Loïc Vadelorge (textes réunis par), Jean-Eudes Roullier, Un pionnier des politiques de l’espace urbain, Paris, La Documentation Française, 2011, 228 p. (Emmanuel Bellanger)

Le titre de l’ouvrage, Jean-Eudes Roullier, un pionnier des politiques de l’espace urbain, dirigé par Loïc Vadelorge, spécialiste des villes nouvelles et de l’aménagement du territoire, est sans ambiguïté sur l’appréciation que porte l’historien sur l’engagement d’un grand témoin des politiques urbaines qu’il a rencontré durant ses années de recherche. Ce livre est le fruit de cette rencontre que l’on pressent être devenue amicale entre le chercheur et le praticien des villes. Si ce n’est pas son unique objet, cet ouvrage prend la forme d’un hommage critique que Loïc Vadelorge rend à celui qui a marqué son parcours intellectuel1.

Jean-Eudes Roullier (1931-2010) n’a pas la notoriété de son mentor Paul Delouvrier, personnalité charismatique qui a associé son nom aux transformations urbaines de l’agglomération parisienne des années 1960. Roullier n’est pas pour autant un homme de l’ombre. Loïc Vadelorge le décrit comme « le second père des villes nouvelles après Delouvrier » (p. 25). Son parcours donne corps aux grandes administrations centrales et territoriales de la France du second XXe siècle. Ancien élève de l’IEP de Paris et de l’ENA devenu en 1958 inspecteur des finances, Jean-Eudes Roullier se range parmi ces hauts fonctionnaires qui ont conduit de grands chantiers reconfigurant, à l’image des villes nouvelles, l’espace urbain en repoussant ses limites et en s’efforçant de les ordonner et de les maîtriser.

Pour réaliser son entreprise – saisir la longue trajectoire professionnelle d’un homme de réseau, d’influence et d’action –, Loïc Vadelorge a réuni 26 contributions, dont plus d’une moitié s’apparente à des témoignages de contemporains de Jean-Eudes Roullier. Les règles du métier, la distanciation critique et le croisement des sources, n’ont pas été sacrifiées sur l’autel de la fidélité mémorielle et de la reconnaissance posthume. Elles sont, au contraire, mobilisées pour éclairer la dimension incarnée des politiques publiques, trop souvent décrites sous l’angle des contingences institutionnelles, juridiques, techniques et administratives.

Loïc Vadelorge, dans sa longue introduction, met à jour l’expérience singulière de son témoin, dont « la carrière est indissociable de l’histoire urbaine du dernier tiers du XXe siècle » (p. 17). L’ouvrage affiche une volonté, celle de restituer la place centrale et méconnue de celui qui a servi une « ambition » – les villes nouvelles – et a, au-delà, produit une réflexion personnelle sur l’espace urbain et sa dimension culturelle. L’ouvrage ne relève ni de la biographie ni de l’essai ou du livre à thèse. Pour son coordinateur, le genre biographique n’est pas qu’une « illusion ». Le parti pris assumé de ce projet éditorial, né d’une journée d’études, est celui de l’analyse des politiques publiques au prisme des « facteurs humains et politiques ». L’intérêt de cette publication tient au mélange de deux registres de textes au statut bien différent. Les premiers, scientifiques, critiquent et contextualisent l’action de Jean-Eudes Roullier ; les seconds, parfois plus convenus, mettent en scène la vie de celui que l’on a côtoyé dans le cadre de sa formation ou de ses activités professionnelles. La surprise vient de certains de ces récits qui s’affranchissent des pesanteurs de l’esprit de corps pour laisser places aux doutes, aux failles, aux obstacles qui jalonnent la vie des « grands serviteurs de l’État [qui] ne le sont en réalité, selon l’historien Éric Lengereau, que parce qu’ils entretiennent avec le politique des relations habiles » (p. 87).

Croisés les uns aux autres, ces textes montrent comment se constituent des cabinets et se forment autour d’un haut fonctionnaire des réseaux et des groupes de pression. Ils montrent comment Jean-Eudes Roullier agrège autour de sa personne et de son expérience, des ingénieurs, des urbanistes, des hommes d’art. Les souvenirs des témoins sont d’abord des reconstitutions qui lissent bien souvent la réalité en gommant les conflits d’intérêts et les stratégies de conquêtes de positions. Les entretiens avec Jean-Eudes Roullier, menés et analysés ici par les historiens Sabine Effosse, Éric Lengereau et Thibault Tellier, s’attachent au contraire à donner du relief aux témoignages, à la complexité des jeux d’acteurs et à l’évolution des politiques et des représentations de la ville des années 1960 aux années 1990.

Dans cet ouvrage, les contributions de Sabine Effosse, Michel Margairaz, Thibault Tellier et Loïc Vadelorge mettent à jour les éléments d’une histoire de la décision et de la réforme de l’État. Ils éclairent notamment le passage, au tournant des années 1970-1980, de l’urbanisme opérationnel de l’« État décideur » à l’urbanisme concerté de l’« État animateur » tout en insistant sur les facteurs de continuité des politiques urbaines. Ils posent ainsi les jalons d’une histoire territorialisée de la puissance publique, de ses administrations centrales et de ses administrations de mission, toute en réévaluant – ce point est essentiel – le poids du local et de ses collectivités dans la fabrique des politiques publiques.

À ce titre, Loïc Vadelorge invite à mieux « contextualiser les rapports entre élus locaux et aménageurs » et, avec raison, souligne le « caractère récurent » de la décentralisation : « il n’existe pas […] un avant et un après Defferre mais plusieurs “avants” et plusieurs “après” » (p. 28). Ce livre rassemble enfin plusieurs textes de Jean-Eudes Roullier d’intérêt inégal mais dont certains passionnants révèlent l’éclectisme de la « trajectoire de ce braconnier » de l’État. Des textes qui dressent en creux le portrait d’un homme érudit qui, au District de la région parisienne, au Secrétariat général du groupe central des villes nouvelles ou aux ministères de l’Équipement, de l’Environnement, de l’Urbanisme et du Logement, a toujours défendu l’importance des sciences sociales dans la compréhension des questions urbaines. L’entreprise de Loïc Vadelorge parvient in fine à ne pas succomber au risque, pointé par Michel Margairaz, de « surestimer le rôle de l’individu » (p. 36). Elle en souligne les limites et chemin faisant dévoile la fonction sociale de l’historien attaché à décrire les politiques publiques structurelles et incarnées.

1 Loïc Vadelorge a participé de 1999 à 2005 au Programme d’histoire et d’évaluation des villes nouvelles françaises que présidait Jean-Eudes Roullier.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *