Clément Alix et Frédéric Épaud (sous la direction de), La Construction en pan de bois au Moyen Age et à la Renaissance, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013, 449p. (CR Nathalie Pascarel)

Clément Alix et Frédéric Épaud (sous la direction de), La Construction en pan de bois au Moyen Age et à la Renaissance, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013, 449p. (Nathalie Pascarel)

 

En architecture urbaine et rurale, les constructions en pan de bois, ou maisons à colombage de la fin du Moyen Age et du début de la Renaissance, étaient des structures fragiles souvent malmenées et relativement peu étudiées jusque dans les années 1980-1990, victimes d’incendies à répétition et d’un désintérêt patent des autorités qui n’ont pas reculé devant des campagnes de réaménagements urbains à grande échelle. À partir de ces années, une prise de conscience de leur intérêt archéologique, historique, sociologique et architectural a vu le jour, grâce aux recherches localisées des services patrimoniaux (Services régionaux de l’Inventaire, Conservations régionales des Monuments historiques), aux opérations archéologiques du bâti et à la multiplication significative des analyses dendrochronologiques des bois étudiés. Depuis, les recherches universitaires, colloques et publications majeures consacrées à la construction en pan de bois ont amplifié ces dernières années, accompagnant progressivement une sensibilisation à la conservation, à la protection et à la valorisation de ces structures.

Dès lors, le besoin de dresser un bilan des connaissances sur la construction en pan de bois s’est fait ressentir, en présentant les recherches récentes effectuées entre les années 2000 et 2012, et celles qui demeurent en cours. Ce projet remarquable, nous le découvrons dans l’introduction de l’ouvrage intitulé La construction en pan de bois au Moyen Age et à la Renaissance, publié à l’automne 2013 aux Presses Universitaires de Rennes sous la direction de Clément Alix, doctorant au Centre d’études supérieures de la Renaissance et archéologue au service municipal d’Orléans, et de Frédéric Épaud, chargé de recherches au CNRS. Ce livre paraît à la suite d’une table ronde qui s’est tenue les 12 et 13 mai 2011 à l’Université François Rabelais de Tours autour de ce sujet. Il réunit 18 articles très complets destinés à faire un état de la question sur la technique de construction en pan de bois entre le XIIIe siècle et le XVIe siècle, et plus particulièrement aux XIIIe et XIVe siècles, pour lesquels ces structures sont relativement méconnues contrairement aux siècles suivants où elles étaient plus largement employées. Les articles suivent un parcours géographique en « S » des espaces et des villes étudiées, allant du nord-est jusqu’au sud-ouest : les Pays-Bas et la Belgique, l’Alsace et la Lorraine, les villes de Provins, Rouen et Laval, l’espace Angevin, trois villes ligériennes (Tours, Orléans et Blois), puis les régions de Bourgogne, de Provence et du Sud-ouest, et enfin les villes de Labruguière, de Sorèze et le Sud du Tarn.

Malgré des corpus de maisons en pans de bois parfois non exhaustifs pour certaines villes, faute de structures conservées représentatives d’une généralité, cette diversité géographique permet de dégager des continuités dans les méthodes de construction, mais également de repérer l’évolution des pratiques architecturales et les particularismes relatifs aux espaces et aux villes étudiées. De cette manière, il devient possible, à travers l’étude des constructions en pan de bois, de révéler certaines dimensions historiques, mais aussi les identités et les empreintes culturelles, politiques et économiques des territoires ou des commanditaires de ces maisons. L’intérêt majeur de l’ouvrage réside également dans la démonstration précise des typologies de structures en pan de bois et des techniques de leur mise en œuvre (systèmes de montage et d’assemblage des pièces de bois). Les auteurs emploient une terminologie scientifique reprise dans un glossaire en fin d’ouvrage et accompagnée de schémas explicatifs très précis (relevés archéologiques, vues axonométriques, propositions de restitutions des structures en trois dimensions, graphiques, tableaux et dessins)qui permettent de comprendre et de reconnaître les principes de construction des différentes familles de structures en pan de bois ainsi que leurs composantes. Par ailleurs, l’ouvrage est extrêmement riche en sources textuelles et iconographiques (documents d’archives, comptes, devis de construction, ordonnances en matière d’urbanisme, rapports dendrochronologiques, plans, photographies anciennes et récentes des maisons étudiées). Malgré les risques d’incendie fréquents qui ont généré à de multiples reprises les ordonnances visant à réduire les encorbellements – parfois même à remplacer totalement les ossatures en bois par de la pierre – la construction en pan de bois à cette période avait des avantages : solutions économiques qui limitent l’usage de la pierre, performances techniques, rapidité de mise en œuvre, caractère modulaire, réalisations sérielles, gain de surface habitable aux étages de la maison grâce à l’encorbellement. Le pan de bois était également utilisé dans le second œuvre (escaliers, galeries, coursières) et participait de cette manière aux distributions de l’espace, autrement dit aux circulations, à l’aménagement intérieur et aux cloisonnements de la maison.

Ces nouvelles recherches requièrent des approches pluridisciplinaires. Certes, l’archéologie du bâti permet de discerner les remaniements pluriséculaires des façades et de retracer leur historique (modifications, ajouts, suppressions ou reprises des pièces de bois, recouvrements par enduit ou badigeon) mais elle ne peut répondre seule aux questions posées. Il est important de replacer la construction en pan de bois dans un contexte global en croisant les sources textuelles, iconographiques, historiques, artistiques, économiques et sociologiques afin s’approcher au mieux de sa réalité. Ainsi, cet ouvrage aborde également la question de l’approvisionnement des villes en bois d’œuvre et de sa gestion à la fin du Moyen Age et au début de la Renaissance. Il apparaît en définitive que les ressources locales n’étaient pas les seules à être exploitées. À cette époque, le bois provenait également des forêts voisines ou lointaines par flottage. Enfin, la question de la décoration de ces structures, qui s’enrichit sensiblement à partir du XVIe siècle, est un point développé tout au long des articles. Les pans de bois étaient mis en valeur par des éléments ajoutés (moulures, sculptures, polychromie), par l’agencement des éléments en formes géométriques (grilles, losanges, croix de Saint-André) ou par le contraste des couleurs de matériaux employés. Ils ont une fonction décorative et ostentatoire destinés à montrer la richesse des propriétaires.

En définitive, ce livre sur la construction en pan de bois à la fin du Moyen Age et à la Renaissance a rempli avec brio ses objectifs principaux : faire le point sur le sujet en partageant les recherches récentes et inviter les générations futures de chercheurs à multiplier les études, les travaux universitaires, les campagnes archéologiques et les analyses dendrochronologiques afin de comprendre et de préserver au mieux les maisons à colombages qui témoignent de ces anciennes manières d’habiter et de construire.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *