Marc Saboya, Bordeaux L’architecture et son double, Bordeaux, éditions Le Festin, 2013, 128 p, ill. NB., (Sylvain Schoonbaert)

Professeur d’histoire de l’art contemporain à l’Université de Bordeaux 3, Marc Saboya s’offre depuis plusieurs années le plaisir – pour notre plus grand luxe –, de partager encore avec nous ses réflexions sur l’architecture. On connaît bien sa thèse sur la presse architecturale au XIXe siècle et la Revue générale de l’architecture de César Daly1 ainsin que les deux volumes qu’il a consacrés, avec le professeur Robert Coustet, à l’architecture et l’urbanisme bordelais au XIXe et au XXe siècle2. En 2011, nous avons commenté la belle réédition dont il fut l’initiateur, du Bordeaux un jour ! de Cyprien Alfred-Duprat, ouvrage utopiste mais anticipatif pour l’urbanisme bordelais3.

Voici, sous des dehors toujours très architecturaux, son nouvel ouvrage intitulé Bordeaux. L’architecture et son double, qu’il vient de publier aux éditions du Festin. Ce deuxième opus fait suite à un premier volume intitulé Ordre et désordre. Fragments d’architecture contemporaine à Bordeaux, qui a connu un grand succès en 2008. Il se compose essentiellement, comme le premier, d’articles publiés dans la revue éponyme. C’est donc avec beaucoup d’allant et de générosité que Marc Saboya a poursuivi ces chroniques pour satisfaire ses lecteurs.

Le livre, d’un format modeste et sans prétentions (128 pages illustrées en grande partie de photographies noir et blanc de l’auteur), est conçu, tout comme le premier, comme un recueil d’articles qui se basent sur l’observation d’un bâtiment, d’un détail architectural, d’un objet apparemment quelconque mais finalement curieux qui intrigue l’historien, le nez en l’air dans la ville, en quête de découvertes, d’émotions, mettant sa sensibilité à l’épreuve de son lecteur.

Partant de ses balades et de ses errements dans la ville de Bordeaux, Marc Saboya sait en effet découvrir et nous faire découvrir ou redécouvrir au fil de ses rencontres et de ses trouvailles, des bâtiments que nous ne voyons plus tant ils encombrent ou, au contraire, se fondent et disparaissent de notre paysage quotidien. Des œuvres parfois méconnues, belles ou laides mais souvent ordinaires – en apparence. En apparence, car ce sont surtout des édifices qui questionnent, à travers nos références culturelles, notre pensée et notre regard sur la ville et son histoire.

Je n’en prendrai que trois exemples. A Mériadeck, Marc Saboya nous rappelle combien les démolitions du quartier ancien, durant les années 1960-1970, se perpétuent sans doute avec la construction de la cité municipale, sur les ruines d’un immeuble édifié à la hâte par François Ambroselli en 1979, et dont le remplacement par un nouvel hôtel administratif, conçu par Paul Andreu, régénère la violence symbolique comme si elle s’était inscrite dans ce territoire (p. 101-102). Ce quartier a définitivement acquis une capacité à se renouveler qui questionne ses valeurs patrimoniales, car il fait partie intégrante du site inscrit sur la liste du patrimoine mondial par l’Unesco en 2007.

On va plus loin, en banlieue, avec le cas du Macumba, une discothèque construite en 1973 à Mérignac. Cette « machine à danser », sinistre en plein jour tout comme la nuit, au fond d’un vaste parking derrière les clôtures de l’aéroport, est en réalité un prototype dont neuf boîtes de nuit seront construites sur le modèle de l’architecte Michel Pétuaud-Létang. Quelle banalité et pourquoi s’être interrogé sur un objet aussi peu ragoûtant ? On a la réponse : « S’il reste un objet marginal dans la culture ‘savante’ on peut, si l’on considère sa situation dans le paysage périurbain […] se poser légitimement la question de sa valeur patrimoniale. » (p. 86)

Et c’est justement encore de valeur patrimoniale dont il est question avec cette ville de la petite banlieue de Bordeaux à laquelle Marc Saboya consacre plusieurs articles, notamment aux maisons des architectes des XIXe et XXe siècles qui l’ont alors construite et y ont vécu, entre cours et boulevards. Partant des constructions de ceux des plus illustres, auxquels il consacre un long article (p. 29-47), jusqu’à la maison d’Yves Salier, résolument moderne et pourtant si ancrée encore dans le paysage ordinaire de la ville passée (p. 72-74), Marc Saboya en vient au fond aux masques de ces architectes qui, « d’artifex » (p. 36), en artifices, dissimulent aux yeux des profanes leur culture savante et leur savoir-faire pour mieux se démarquer de leurs confrères, afficher leur personnalité dans des façades toujours plus innovantes ou, au contraire, désuètes, réinventer les codes à tout prix.

Que doit-on conserver de cette mémoire savante et que faut-il protéger de ces témoignages matériels si hétéroclites et fragiles ? La ville de Bordeaux, inscrite au Patrimoine mondial, doit-elle considérer tous ces artefacts et ceux qui viendraient d’autres propositions particulières à leur suite, comme des monuments à classer ou protéger à tout prix en référence à leur histoire architecturale quand bien même elle fût anecdotique ? Il semble bien que non. Ce n’est pas le lieu de développer ici les valeurs propres et celles d’usage qui peuvent être associées à la connaissance et la reconnaissance, de ces découvertes. Le temps et le livre feront leur ouvrage et peut-être ceci tuera cela.

Mais les interrogations architecturales et esthétiques de Marc Saboya méritent d’être prises en compte car elles sont teintées d’une approche personnelle dont on ne peut que louer la qualité et la fraîcheur, car l’auteur partage sans cesse sa curiosité insatiable avec son lecteur et sait faire la part entre ses propres angoisses et la quiétude avec laquelle il livre ses résultats.

Avec cet ouvrage, Marc Saboya montre à quel point il sait partager avec le commun des mortels une érudition de très haut niveau qui est la marque d’un grand savant et d’un grand pédagogue. Et si l’on n’est pas convaincu par la présente recension, on pourra avec profit entendre l’auteur présenter ce livre lui-même, en compagnie de Robert Coustet, sur ce pod-cast de la librairie Mollat4.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *