« Du lien politique au lien social : les élites », Rives Méditerranéennes, 32-33, 2009, 250 p. (Clarisse Coulomb)

Ce numéro de Rives méditerranéennes est consacré aux élites étudiées en France et en Italie sur la longue durée, du XVe au XXe siècle. Les onze articles peuvent être regroupés autour de trois thèmes : les rapports entre les élites urbaines et les autres, les élites urbaines et l’espace public et le rôle de la ville dans les échanges culturels.

Guido Castelnuovo, dans son étude du traité De Vera nobilitate (1439-1440) de Poggio Bracciolini montre que, même à Florence, cité communale gouvernée ad populum, le modèle de la noblesse n’est plus seulement citadin. Certes, pour le Pogge, le véritable idéal de noblesse reste marchand. Cependant, il existe une noblesse foncière florentine. Son enquête sur la péninsule élargit le constat de la coexistence de deux types de noblesses : urbaine et rurale, la seconde étant issue de l’anoblissement princier. Son traité prend ainsi acte de la recomposition de la noblesse italienne, du fait de l’essor des principautés et des républiques pluri-citadines. L’enquête sur la péninsule permet au Pogge d’élargir son analyse aux noblesses européennes : la noblesse française, fondée sur le refus de la ville et du commerce, se révèle là encore, plus complexe, certains nobles français étant issus de la bourgeoisie marchande. « Toute noblesse italienne n’est plus ni simplement communale ni uniquement citadine ; elle retrouve des modèles communs à l’Europe entière. » (p. 81)

La question du problème posé par la formation des Etats territoriaux aux noblesses urbaines des cités-Etats est également au cœur de l’article de Lucien Faggion qui étudie comment le patriciat vénitien a intégré les élites des villes de la Terre Ferme. Après la chute du régime viscontéen au début du XVe siècle, le patriciat vénitien a constitué un vaste Etat territorial qui englobe tout le nord-est de la péninsule. Venise a confirmé l’autonomie des grandes villes en reconnaissant leurs statuts et leurs privilèges par une « séparation juridique », entre le droit vénitien et le droit romain de la Terre Ferme. Les privilèges urbains, acquis dès le début du XVe siècle, sont défendus farouchement par les hommes de loi, véritables porte-parole des classes dirigeantes urbaines. En effet, la croissance économique a permis l’émergence d’élites urbaines nouvelles dont l’ascension sociale repose sur la maîtrise du droit romain, malgré l’opposition de l’aristocratie traditionnelle qui supporte mal cette autorité. On assiste au rapprochement de ces familles riches, mais de noblesse récente, avec la classe dirigeante de la capitale. Cependant, malgré l’intégration dans la seconde moitié du XVIIe siècle d’une centaine de familles nouvelles de Terre Ferme, dans le Patriciat vénitien, leur accès dans les cercles de décision est resté limité.

La question des rivalités entre les élites urbaines et les nouvelles élites territoriales est abordée par Frédéric Meyer au travers du cas des élites diocésaines dans la Savoie de Victor-Amédée II. Si l’évêque et sa famille ne sont pas originaires du diocèse, en revanche, on observe un fort ancrage local des grands vicaires qui appartiennent à la bourgeoisie de robe ou de la marchandise. Si les lignages urbains placent leurs enfants dans l’administration diocésaine, les évêques doivent cependant lutter pour s’imposer au sein des villes face aux « propriétaires de la religion » (M. Vénard), qu’ils soient clercs ou laïcs. Certes, les chanoines, garants des traditions de leur église, ont été souvent les rédacteurs d’histoires diocésaines, mais ils n’envisagent le diocèse qu’à travers la cathédrale, et non comme un territoire que gouverne l’évêque. En riposte, les évêques font peindre dans les salles de leur palais urbains les cartes de leur diocèse et font rédiger son histoire. Néanmoins, la conscience identitaire des diocèses reste encore fragile à la fin du XVIIe siècle.

Deux communications s’intéressent à l’intervention de l’Etat napoléonien dans la définition des élites. Comme le montre Stefano Levati, à la suite de Sieyès et des lois électorales de l’an X qui font de la propriété foncière la clef de voûte du régime censitaire, le notable a été défini comme le propriétaire terrien. Ce système électoral fut adopté en Italie dans les territoires qui faisaient partie de l’Empire sous forme de départements. Mais alors que dans la société française, bouleversée par la Révolution, les notables sont des hommes nouveaux, les bourgeois, on observe une continuité en Italie. Aux côtés des noblesses traditionnelles, la nouveauté fut l’intégration des fonctionnaires de l’État, en raison de leur prestige social, dans la notabilité : la définition des élites italiennes étant ainsi, contrairement à la France, moins sociale et économique que politique.

Ces nouvelles élites napoléoniennes bénéficient d’une formation nationale comme le montre Elena Brambilla. La loi du 1er mai 1802, qui suit le Concordat, établit les lycées dont le personnel, à la différence des collèges de l’Ancien Régime, est laïc. Les lois italiennes, en particulier celle du 4 septembre 1802, tentent d’introduire ce modèle dans la péninsule. En Italie cependant, du fait de l’existence de collèges religieux-internats, les lycées sont les petites universités des villes autrefois capitales d’anciens Etats, telles que Modène, Mantoue, Ferrare, Bergame ou Brescia. Ces capitales du passé continuent de cultiver leur tradition d’orgueil municipal en finançant l’instruction des enfants des élites dirigeantes : d’où l’échec du plan national qui prévoyait la suppression de ces universités mineures, en limitant les universités nationales aux seules grandes comme Pavie, Bologne ou Padoue. D’où également l’échec d’un monopole étatique sur les titres d’études tel qu’il fut établi en France par l’université impériale.

La question des élites dans l’espace public urbain est abordée par trois articles. Sandra Costa-Giorgi au travers des pratiques de collections en Italie s’attache à retracer l’utilisation de l’art par les familles dans l’espace public au travers de l’étude d’un réseau aristocratique composé de quatre familles nobles italiennes, d’origine lombarde, dans la seconde moitié du XVIIe siècle. L’action artistique de ces lignées se caractérise par une « bipolarité géographique ». D’une part, ces familles contribuent, par leurs collections, à la diffusion dans les régions de Milan, Côme et Venise, d’éléments de style baroque et bernicien inspiré de l’actualité artistique romaine. A l’inverse, les commandes diffusent les œuvres d’Italie du Nord vers leurs domaines d’Italie centrale. Entre Rome et Milan, mais aussi Côme et Venise, émerge une « élite du goût » pour laquelle la pratique de la collection est « autant un plaisir qu’une activité de cohésion sociale ». (p. 32)

Albane Cogné, au travers de l’exemple de Milan au XVIIIe siècle, s’interroge sur les fonctions de la propriété urbaine entre investissement économique et symbolique. L’ancrage ancien dans la ville, requis pour accéder au patriciat, explique pourquoi la propriété de la demeure est cruciale. Cependant, deux modèles patrimoniaux s’opposent. Celui des marchands pour lesquels il est essentiel de compenser leur implication commerciale par la forte visibilité de leur résidence ; ces familles se sont ainsi fait faire les palais les plus prestigieux de la ville, centres de véritables « blocs de propriétés ». Pour les familles de tradition féodale, en revanche, la ville demeure un lieu d’investissement exclusivement symbolique dont témoigne l’attention portée au seul palais. Alors que les études institutionnelles, en particulier du Conseil Général, insistent sur la cohésion du groupe du patriciat, l’étude du patrimoine urbain révèle, à l’inverse, sa diversité.

Dans la lignée des travaux de Sarah Maza, Christophe Regina montre que le procès qui opposa, entre 1768 et 1791, le consul de la République de Venise à Marseille et son épouse était autant une affaire privée, un adultère, qu’une affaire publique qui mobilisa toute la société marseillaise dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. On aurait aimé une réflexion sur les élites féminines à cette occasion.

Enfin, trois articles évoquent les espaces urbains dans les transferts culturels entre France et Italie. Emmanuelle Chapron examine la géographie urbaine de la République des Lettres. L’intégration réussie de Jean-François Séguier dans les milieux savants italiens s’explique par sa résidence à Vérone, pendant 20 ans auprès du marquis Maffei, et par la possibilité d’accéder aux ressources savantes du palais. Ces ressources permettent à Séguier de satisfaire à l’économie du don et du contre-don qui sous-tend l’échange épistolaire entre savants. Sa réputation s’accroît encore de sa correspondance nouée avec les pays de l’Europe du Nord, facilitée par la position géographique de Vérone, l’une des premières villes italiennes que rencontrent les voyageurs arrivés par le col du Brenner. Le retour à Nîmes en marque, de fait, un ralentissement. Nîmes va cependant devenir la destination des voyageurs en partance pour l’Italie et qui affluent pour chercher auprès de Séguier des lettres de recommandation.

Enfin, les articles de Stéphane Mourlane concernant la fondation de l’Academia del Mediterraneo  à Palerme en 1951 et d’Olivier Forlin sur les passeurs du cinéma italien en France, n’adoptent pas le cadre urbain comme échelle d’analyse. Au total, un volume intéressant pour l’étude des influences réciproques entre villes françaises et villes italiennes.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *