Marie Thebaud-Sorger, L’aérostation au temps des Lumières, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009, 350 p. (Mathieu Flonneau)

Quelle plus belle métaphore de l’avènement de la rationalité des Lumières peut-on énoncer que celle touchant aux premiers âges de l’aérostation inaugurée à partir de 1783 ?

Cette quête humaine d’élévation, à l’instar de l’alpinisme naissant avec la conquête du Mont-Blanc en 1786 par exemple, les premiers envols humains artificiels l’illustrent par excellence. Avec l’édition de sa thèse, Marie Thébaud-Sorger offre à la communauté historienne une riche analyse d’histoire de la France urbaine pré-révolutionnaire qui « intégre la réalisation du principe universel du vol comme une cérémonie et festive » (p. 27). En mobilisant toutes les problématiques et lectures – y compris internationales – les plus pertinentes et actuelles de l’histoire moderne, l’auteure, qui par ailleurs a creusé cette veine dans un beau livre paru par la suite1 et lors de la direction d’un colloque consacré à la « culture aérienne » dont la publication est à venir, témoigne de l’imprégnation d’un nouvel « espace public de la technique » pour lequel est mise en scène la « dynamique d’un prodige arraisonné » (p. 303). La première partie de l’ouvrage traite de « l’événement », la deuxième de « l’entreprise au cœur des villes » et la troisième du « théâtre de l’envol ».

Tout particulièrement urbaine, la « fièvre des ballons » (p. 60) toucha alors les élites dont le « consensus autour du progrès » (p. 296) devint patent. La chronologie en annexe décrit une séquence cohérente entre 1783 et 1785 (p. 308-311) et la page 307 offre une carte qui donne la mesure géographique française et européenne du phénomène.

Au fil des pages, l’aérostation se révèle être un authentique « laboratoire des savoirs citadins » (p. 202). Décrits par l’historienne, la dramaturgie de l’événement, les interactions avec le public, le processus d’envol, son appropriation (p. 296), sa fabrique et ses diverses relations témoignent tous d’une tentative d’affranchissement de l’Ancien Régime et de la potentielle recomposition d’une « nouvelle hiérarchie urbaine »(p. 151).

« L’air de la ville rend libre », adage germanique célèbre : à la veille de la Révolution dans des cieux désormais prodigieusement et industrieusement humanisés, ce livre le confirme admirablement.

1 Une histoire des ballons : invention, culture matérielle et imaginaire, 1783-1909, Paris, Patrimoine, centre des monuments nationaux, 2010.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *