Manuel Guàrdia, José Luis Oyón (ed.), Hacer ciudad a través de los mercados. Europa, siglos XIX y XX (CR Mathieu Aguilera),

Manuel Guàrdia, José Luis Oyón (ed.), Hacer ciudad a través de los mercados. Europa, siglos XIX y XX, Barcelona, Museu d’Història de Barcelona, Institut de Cultura – Ayuntamiento de Barcelona, 2010, 475 p. (Mathieu Aguilera)

Les éditions du musée d’histoire de Barcelone livrent ici un beau volume consacré aux marchés urbains à l’époque contemporaine. Les douze contributions réunies, en permettant d’utiles comparaisons européennes, conduisent à envisager de nouvelles perspectives sur les circulations des formes architecturales et des modes de gestion des marchés couverts. Manuel Guàrdia et José Luis Oyón, enseignants à l’Université Polytechnique de Catalogne, et coordinateurs du présent volume, reviennent dans une longue introduction sur les multiples enjeux d’une histoire des marchés urbains européens comme « créateurs de ville », et « observatoires privilégiés » des mutations de l’approvisionnement et de la consommation alimentaire en ville. Le propos des auteurs est également de questionner leur impact sur la morphologie, l’administration et les sociabilités urbaines. En envisageant les marchés couverts comme une forme transitoire, entre la place marchande médiévale et l’avènement du centre commercial, les auteurs rappellent comment, à la fin du XIXe siècle, une logique interventionniste de l’équipement urbain s’impose progressivement, malgré un contexte économique général de laissez-faire. Dans bien des cas, « les marchés municipaux constituent de fait l’un des seuls services publics offerts aux citoyens dans une période […] de faiblesse ou d’absence d’équipements de gestion publique » (p. 47).

En posant les jalons de l’ensemble de l’ouvrage, cette synthèse introductive permet une lecture transversale des douze contributions qui composent le volume. Celles-ci invitent à une déambulation européenne, de Londres (James Schmiechen) à Budapest (Allan Siegel), en passant par le « laboratoire parisien » des Halles (Bertrand Lemoine), les marchés de fer espagnols (Esteban Castañer), les marchés couverts à Florence, Milan, Turin, Rome (Filippo De Pieri), Vienne (Peter Haiko), en Allemagne (Hannelore Paflik-Huber) et en Europe de l’Est et du Nord (Malgorzata Omilanowska). Manuel Guàrdia, José Luis Oyón et Nadia Fava s’intéressent au « système des marchés » barcelonais sur plus d’un siècle, alors que le chapitre d’Helen Tangires conclut le volume en abordant la manière dont les « leçons d’Europe » informent les débats sur la réforme des marchés publics aux États-Unis pendant la période progressiste (1894-1922).

Certains auteurs, historiennes et historiens de l’art ou de l’architecture, s’intéressent avant tout aux registres stylistiques qui font du marché couvert un enjeu de prestige pour les municipalités. Esteban Castañer, spécialiste de l’architecture métallique dans l’Espagne du XIXe siècle, détaille les modèles successifs qui ont influencé la construction des marchés couverts de la Péninsule, avant que ne s’impose une ligne moderniste au milieu des années 1920, puis que le béton ne vienne triompher des structures métalliques et vitrées. L’« éclectisme rationaliste » des années 1870 qu’il décrit, mêlant des répertoires composites, contraste avec le néoclassicisme sobre et monumental qui domine dans tous les projets et les réalisations qui voient le jour, au même moment, dans la Vienne libérale étudiée par Peter Haiko.

Plusieurs contributions abordent les débats concernant les modes de gestion des marchés, et les frontières de l’interventionnisme (municipal ou étatique) dans la construction et l’administration quotidienne du commerce de gros ou de détail. James Schmiechen replace ainsi le modèle du marché public dans le cadre de la « révolution municipale » britannique des années 1830. Plus d’un demi-siècle plus tard, le débat est encore vif à New-York entre les promoteurs d’une gestion municipale des marchés et la ManhattanMarket Company de Paul J. Armour qui défend un modèle entrepreneurial autonome de la tutelle municipale, critiquant en 1873 ceux qui « préfère[nt] aller en Angleterre ou en France chercher des modèles » pour le peuple américain (p. 441-442). Helen Tangires analyse alors de manière convaincante une controverse qui prend une ampleur nationale dans les années 1890, lorsque les réformateurs progressistes regroupés au sein de la National Municipal League défendent un interventionnisme croissant, et font aboutir l’idée d’un Office Market fédéral en 1913.

Plus rares sont les contributions abordant le thème des sociabilités au marché. Le marché couvert constitue pourtant bien une « nouvelle expérience sociale », comme le souligne James Schmiechen, qui tente d’en mesurer les multiples « implications civiques ». Si dès les années 1830, le marché est en passe de s’imposer comme le « lieu public le plus important de la ville » dans plusieurs villes britanniques (p. 77), c’est parce qu’il cristallise espoirs et tensions du modèle libéral, avant que l’élite victorienne n’y projette « une conscience de classe agressive » (p. 104). Montserrat M. Miller nous livre quant à elle une étude passionnante sur le monde des marchés couverts de détail barcelonais, de l’inauguration de la Boqueria aux années 1930 : en analysant les stratégies économiques des familles de commerçants, la forte représentation féminine dans le commerce de détail et en décrivant les fêtes annuelles des « Reines des marchés », l’auteure analyse le processus de construction d’une identité collective professionnelle qui repose sur le maniement de réseaux relationnels multiples.

Malgré des angles d’approche qui ne se recoupent donc pas strictement d’une contribution à l’autre selon les sensibilités historiographiques des auteurs, plusieurs thèmes se font écho d’un chapitre à l’autre et cimentent l’ensemble du propos. Se dessine ainsi au fil des contributions un élément essentiel du pacte social qui se noue à partir des années 1830, entre les communautés urbaines et les pouvoirs municipaux. La construction des marchés intervient bien souvent aux lendemains de mécontentements populaires – à Barcelone aux lendemains des bullangues de 1835, en Allemagne suite à la vague révolutionnaire de 1846-1849 -, ou pour légitimer un nouveau régime. Manière de rappeler que le problème de l’approvisionnement des villes demeure une question politique tout au long du XIXe siècle, et que le périmètre de l’intervention publique se négocie avec acuité à la lumière de cette « économie morale ». Un autre grand apport de l’ouvrage est de mettre à jour, au fil des contributions, les logiques de la circulation des idées, des techniques et des savoirs en matière d’administration municipale : si des modèles de marchés circulent, c’est par les traités, les revues et les monographies – à l’instar de la fameuse Monographie des Halles centrales de Paris de Baltard et Callet – mais également par les réseaux d’administrateurs.

Cet ouvrage dense invite donc tout autant à s’interroger sur un motif emblématique du paysage urbain, qu’à en envisager les multiples appropriations économiques et symboliques. Les nombreuses rénovations auxquelles on assiste ces dernières années en Europe témoignent d’un attachement encore vivace des citadins à leurs marchés couverts. Mais ces opérations relèvent davantage de la patrimonialisation, dans des quartiers en voie de gentrification, et ne semblent pas en mesure de ressusciter la dimension plébéienne et interclassiste du monde des marchés du long XIXe siècle.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *