Anne Steiner, Le goût de l’émeute. Manifestations et violences de rue dans Paris et sa banlieue à la « belle époque », Montreuil, L’échappée, 2012, 206 p. (CR Thibault Tellier)

Anne Steiner, Le goût de l’émeute. Manifestations et violences de rue dans Paris et sa banlieue à la « belle époque », Montreuil, L’échappée, 2012, 206 p. (Thibault Tellier)

Entre 1908 et 1910, Paris et sa banlieue sont le théâtre de violentes manifestations qui, bien souvent, dégénèrent en véritables émeutes. Alors que la gauche a fortement progressé lors des élections législatives de 1906, la répression est pourtant extrêmement dure, se soldant par des morts comme lors des grèves du Faubourg Saint-Antoine en 1910. Un anarchiste, Henri Cler, y est roué de coups par la police, entrainant la mort du militant. Deux ans plus tôt, à Draveil, lors d’une grève des terrassiers, ce sont deux d’entre eux qui sont abattus par la gendarmerie. Il faut ici aussi citer les vives manifestations de colère populaire qui s’expriment après qu’en octobre 1909, le pédagogue libertaire Francesco Ferrer ait été fusillé en Espagne, à Montjuich, après un procès qui n’en était pas un. Ce qui apparaît comme une injustice d’État entraine en effet des manifestations comme à Paris où la foule manifeste pour empêcher l’exécution d’un jeune cordonnier, Liabeuf, accusé de s’en être pris aux forces de l’ordre lors d’une arrestation. Accusé par la police des mœurs d’être un souteneur, il fait feu à deux reprises sur des agents. Malgré une forte mobilisation populaire et journalistique, en particulier La guerre sociale de Gustave Hervé, celui que le pouvoir présente comme un « apache », est guillotiné en 1910. Au lendemain de son inhumation au cimetière d’Ivry, des membres de La Guerre sociale vont y déposer deux gerbes avec ces mots : « La guerre sociale à Liabeuf, victime des apaches des mœurs ! » et « A Liabeuf, odieusement assassiné ». L’adhésion de la CGT au syndicalisme révolutionnaire nourrit également la ferveur revendicatrice populaire. Au printemps 1909, les ouvriers de Méru dans l’Oise, engagés dans un long conflit avec la direction de l’usine, s’en prennent aux biens des patrons les plus haïs, saccageant leurs demeures. L’armée est appelée en renfort. Le général Joffre en personne vient évaluer la situation qui risque de dégénérer. Deux régiments de hussards de Senlis sont appelés en renforts pour épauler les 120 gendarmes et 300 dragons déjà sur place. La fin du conflit se soldera par l’arrestation de plusieurs dizaines de syndicalistes. L’un d’entre eux, souffrant de dépression, se suicidera en prison.

A partir de cinq cas locaux dans lesquels les manifestations ont viré à l’émeute, la sociologue Anne Steiner étudie le contexte à la fois politique, sociale et économique dans lesquels le gout de l’émeute, pour reprendre son titre, nait et se développe. Ce travail s’inscrit, il faut le noter, à la suite d’études consacrées à l’insurrection populaire et déjà publiées à L’échappée, qu’il s’agisse desmouvements de lutte armée des années 1970 (RAF. Guérilla urbaine en Europe occidentale, 2006), ou du mouvement individualiste anarchiste (Les En-dehors. Anarchistes individualistes et illégalistes à la  » Belle époque », L’échappée, 2008). Le présent ouvrage met l’accent sur les raisons qui conduisent parfois le peuple à organiser ce qui peut, selon l’auteur, s’apparenter à des « jacqueries modernes ». Le principal intérêt de cette approche consiste en effet à ne pas privilégier l’approche institutionnelle, celle de l’échelon syndical, mais de saisir la spontanéité qui caractérise ce qui s’apparente effectivement aux émotions populaires bien connues des historiens modernistes. Cette approche novatrice s’inscrit donc dans la relecture de l’histoire des mouvements sociaux en France telle qu’elle apparaissait déjà en particulier dans les travaux pionniers de Michelle Perrot, Les Ouvriers en grève : France 1871-1890 (1973) et plus récemment dans ceux de Danièle Tartakowsky, notamment Les Manifestations de rue en France, 1918-1968 (1998).

L’ouvrage met également en perspective la question de la défiance populaire à l’égard de la démocratie parlementaire. Il met en lumière le décalage qui a pu exister entre ces débordements populaires et la volonté de Jean Jaurès de rallier à sa cause les ouvriers en en passant par l’exercice du suffrage universel et de la démocratie. Anne Steiner rend ici hommage à ces milliers d’anonymes, hommes comme femmes, qui tentèrent de s’exprimer pour dénoncer leurs conditions de vie et de travail. La description minutieuse, sous forme presque de chroniques journalières, que fait l’auteur de l’évolution des grèves et des différentes formes de protestation qui s’élèvent sur le pavé parisien, soulignent une fois encore toute la vacuité contenue dans le terme de « Belle Époque » lorsque l’on évoque la lutte sociale au cours des premières années du XXe siècle. En annexe, l’auteur rappelle pour chaque année, entre 1905 et 1911, les chiffres concernant les grèves et autres manifestations sociales qui se sont déroulées en France. Pour l’année 1906, on dénombre ainsi 1 309 grèves sur 19 637 établissements, 438 466 grévistes avec une moyenne de 19 jours non travaillés par gréviste.

Par une écrire alerte mais pas toujours suffisamment détachée de son sujet (ainsi p. 173, il est question d’un bourreau « allant chercher sa proie » en prison), agrémentée de nombreux documents iconographiques, l’auteur met l’accent sur une page de notre histoire nationale qui fait précisément le pont entre une époque révolutionnaire marquée par la violence populaire et l’affirmation lente de l’État comme régulateur des revendications. Au fil des pages, on retrouve un Paris populaire déjà étudié notamment par Dominique Kalifa, qui s’en prend à la police, aux « jaunes » ou aux « renards », expressions pour qualifier les indics. Cette étude en appelle évidemment d’autres. Il serait en particulier intéressant de s’interroger sur la réalité territoriale de ces émeutes. En particulier, dans le sillage de l’haussmannisation, y-a-t-il eu au sein des pouvoirs publics la volonté d’extraire de Paris cette violence pas toujours contenue ? La banlieue parisienne, alors en pleine expansion, a-t-elle joué un rôle dans l’accueil de ces nouvelles formes de violences populaires ? Peut-on alors encore parler de violence repliée en marge de la capitale ? L’ouvrage d’Anne Steiner, par sa clarté et le sens du récit, ouvre ainsi de nouvelles et heureuses perspectives de recherches concernant l’histoire sociale de la ville contemporaine, celle des différentes formes de mobilisations populaires au sein des territoires urbains.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *