succès, mais dont l’application est très contrastée selon les départements. Ainsi la Seine inférieure a été à la hauteur des défis posés par le nombre croissant d’assistés ; en revanche d’autres départements comme l’Eure connaissent d’importantes difficultés, liées en grande partie à la lente application de la loi par les communes rurales. Rarement étudié, le cas spécifique des assurances-vieillesse des agriculteurs est bien analysé par René Bourrigaud pour la période 1952-2002. Il montre comment le montant de la retraite de base reste longtemps dérisoire et inférieure à celle des autres professions. Le montant des prestations « vieillesse agricole » ne s’élève réellement qu’à partir des années 1980 avant que, de 1994 à 2002, ne soit lancé un plan pluriannuel de revalorisation des petites retraites des non-salariés, restées souvent modestes. En 2002, le régime des retraites agricoles concerne plus de deux millions de personnes. Ce n’est que le 11 décembre 2001 avec une entrée en vigueur au 1er janvier 2003, que l’adoption d’un régime de retraite complémentaire devient obligatoire.

La deuxième partie est consacrée à la prise en charge des personnes âgées en hébergement collectif. Mathilde Rossigneux-Meheust y présente un travail très intéressant sur la place de l’hospice dans la ville à travers le cas de l’hospice des Ménages au XIXe siècle qui accueille plus de 1400 vieillards (hommes, femmes, couples) : celle-ci remet en cause l’idée de fermeture des hospices et de réclusion des personnes âgées. Elle montre au contraire combien cette institution, installée d’abord rue de Sèvres à Paris puis déménagée à Issy-les-Moulineaux en 1863, est ancrée dans son siècle. Sous la IIIe République, des réunions électorales ont ainsi lieu dans l’établissement, et les vieillards sont conviés à participer au suffrage universel. L’hospice est complètement intégré à la vie urbaine : il est traversé par les habitants du quartier, par les commerçants et de nombreux vieux travaillent à l’extérieur. Il existe donc des liens importants entre le dedans et le dehors (ce qui est encore accentué par les visites des amis et de la famille des vieillards). L’hospice apparaît donc « au cœur de flux humains et de marchandises et s’intègre à la dynamique de l’espace urbain dans lequel il s’inscrit » (p.254). On y célèbre même le 14 juillet (celui de 1887 rassemble ainsi près de 8 000 personnes pour faire la fête). Cela montre, selon l’auteure, que l’hospice est alors « un espace habité par la ville ».

Une autre intervention, celle de Claire Barillé et de Pierre-Louis Laget réfléchit aux logiques qui sous-tendent la construction des hospices du XIXe siècle et leur rapport à l’espace à travers l’exemple de la région parisienne. Les auteurs soulignent combien l’éloignement de ces établissements du centre des villes répond à des logiques hygiénistes. Mais cette position excentrée est perçue comme une contrainte par les pensionnaires qui subissent de ce fait un isolement géographique. A l’échelle de la conception même de ces hospices, les auteurs analysent les effets de l’hygiène hospitalière sur leur agencement et leur aménagement à fin du XIXe siècle. D’un point de vue architectural, c’est le plan pavillonnaire qui est présenté comme l’innovation principale (sans être la règle générale) avec des choix de constructions aérées.

Une autre intervention propose des éléments d’une histoire de la co-résidence au cours de l’industrialisation (Jérôme Bourdieu, Lionel Kesztenbaum et Gilles Postel-Vinay). A partir d’un certain nombre de cas, les auteurs montrent que le nombre de personnes âgées seules augmente dans les campagnes durant le XIXe siècle : le vieillissement y est alors trop fort pour être compensé par la co-résidence (pourtant en augmentation). Dans le monde urbain, en revanche la propension à co-résider faiblit en raison d’un logement plus rare et plus cher. Or survivre en ville sans pouvoir bénéficier de co-résidence est plus difficile que de survivre à la campagne. Du coup, le surnombre des vieux dans le monde rural s’expliquerait par la force moindre des liens familiaux en ville et seraient dès lors contraints de retourner au pays. Les auteurs en concluent que la co-résidence ne fonctionne pas comme un système de solidarité intergénérationnelle pure qui permettrait aux vieux sans ressources de trouver refuge et réconfort dans leur famille.

La troisième partie porte sur les politiques publiques et les représentations de la vieillesse. Dans ce cadre, Elise Feller et Françoise Cribier étudient des parcours de vie de retraités parisiens et le recours aux hébergements collectifs. Elles montrent que le type de parcours comportant au moins une période en hébergement pour personnes âgées a augmenté dans les dernières années. Or ces données contemporaines vont à l’encontre des projections les plus fréquentes selon lesquelles il y a un recul des entrées en institution en raison d’une sous-estimation de l’accroissement de la longévité au grand âge et de la méconnaissance des situations familiales et personnelles des gens très âgés.

Bien illustré, cet ouvrage est donc particulièrement intéressant tant par les approches mobilisées que par les apports présentés. Il offre en outre des outils très utiles pour la recherche dans le champ de la vieillesse en matière de sources, d’annexes et de chronologie sur les politiques de la vieillesse (notamment due au travail d’Olivier Létang).


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *